Édition du 12 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Luttes syndicales

Insuffisance de services aux élèves du préscolaire

Il y a urgence d’agir pour prévenir et intervenir rapidement, rappelle la FSE (CSQ)

Laval, le 26 septembre 2017. – À la lumière des résultats alarmants d’une vaste enquête concernant les services offerts aux élèves en difficulté au préscolaire, la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE) demande une fois de plus au ministère de l’Éducation d’ajouter sans tarder des services aux plus jeunes élèves, puisque ceux-ci sont clairement insuffisants, voire même absents. Or, selon les données gouvernementales, un élève sur quatre présenterait pourtant des vulnérabilités au préscolaire (EQDEM, 2012)1.

« C’est un véritable cri du cœur que nous lancent les enseignantes et enseignants du préscolaire. Le personnel a souvent l’impression que son jugement n’est pas considéré lorsqu’il signale les besoins des élèves et se retrouve à bout de souffle, puisque les services d’appui qu’ils réclament pour leurs élèves ne viennent pas. Nous avons constaté beaucoup de souffrance, de même que de véritables conflits éthiques. Faute de temps et faute de service, plusieurs enseignantes et enseignants ont l’impression de laisser tomber certains élèves », a fait savoir Sylvie Théberge, première vice-présidente de la FSE.

L’enquête de la FSE menée au printemps 2017 auprès de 1 058 enseignantes et enseignants du préscolaire, dont la grande majorité enseigne à la maternelle 5 ans, dresse un constat des plus inquiétants :
96,9 % d’entre eux trouvent difficile d’obtenir des services d’appui pour répondre aux besoins des élèves (orthophonie, ergothérapie, etc.). D’ailleurs, plusieurs d’entre eux ont signifié essuyer presque constamment des refus ;
95,5 % des enseignantes et enseignants interrogés constatent que de plus en plus d’élèves arrivent à la maternelle avec des difficultés complexes ;
98,6 % des enseignantes et enseignants considèrent que le maximum d’élèves par groupe est trop élevé pour répondre à leurs besoins.

Plus de la moitié des enseignantes et enseignants interrogés (53 %) ont même affirmé qu’il arrivait que des diagnostics de handicap faits par un organisme externe (des professionnels de la santé, par exemple) n’étaient pas reconnus et, par conséquent, les services essentiels à leur développement n’étaient pas mis en place dès le préscolaire, mais plus tard dans leur parcours.

À la lumière de cette enquête, la FSE interpelle également les commissions scolaires et les directions d’établissement pour respecter les obligations contenues dans le contrat de travail du personnel enseignant, dont l’approche par besoins, voulant qu’en aucun temps un enfant ait besoin d’un diagnostic ou d’un code de difficulté pour recevoir des services. Elle rappelle également l’obligation de pondérer à priori des élèves ayant un trouble de la psychopathologie (TP) ou ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA).

La FSE a identifié plusieurs pistes de solution, parmi lesquelles :
embaucher le personnel nécessaire en service direct aux élèves ;
diminuer le maximum d’élèves par classe au préscolaire ou ajouter une intervenante ou un intervenant de plus dans la classe, selon les besoins et la réalité de chaque milieu ;
respecter le jugement professionnel du personnel enseignant, notamment en ce qui concerne les demandes de services pour les élèves jugés vulnérables ;
obtenir systématiquement les informations concernant tous les futurs élèves présentant des facteurs de vulnérabilité.

« C’est tout simplement aberrant de voir si peu de services offerts aux élèves du préscolaire alors qu’on tient un discours si fort sur l’importance du dépistage et de l’intervention rapide. C’est là un exemple de plus des effets des compressions majeures des dernières années. Or, il s’agit maintenant de répondre aux besoins des élèves. On est loin de la coupe aux lèvres actuellement avec la mesure Partir du bon pied qui, bien qu’intéressante, est nettement insuffisante. Le gouvernement doit passer de la parole aux actes pour favoriser la réussite éducative de tous les élèves », a conclu Josée Scalabrini, présidente de la FSE.

On peut trouver le résumé de l’enquête sur le site de la FSE à l’adresse fse.lacsq.org.

Profil de la FSE

La Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE) regroupe 35 syndicats représentant plus de 65 000 enseignantes et enseignants de commissions scolaires de partout au Québec. Elle compte parmi ses membres du personnel enseignant de tous les secteurs : préscolaire, primaire, secondaire, formation professionnelle et formation générale des adultes. Elle est affiliée à la CSQ.

Notes
1.Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle (EQDEM), 2012, Institut de la statistique du Québec.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Luttes syndicales

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...