Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Ukraine - Russie : un tremblement de terre économique

Nous publions ci-dessous l’analyse de l’économiste marxiste Michael Roberts sur les conséquences économiques de la guerre en Ukraine pour l’Ukraine et la Russie, ainsi que pour l’Europe, les États-Unis et le monde entier.

23 mars 2022 | tiré du site de Révolution permanente
https://www.revolutionpermanente.fr/Ukraine-Russie-un-tremblement-de-terre-economique-par-Michael-Roberts

"La guerre en Ukraine est comme un puissant tremblement de terre qui aura des répercussions sur l’ensemble de l’économie mondiale, en particulier dans les pays pauvres". C’est ainsi que la directrice du FMI, Kristalina Georgieva, a décrit l’impact de la guerre sur l’économie mondiale. Personne ne peut être sûr de l’ampleur de ce séisme, mais même du point de vue le plus optimiste, il va endommager considérablement les économies et les moyens de subsistance non seulement des Ukrainiens et des Russes, mais aussi des 7 milliards de personnes restantes dans le monde. Et cela se produit juste au moment où l’économie mondiale se remettait soi-disant de la chute de la production, des revenus et du niveau de vie subis par la crise de la pandémie de COVID en 2020 - qui a été la contraction mondiale la plus large et la plus profonde (bien que relativement courte) en plus de 100 ans.

Mais commençons par l’Ukraine elle-même. Déjà 3 millions de personnes ont fui le pays à cause des bombes et de la destruction de leurs maisons et 6 millions supplémentaires ont été déplacées à l’intérieur du pays. Comme dans toutes les guerres, des vies et des moyens de subsistance ont été perdus. Sur le plan économique, un rapport des services du FMI, achevé le 7 mars, a conclu que le pays était paralysé. "Avec des millions d’Ukrainiens fuyant leurs maisons et de nombreuses villes sous les bombardements, l’activité économique ordinaire doit, dans une large mesure, être suspendue." Ensuite, il y a les dégâts matériels. Il y a une semaine, le conseiller économique du président ukrainien évaluait déjà les dégâts à 100 milliards de dollars. La moitié des exportations du pays dépendent du port de Marioupol, qui subit actuellement le siège le plus violent du conflit.

La projection provisoire du FMI est que la production chutera de 10% en 2022 – si la guerre ne dure pas longtemps. Et cela commence à sembler très optimiste, comme le commente le FMI, "les risques de baisse sont extrêmement élevés". Ces 10 % se comparent à une baisse de la production de 6,6 % en 2014, qui a été suivie d’une baisse d’un peu moins de 10 % en 2015, lors du précédent conflit russo-ukrainien dans l’est de l’Ukraine. Cependant, le FMI a averti que « les données sur la contraction du PIB réel en temps de guerre (Irak, Liban, Syrie, Yémen) suggèrent que la décroissance de la production annuelle pourrait éventuellement être beaucoup plus élevée, de l’ordre de 25 à 35 % ».

Ensuite, il y a la Russie. L’invasion de Poutine a provoqué une réponse sans précédent sous la forme de sanctions économiques et autres contre les amis et partisans de Poutine et contre ses banques et institutions, conduisant même à la saisie des réserves de change du pays - et à des tentatives croissantes de bloquer ou de boycotter les exportations russes (y compris pétrole et gaz). Empêcher la banque centrale russe de déployer ses réserves internationales et l’empêcher de liquider ses actifs fait partie d’une guerre économique visant à saper l’économie et l’effort de guerre de la Russie. Le ministre français des Finances a déclaré que « nous menons une guerre économique et financière totale contre la Russie, Poutine et son gouvernement »

Et en ce qui concerne la puissance de feu militaire, la Russie est largement dépassée par les pays de l’OTAN.

Ainsi, une combinaison de perturbations économiques, de sanctions contre les pays de l’OTAN et d’inflation galopante va grandement endommager l’économie russes. Les prévisions de contraction de la production varient. Le consensus l’évalue à une baisse d’environ 8 % cette année.

Mais l’Institut international des finances (IIF), qui s’intéresse de près aux flux d’exportation et d’importation russes, ainsi qu’aux flux de capitaux, est beaucoup plus pessimiste et s’attend à une chute de 15 % - quelque chose de jamais vu en Russie depuis l’effondrement de l’Union soviétique en années 1990 , ramenant l’économie russe aux niveaux d’il y a plus de 20 ans.

L’utilisation de sanctions économiques contre un pays du G20 comme la Russie est sans précédent. Cela montre le rôle que les "sanctions" peuvent jouer comme alternative à l’action militaire contre les gouvernements qui ne suivent pas les souhaits et les diktats de l’impérialisme au 21ème siècle.

En matière d’actualité, l’historien de l’économie Nicholas Mulder venait de publier un livre intitulé The Economic Weapon : the rise of sanctions as a tool of modern war (L’arme économique : la montée des sanctions comme outil de guerre moderne). Mulder souligne que les sanctions économiques ont commencé à être utilisées par les puissances impérialistes lorsque la Société des Nations a été créée après la Première Guerre mondiale. Les principales puissances de la Ligue "pensaient avoir doté l’organisation d’un nouveau et puissant instrument coercitif pour le monde moderne". Le président américain de l’époque, Woodrow Wilson, a décrit les sanctions économiques comme "quelque chose de plus formidable que la guerre" qui pourrait ramener "une nation à la raison, tout comme l’étouffement enlève à l’individu toute envie de se battre". Il n’y aurait pas besoin de force. « C’est un remède terrible. Cela ne coûte pas une vie en dehors de la nation boycottée, mais cela exerce une pression sur cette nation à laquelle, à mon avis, aucune nation moderne ne pourrait résister. En ce sens, les sanctions me rappellent les sièges médiévaux, où les villes étaient affamées pour se soumettre, sans action militaire. Les sanctions économiques étaient une nouvelle arme du 20ème siècle avec les armes chimiques et les bombes nucléaires ».

Mulder soutient que les sanctions économiques ont d’abord été utilisées par les impérialistes européens contre les peuples qui vivaient en dehors du « monde civilisé ». Ensuite, la montée des États-Unis au pouvoir mondial au XXe siècle a vu à la fois des sanctions négatives (embargos pétroliers) et des sanctions positives (prêt-bail). "Le sanctionnisme américain a été façonné par trois facteurs : sa domination militaire, l’inflexion idéologique de la politique de la guerre froide et le rôle des marchés financiers américains dans l’économie mondiale. »

John Maynard Keynes considérait les sanctions « positives » comme bénéfiques, c’est-à-dire par le biais d’aides et de subventions aux bons, tout en appliquant des interdictions, des blocus et des sanctions aux méchants. Et il a estimé que la sanction du système financier était la plus puissante – et cela est maintenant mis en pratique contre la Russie. Bien sûr, plus un pays est grand et puissant, si ces sanctions sont appliquées faiblement et moins fermement par une alliance de pays, leur impact sera moins grand.

Mais qu’en est-il de l’impact global du conflit ? Bien que la Russie et l’Ukraine soient relativement petites en termes de production, ce sont de gros producteurs et exportateurs de produits alimentaires, de minéraux et d’énergie essentiels. L’Ukraine et la Russie représentent ensemble plus d’un quart du commerce mondial du blé et un cinquième des ventes de maïs. Plus les forces russes restent longtemps en Ukraine, plus les tracteurs et les moissonneuses-batteuses pour récolter les récoltes du pays restent inutilisés, cela menace la sécurité alimentaire bien au-delà de la région, a averti le FMI.

Par exemple, l’Égypte importe 80 % de son blé de Russie et d’Ukraine. Avec de nombreux pays d’Afrique et du Moyen-Orient exposés de la même manière, l’Europe pourrait bientôt faire face à une autre crise migratoire, en plus des millions de réfugiés ukrainiens. Ensuite, il y a le rôle de l’Ukraine dans la fourniture de nombreux gaz rares nécessaires aux processus industriels - tels que le néon, le krypton et le xénon - y compris la production de semi-conducteurs déjà assiégée.

L’énergie est le principal canal de diffusion pour l’Europe, la Russie étant une source essentielle d’importations de gaz naturel.

Cela va affecter la production dans toute l’Europe.

Le FMI a estimé que « la prolongation de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, en plus des pertes humanitaires et économiques, entraînera également des retombées importantes dans le monde entier : détérioration de la sécurité alimentaire, poussée du processus énergétique et des matières premières, montée des pressions inflationnistes, perturbations des chaînes d’approvisionnement, l’augmentation des dépenses sociales pour les réfugiés et l’augmentation de la pauvreté. Les dommages économiques mondiaux de cette guerre seront dévastateurs.

Dans son rapport, l’OCDE a également présenté un tableau lamentable si la guerre se prolonge encore longtemps : "la croissance mondiale pourrait être réduite de plus d’un point de pourcentage et l’inflation mondiale augmenter de près de 2,5 points de pourcentage au cours de la première année complète après le début de le conflit. Ces estimations sont basées sur l’hypothèse que les chocs sur les marchés des matières premières et des marchés financiers observés au cours des deux premières semaines du conflit persistent pendant au moins un an, et incluent une profonde récession en Russie, avec une production en baisse de plus de 10 % et une inflation en hausse.

Et si les importations d’énergie en provenance de Russie chutent de 20 %, que ce soit par le biais de sanctions ou de contre-sanctions, cela réduirait la production brute des économies européennes de plus d’un point de pourcentage, avec des différences significatives d’un pays à l’autre.

Les consultants en gestion McKinsey ont également prédit de mauvais résultats pour les économies européennes, en particulier. Dans le scénario espéré par McKinsey, où la fin des hostilités est en vue d’ici la seconde moitié de 2022 et où les sanctions ne s’étendent pas au secteur de l’énergie (de sorte que les exportations d’énergie de la Russie vers l’Europe continuent de couler), McKinsey estime que la croissance du PIB dans le la zone euro et l’Allemagne stagneraient en 2022, mais remonteraient ensuite à 2,1 % en 2023 et à 4,8 % en 2024. C’est déjà assez grave, mais si un conflit prolongé intensifie la crise des réfugiés en Europe centrale et que les pays occidentaux, et la Russie, étendent encore les sanctions, entraînant l’arrêt des exportations de pétrole et de gaz de la Russie vers l’Europe, la zone euro basculera dans la récession en 2022 et 2023, l’Allemagne en tête.

Et tout comme les économies capitalistes ont été marquées à long terme par la grande récession de 2008 et le marasme de la pandémie de COVID de 2020, le conflit entre l’Ukraine et la Russie aggrave les dégâts. La "mondialisation" (l’extension du commerce mondial et des flux de capitaux) a constitué pour les économies impérialistes une importante contre-tendance à la baisse de la rentabilité du capital productif au niveau national au cours des deux dernières décennies du 20e siècle. Mais la mondialisation, l’expansion des flux de capitaux et du commerce impérialistes sans entraves, a marqué le pas au 21e siècle et, sous l’impact de la Grande Récession, s’est inversée. La rentabilité mondiale est tombée à des niveaux presque jamais atteints. C’est la cause sous-jacente de l’intensification des crises économiques et des conflits géopolitiques au cours des deux dernières décennies.

Et maintenant que cette guerre apparemment « régionale » est devenue un problème mondial, elle pourrait fondamentalement modifier l’ordre économique et géopolitique mondial à mesure que le commerce de l’énergie change, que les chaînes d’approvisionnement se reconfigurent, que les réseaux de paiement se fragmentent et que les pays repensent les avoirs en monnaie de réserve. Après la période Trump, les tarifs protectionnistes américains contre la Chine, le Mexique et l’Europe, il y a maintenant cette tension géopolitique accrue, qui augmente encore les risques de fragmentation économique, en particulier pour le commerce et la technologie.

Ensuite, il y a la dette. La pandémie de COVID-19 a coïncidé avec une nouvelle augmentation rapide de l’endettement des entreprises. La dette des entreprises avait déjà augmenté à l’échelle mondiale depuis 2007, mais la pandémie a entraîné une nouvelle forte augmentation. L’endettement des entreprises américaines a augmenté de 12,5 % entre 2018 et 2020, soit beaucoup plus que l’augmentation enregistrée pendant toute la décennie précédant la COVID-19. Le graphique ci-dessous présente la dette en % du PIB.

Aujourd’hui, la baisse de la croissance de la production, voire la récession, la faiblesse des investissements et la baisse de la rentabilité des entreprises, parallèlement à la hausse de l’inflation, menacent de provoquer des faillites généralisées parmi les entreprises « zombies » ou « anges déchus. Cela rend les projets des banques centrales de relever les taux d’intérêt pour contrôler l’accélération de l’inflation au moins difficiles, et au plus impossibles. Une analyse empirique récente estime que "lorsque le niveau d’endettement des entreprises est suffisamment élevé, une politique monétaire restrictive augmente même l’inflation", rappelant l’épisode de stagflation des années 1970 après les "chocs" pétroliers d’alors. Le document conclut que « nos travaux suggèrent que la politique monétaire ne sera pas efficace pour réduire doucement l’inflation vers un atterrissage en douceur. Cela signifie que les banques centrales doivent finalement choisir entre générer une récession, avec des faillites importantes, ou accepter la poursuite de la stagflation.

Wolf, économiste « libéral », est profondément inquiet. « Un nouveau monde est en train de naître. L’espoir de relations pacifiques s’estompe…. Personne ne sait ce qui va arriver. Mais nous savons que cela semble être un désastre… La combinaison de la guerre, des chocs d’approvisionnement et de la forte inflation est déstabilisante, comme le monde l’a appris dans les années 1970. L’instabilité financière semble également très probable. Un épisode prolongé de stagflation semble certain, avec des effets potentiels importants sur les marchés financiers. À long terme, l’émergence de deux blocs profondément divisés est probable, tout comme un renversement accéléré de la mondialisation et le sacrifice des intérêts commerciaux à la géopolitique. Même une guerre nucléaire est, hélas, concevable.

Wolf prétend que cette guerre est une bataille entre les forces de la « démocratie » (représentées par l’OTAN) et les forces de « l’autocratie » (représentées par la Russie et la Chine). C’est un non-sens - où l’allié de l’OTAN, l’Arabie saoudite, ou la dictature militaire en Égypte, ou l’autocratie de la Turquie, membre de l’OTAN, se situent-ils dans cette catégorisation ? Au lieu de cela, le conflit russo-ukrainien a révélé les contradictions croissantes dans l’économie capitaliste mondiale entre les puissances impérialistes d’une part et les pays qui tentent de résister aux politiques et à la volonté de l’impérialisme.

La directrice du FMI, Georgieva, a déclaré que "nous vivons dans un monde plus sujet aux chocs". Oui, les chocs se sont multipliés et rapides au 21e siècle. Georgieva a poursuivi : "Et nous avons besoin de la force du collectif pour faire face aux chocs à venir." En effet ! Mais ce n’est pas la volonté collective des puissances capitalistes qui peut faire face à ces chocs : elles ont échoué face au changement climatique ; sur la prévention et l’arrêt de la pandémie de COVID ; sur l’élimination de la pauvreté et le maintien de la paix dans le monde. Au lieu de cela, tout dépendra de la volonté collective des travailleurs organisés

Michael Roberts

Michael Roberts a travaillé comme économiste à la Cité de Londres (La City) pendant plus de 30 ans. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie mondiale dont The Great Recession, The Long Depression and World in Crisis. Il tient également un blog : thenextrecession.wordpress.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...