Édition du 19 juin 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

LES CHARGÉS DE COURS À LA DÉFENSE DES ENSEIGNANTS DE L’UNIVERSITÉ TÉLUQ

Lettre ouverte

Les syndicats de chargées et chargés de cours de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) tiennent à réagir face aux récents propos de l’Université TÉLUQ, selon laquelle, au sein de cette institution, ce sont les professeurs qui évaluent les étudiants, les personnes tutrices n’étant pas des enseignants. Nous, chargés de cours, reconnaissons nos collègues tuteurs et tutrices pour leur travail d’enseignant au même titre que nous et il est erroné d’attribuer aux professeurs ce rôle historiquement joué par les tuteurs et tutrices, comme le rappelle Patrick Guillemet.

La direction de cette composante de l’Université du Québec a ainsi été forcée de se prononcer suite à la conférence de presse du 18 avril du Syndicat des tuteurs et tutrices de la Télé-Université (STTTU-CSN) et du député de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois. Ce dernier a ensuite interpellé la ministre Hélène David à l’Assemblée nationale sur la situation de sous-traitance et de privatisation ayant cours au sein de cette université publique à travers l’entente TÉLUQ-MATCI.

Depuis les débuts de l’Université TÉLUQ, ce sont les tuteurs et tutrices qui assurent majoritairement l’encadrement individualisé ainsi que la sanction de la réussite des étudiants. Nous demandons à ce que le rapport de l’équipe des enquêtes ministérielles et réseaux du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, sollicité par la Ministre pour vérifier le respect de la Loi sur les établissements d’enseignement de niveau universitaire par l’Institut MATCI, apporte un éclairage sur la question. Cette clarification est importante. La Ministre a tenu le même discours ambigu sur le rôle des professeurs au sein de l’entente TÉLUQ-MATCI au coporte-parole de Québec solidaire lors de la période de questions à l’Assemblée nationale.

Le Syndicat des tuteurs soutient plutôt que leur travail est effectué en sous-traitance par des employés externes de l’Institut MATCI. Dès 2016 le Syndicat a dû déposer des recours juridiques. Le plus odieux est que l’Université confie à cette entreprise privée une grande part de l’enseignement lui-même au sein du modèle unique de l’Université TÉLUQ. Le travail des tuteurs et tutrices est ainsi le seul contact pédagogique permettant à l’étudiant de bien comprendre la matière contenue dans le matériel de cours qui lui est fourni, s’ajoutant à la responsabilité de déterminer si l’étudiant a bien acquis les compétences lui donnant droit à son diplôme.

Enfin, les Syndicats de chargées et chargés de cours s’indignent de ce désaveu de l’Université TÉLUQ face à ses enseignants d’expérience, en lesquels l’université avait pourtant placé sa confiance depuis des décennies. « Les tuteurs et tutrices ont acquis leur statut de professionnel de l’enseignement au prix d’une longue lutte pour leur reconnaissance, menée avec la FNEEQCSN », comme le rappelle son président Jean Murdock. C’est une réaction incompréhensible, face à la demande du Syndicat de lever le doute qui plane sur la qualité des diplômes de l’Université TÉLUQ depuis que l’enseignement est sous-traité. La FNEEQ-CSN conteste d’ailleurs la légalité de l’entente TÉLUQ-MATCI.

Signataires :  Nancy Turgeon, présidente du Syndicat des tuteurs et des tutrices de la Télé-université - CSN  Marie-Josée Bourget, présidente du Syndicat des chargées et des chargées de cours de l’Université du Québec en Outaouais (SCCC-UQO)  Marie Blais, présidente du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM (CSN)  Pierre G. Verge, président du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal- SCCCUM (FNEEQ-CSN)  Marylee Wholey, présidente du Syndicat des chargé-e-s de cours à l’éducation aux adultes de l’Université Concordia (CSN)  Raad Jassim, président du Syndicat des chargé(e)s de cours et instructeurs(trices) de McGill (SCCIM)  Laurent Arel, président du Syndicat des chargé-es de cours de l’école de technologie supérieure – CSN  Francis Bouffard, président du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAT- CSN  Christine Gauthier, présidente du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université Laval  Richard Perreault, président du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’U.Q.A.C. (CSN)  Louise Bérubé, présidente du Syndicat des chargés et chargées de cours de l’UQAR (CSN)

Mots-clés : Éducation Québec

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...