Édition du 15 décembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Un flot d’information mondialisé

À la suite d’un reportage de l’Agence France Presse repris dans le Soleil, journal de la Ville de Québec, et qui tentait de discréditer comme « propagandiste » la direction que la Chine donne à ses médias, voilà une petite réflexion sur ce que vise cette critique insidieuse des communistes chinois. On parle de thèmes comme « la lutte antifasciste » ou de valeurs « patriotiques » que l’on met entre guillemet pour en questionner la portée et l’utilité dans le monde moderne.

Soumis comme nous le sommes à un flot de publicité commerciale et sociétale, je me demande pourquoi on montre de façon si péjorative les institutions d’information chinoises, sinon par une volonté de se montrer hostiles envers un régime qui prendrait trop de place dans le monde. En qualifiant de tout simplement de propagande le contenu de l’information en Chine, on semble vouloir détourner l’attention des succès du régime (dans l’information précisément) et esquiver en même temps la critique du contenu de l’information et des médias d’ici.

Devant le flot tout aussi propagandiste de nos institutions d’information, on tente vainement d’insinuer qu’il n’y a pas de propagande en Occident libérale. Ainsi toute la publicité commerciale ou sociétale et la façon de parler de la guerre auraient un contenu exempt de ce que l’on qualifie de propagande pour la Chine. Comme s’il n’y avait pas de notre côté de « fabrication du consentement ». Tout ça reste cependant soumis aux lois du marché, i.e. des forces qui conditionnent la survie de la société libérale.

Vous n’allez tout simplement pas me faire croire que l’information en Amérique n’est pas soumise à des décisions politiques qui visent à propager les vertus du régime de démocratie libérale. Une émission comme « Les Dragons » à Radio-Canada a en soi un contenu idéologique. On ne compte plus toutes les allusions au bienfait du capitalisme (parfois avec la dose de critiques du Prof. Lauzon), de la liberté et d’une culture conditionnée par le système économique et politique auquel certains opposent une résistance comme les employés municipaux pour leur pension . Même le simple exercice de la liberté demande une publicité de tous les instants. Et c’est surtout la liberté de commerce qui est le plus mise en valeur dans les « annonces ». Elle heurte même parfois, dans les poursuites abusives, la liberté d’expression pour laquelle il faut désormais demander un ordre de cour pour l’exercer à sa guise !

Alors que des décisions politiques œuvrent dans la planification médiatique (demandez aux employés de Radio-Canada menacés de coupures budgétaires) tout se mettrait en place de façon spontanée. C’est ridicule et c’est prendre les gens pour des imbéciles. Finalement, par effet de miroir, ce sont nos propres institutions d’information que l’on discrédite ainsi. Ce n’est pas pour rien que de plus en plus de gens perdent confiance dans ces instruments d’un régime qui se disqualifie lui-même et se tournent vers les médias sociaux pour obtenir du monde entier de nouvelles sources d’information … Mais est-ce que tout ce flot d’information mondialisé, venant de Télésur, de la TV internationale de Russie ou de Chine (tout cela en français) sera aussi qualifié de « propagandiste » lui aussi.

Au cours de vacances à Cuba, directement de ma chambre d’hôtel, j’avais accès à toutes ces chaînes d’information « d’un autre monde » en émergence que l’on ignore la plupart du temps ici dans nos propres médias sinon quand il s’agit de leur faire la guerre. À ce moment-là on tente de critiquer le contenu comme « la propagande » d’un ennemi que nos médias auront forgé eux-mêmes. L’image de Poutine, que l’on a « fabriqué de toute pièce », en est l’exemple le plus frappant dans « l’état de guerre perpétuelle » que les Conservateurs entretiennent à la grande satisfaction de l’armée canadienne et du complexe militaro-industriel.

Guy Roy

Mots-clés : Edition du 2014-08-12
Guy Roy

l’auteur est membre du collectif PCQ de Québec solidaire à Lévis.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...