Édition du 4 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Une coalition de groupes représentant plus de 3,5 million de Canadiens urge le gouvernement à suivre l’exemple de Biden et annuler le projet Trans Mountain

Un ensemble de groupes syndicaux, religieux, de professionnels de la santé, de scientifiques, de jeunes, d’écologistes, de citoyen.nes, de travailleurs et traveilleuses en justice sociale et de groupes autochtones représentant plus de 3,5 millions de Canadien·nes ont envoyé une lettre au Premier ministre Trudeau et à l’ensemble de son cabinet pour lui demander d’annuler le projet d’expansion du pipeline Trans Mountain (TMX). Ce projet financé par les contribuables à hauteur de plus de 12,6 milliards de dollars, est en conflit direct avec le plan climatique récemment annoncé par le gouvernement fédéral et ne bénéficie pas du consentement des nations autochtones concernées.

Des groupes, dont Mères au front, le Syndicat des employés du gouvernement et des services de la Colombie-Britannique, la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES), Amnistie Internationale Canada, le Front commun pour la Transition énergétique (FCTE), Leadnow, la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ) et l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME) figurent parmi les quelques 100 signataires de la lettre, déclarent :

Alors que l’administration Biden s’apprête à rejoindre l’Accord de Paris sur le climat et à dévoiler le plan climatique le plus ambitieux de l’histoire américaine, le Canada sera laissé pour compte s’il ne règle pas la contradiction qu’il ignore systématiquement depuis 2015 : on ne peut pas résoudre la crise climatique tout en construisant de nouveaux pipelines qui entraîneront l’expansion de la production de pétrole des sables bitumineux.

Les signataires affirment que les mêmes conditions et réalités qui ont poussé le président Biden à annuler Keystone XL – un prix du pétrole bas, une urgence climatique qui s’aggrave, une économie verte qui se développe rapidement – s’appliquent à l’oléoduc Trans Mountain. Ils demandent au Premier ministre Trudeau de se pencher sérieusement sur ces réalités et sur l’analyse de son propre gouvernement qui montre que TMX n’est pas nécessaire, même dans un contexte qui requiert une action climatique mineure.

Texte de la lettre

26 janvier 2021

Au très honorable Justin Trudeau,
Cc : Ministres du cabinet fédéral

Lors de son premier jour en fonction, le président Biden a annulé Keystone XL (KXL) car en pleine intensification de crise climatique, il est irresponsable de construire de nouveaux oléoducs et gazoducs. Les Canadien.ne.s ont toujours demandé une action climatique décisive. Le gouvernement fédéral a réagi à cela en créant de nouvelles politiques audacieuses comme le programme fédéral de tarification du carbone. Cependant, le gouvernement canadien continue d’appuyer l’expansion des sables bitumineux, notamment en construisant et en finançant avec 12,6 milliards d’argent des contribuables le projet d’oléoduc Trans Mountain (TMX).

Le Canada doit suivre l’exemple de Biden sur Keystone XL et annuler TMX parce qu’il entre directement en conflit avec le plan climat récemment annoncé par le gouvernement fédéral et qu’il n’a pas la permission ou le consentement des nations autochtones concernées.

Deux rapports distincts du gouvernement fédéral qui viennent d’être publiés concluent que si le premier ministre Trudeau tient ses promesses en matière d’action climatique, ni les pipelines KXL ni TMX ne seront nécessaires, et que TMX ne rapportera jamais d’argent aux Canadiens.

Le monde est un endroit nettement différent depuis que le pipeline Trans Mountain a été proposé pour la première fois : différent en termes de l’urgence climatique croissante et de l’évolution de la réalité économique.

Le géant de l’énergie BP prévoit que la demande de pétrole a culminé et baissera d’ici 2050, tandis que l’Agence internationale de l’énergie prévoit que la demande de pétrole culminera d’ici 2030 et devra baisser de près d’un tiers d’ici 2040 afin d’atteindre les objectifs de Paris en matière de changement climatique.

ExxonMobil vient de prendre la plus grosse dépréciation de l’histoire moderne - 20 milliards de dollars d’actifs pétroliers, y compris Imperial Oil. Un lettre ouverte dans le Financial Post suggérait que « La radiation massive de l’Impériale suggère que l’ère des actifs canadiens bloqués est déjà là ».

Les entreprises privées répondent à la baisse de la demande de pétrole en réduisant leurs investissements. Teck a récemment annulé son projet de sables bitumineux Frontier de 20 milliards de dollars et le géant français de l’énergie Total a annulé ses futurs investissements pétroliers au Canada. BP et Shell déplacent leurs investissements pétroliers vers les énergies vertes, ce qui générera bien plus d’emplois et d’avantages économiques, selon des études récentes.

Le Canada est la plus grande source étrangère de pétrole et de gaz des États-Unis et cela ne changera pas de sitôt. Nos économies étant inextricablement liées, nous devons être alignés sur notre compréhension de l’économie des combustibles fossiles et de l’action climatique. Nous devons agir ensemble.

Alors que l’administration Biden se prépare à rejoindre l’Accord de Paris sur le climat et à dévoiler le plan climatique le plus ambitieux de l’histoire américaine, le Canada sera laissé pour compte s’il ne concilie pas la contradiction qu’il a systématiquement ignorée depuis 2015 : on ne peut résoudre la crise climatique tout en développant les sables bitumineux et en construisant de nouveaux pipelines.

En 2019, vous avez promis une Loi sur la transition juste pour aider les travailleu.r.se.s, qu’il a à peine mentionné depuis. Au lieu de perdre du temps à se battre pour des pipelines qui créent moins d’emplois que les énergies vertes, il est grand temps que nous prenions au sérieux l’avenir des travailleu.r.se.s, de leurs familles et des communautés en abandonnant les énergies fossiles.

Nous, un groupe de leaders autochtones, d’économistes et d’organisations de santé, d’environnement, de foi de justice sociale et de syndicats représentant plus de 3,5 millions de personnes à travers le Canada, demandons au gouvernement fédéral, qui s’est engagé à une action climatique audacieuse, d’annuler le Projet de pipeline Trans Mountain.

Signataires

Union of BC Indian Chiefs (UBCIC)
Indigenous Climate Action (ICA)
Wilderness Committee
Dogwood
350.org
Nature Québec
Climate action network Canada - Réseau action climat Canada (CAN-Rac)
BC Government and Service Employees’ Union
Leadnow
Georgia Strait Alliance
SumOfUs
Tsleil-Waututh Nation Sacred Trust Initiative
Stand.earth
Pro Environment Pro Information United People Network
Climate Strike Canada
Shift : Action
Greenpeace Canada
International Centre of Art for Social Change (ICASC)
ENvironnement JEUnesse
Oil Change International
World BEYOND War
West Kootenay EcoSociety
Hamilton Centre for Civic Inclusion
The Global Sunrise Project
Our Lady of Sion
Environmental Defence
Green Majority Radio
BC SeaWolves
Council of Canadians
Glasswaters Foundation
Disability Justice Network of Ontario
Valhalla Wilderness Society
RAVEN (Respecting Aboriginal Values and Environmental Needs)
Sustainabiliteens
SERUM-AFPC
ParkdaleHighPark4 climate action
Friends of the Earth Canada
My Sea to Sky
CAER- Coalition Alerte à l’Enfouissement Rivière-du-Nord
Mères au front (et ses 25 comités locaux)
Eau Secours
NON à une marée noire dans le Saint-Laurent
Green Majority Media
Prospérité Sans Pétrole
ClimateFast
Manitoba Energy Justice Coalition
Contre GNL Québec à Saguenay
Amnesty International Canada
Canadian Centre for Policy Alternatives
Sierra Club Canada Foundation
KAIROS BC-Yukon Region
Les Amis de la Chicot de Saint-Cuthbert
The Leap
Climate Justice Saskatoon
TerraVie
Contre GNL Québec à Saguenay
Sierra Club BC
Parksville Qualicum Kairos
ClimateFast
Burnaby Residents Opposing Kinder Morgan Expansion-BROKE
Canadian Unitarians for Social Justice
Ecology Action Centre
For Our Kids - Toronto
Environnement Vert Plus
Coalition étudiante pour un virage environnemental et social - CEVES
KAIROS : Canadian Ecumenical Justice Initiatives
Canot Kayak Québec
Council of Canadians, Saskatoon Chapter
Citizens for Public Justice
Toronto350
TBL Communications
Action Climat Outaouais (ACO)
MobilizeTO
Pétroliques anonymes
For Our Kids
Équiterre
Amnistie internationale Canada francophone
Coalition étudiante pour un virage environnemental et social - CEVES
Canadian Association of Physicians for the Environment (CAPE)
GASP (Grand(m)others Act to Save the Planet
Science Advocates/Défenseurs des Sciences - Canada
JustEarth : A Coalition for Environmental Justice
Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ)
For our kids northshore bc
La Planète s’invite au Parlement
Front commun pour la transition énergétique
Mouvement écocitoyen UNEplanète
Earthkeepers : Christians for Climate Justice
Climate Justice Montreal
The Climate Reality Projet Canada
La Planète s’invite en santé
Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec - FTQ
Action Environnement Basses-Laurentides
Climate Justice Victoria
Toronto350
Action Climat Outaouais (ACO)

Ujon Camp, Ponca Nation

Neeta Lind (Diné), Former Director of Community at Daily Kos

Joye Braun, Cheyenne River Sioux Tribe, Frontline Community Organizer with Indigenous Environmental Network

JUDITH LE BLANC (Caddo), Director, NATIVE ORGANIZERS ALLIANCE

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...