Édition du 10 septembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Un G7 féministe, vraiment ?

Les hommes décident, les femmes se divertissent. Malgré une forte mobilisation d’associations et de femmes politiques pour un G7 féministe, le sommet de Biarritz n’a pas rompu la permanence du sexisme ordinaire.

Tiré de Les nouvelles news.

Résumé de la situation en deux photos. La « photo de famille » des chefs d’Etat et de gouvernement participant au G7 compte une seule femme, Angela Merkel. Et puis, tournent en boucle les photos de celles que les gazettes appellent « premières dames », oisives. Séance shopping dans le village d’Espelette, arrêt chez un vendeur de linge de maison basque, visite d’un champ de piments, puis de la villa d’Edmond Rostand… Bref, mode, cuisine, shopping, culture avec sourires extatiques pour elles tandis que leurs valeureux époux décident de la marche du monde.

Et Monsieur Merkel ? D’abord il ne s’appelle pas « Merkel » et sa vie ne consiste pas à servir de faire-valoir à sa compagne ni à prendre des coups comme les « premières dames ». Car au milieu des tensions entre les présidents français et brésilien, Brigitte Macron a pris une balle perdue note FranceInfo. Jair Bolsonaro s’est ouvertement moqué de son physique considérant qu’ainsi il humiliait son président de mari… Alors les « premières dames » gardent le sourire et se consacrent à des occupations « de femmes » pour soigner l’image de leurs époux. Émancipation ?

De quoi ruiner le travail des féministes ! Pourtant Women7 qui rassemble une centaine d’associations et ONG féministes et le Conseil consultatif à l’égalité femmes-hommes n’avaient pas ménagé leur peine pour faire bouger les dirigeants de ce G7 alors que, comme elles et ils l’ont rappelé, dans aucun pays dans le monde n’existe l’égalité entre femmes et hommes. Le président Emmanuel Macron avait dit vouloir « Faire de l’égalité femmes-hommes une grande cause mondiale. »

Formellement, tout était sur de bons rails avec un travail de concertation entre associations, l’élaboration de solutions, le recensement des meilleures lois, un engagement du président français à mettre ces sujets sur la table du G7 et tenter de contraindre chaque Etat à adopter au moins une nouvelle loi améliorant le sort des femmes. (voir : Mobilisation féministe pour le G7 et Diplomatie féministe en vue du G7)

Mais il reste à ces hommes le privilège de décider de donner à ces actrices et acteurs de la société civile les moyens de transformer les sociétés. Et « les décisions prises sans les femmes sont en général prises contre les femmes » ont dit à plusieurs reprises des membres du Women7 pendant la préparation du sommet. Et patatras ! Les deux principaux clichés de Biarritz disent que les hommes décident pendant que leurs femmes s’occupent.

Des internautes facétieux ont surnommé ces « femmes de » : les « D’Espelette housewives »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...