Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Les quatre prochaines années : un post-mortem de l'élection ontarienne

L’Ontario, respire profondément : nous en sommes à la conclusion de cette élection qui fut à la fois bizarre et dramatique. Nous voilà maintenant en territoire inconnu.

Trish Hennessy est directrice du bureau ontarien du Centre Canadien de Politiques Alternatives

http://behindthenumbers.ca/2018/06/08/an-ontario-election-post-mortem/

traduction : Jacques Brisson

Bien sûr, il y eût des gouvernements conservateurs auparavant. Mais il n’y a jamais eu un gouvernement conservateur comme celui que nous sommes sur le point de découvrir, celui du premier ministre désigné Doug Ford, qui a pris le pouvoir en présentant un programme qui ne fut jamais évalué financièrement.

Les économistes estiment que les promesses du parti équivalent à environ 10 milliards de dollars en dépenses publiques. Ça veut nécessairement dire qu’il y aura de douloureuses coupures budgétaires ou des promesses non tenue, ou les deux.

Les progressistes qui espéraient que l’Ontario soit au seuil d’une période où les programmes sociaux allaient être valorisés – les soins dentaires pour tous, l’assurance-médicaments, les garderies, les logements à prix modiques – doivent désormais se consacrer à transformer cet espoir en détermination.

Détermination à protéger les plus vulnérables dans cette province contre le genre de coupures massives qui a fait mal au vrai monde, aux familles et à des communautés entières sous le plus récent gouvernement conservateur dirigé par Mike Harris.

Depuis 2003, une succession de gouvernements libéraux a partiellement réparé les dommages. Mais il restait encore tant à faire pour redresser la situation.

La démocratie ne se limite pas à aller voter le jour des élections ; la démocratie doit aussi s’exprimer entre les élections. Il y a un rôle à jouer pour les progressistes en termes de justice sociale, d’environnement et des mouvements syndicaux.

Ensemble, nous aurons un travail à faire au cours des quatre prochaines années.

Ne pas céder

Transformer l’espoir en détermination ; c’est un rôle familier. En tant que progressistes, nous l’avons fait à de nombreuses reprises.

Nous nous sommes battus contre des attaques envers les droits des travailleurs et travailleuses de s’organiser pour négocier collectivement de meilleures conditions. Nous nous sommes battus contre des coupures aux budgets de groupes de femmes, de l’aide juridique, de l’assistance sociale. Nous nous sommes battus contre des lois visant à marginaliser davantage les marginaux.

On se concentre sur ce qui est possible. Et nous insistons sur l’imputabilité du gouvernement, peu importe son pallier et son allégeance.

Tous les partis ont promis une diminution du temps d’attente dans les urgences. Le Centre Canadien pour les Politiques Alternatives sera très actif sur ce front et va se battre pour qu’il y ait des investissements dans les soins infirmiers, dans de nouveaux lits dans les hôpitaux , dans les soins à domicile et les soins à long terme pour les personnes âgées.

Tous les partis ont promis des investissements en santé mentale. Nous allons constamment rappeler ses promesses à ce gouvernement. Il en est imputable.

L’approche en éducation sous Harris était viciée dès le départ. Les écoles mal en point et le sous-investissement en éducation spécialisée constituent le legs de son gouvernement. Le Centre Canadien pour les Politiques Alternatives a élaboré un cadre pour mieux régir l’ensemble des investissements dans ce domaine. Nous sommes déterminés à constamment ramener ces sujets à l’attention du public.

Et n’abandonnons pas les revendications pour un salaire minimum à $15 de l’heure, les garderies à $12 par jour, l’assurance-médicaments pour toutes et tous de même que l’assurance-dentaire.

Nous devons résister et ne pas pas abandonner pour que la vision que nous avons pour l’Ontario de demain ne soit pas démolie par le nouveau gouvernement. Nous devons continuer à nous battre pour un futur qui soit équitable et progressiste.

Par ce que des politiques qui apportent un soutien aux ontariennes et aux ontariens sont bonnes pour l’Ontario et son économie. Une province avec des travailleurs et travailleuses en santé, ayant eu une bonne éducation et payé décemment est le genre de province où les gens veulent vivre. Ça, nous le savons. Nous avons des études pour l’appuyer. Ne perdons pas ceci de vue pour les prochaines quatre années.

Regarder vers le futur

Entre-temps, les partis d’opposition vont sans doute tirer les leçons de ce qui vient de se produire et de ce que ça signifie pour leur avenir.

Les libéraux vont se choisir un nouveau chef et seront sans doute tenté de pousser le parti un peu plus vers la droite – un peu comme ils l’ont fait en privatisant Hydro One.

Mais il y a un constat découlant de ces politiques de privatisation : Kathleen Wynne était populaire jusqu’à ce que son gouvernement décide de vendre une majorité de parts d’Hydro One au secteur privé.

Les libéraux et la NPD devraient tous les deux constater à quel point leur propositions visant à protéger les travailleurs et travailleuses et à étendre la portée des programmes sociaux ont été populaires auprès du public.

La majorité des électeurs et électrices a choisi de se tourner vers des partis qui promettaient plus – pas moins – de services publics. La grande majorité des gens n’a pas voté pour des coupures. Ils ne sont tout simplement pas représenté adéquatement en termes de sièges au parlement.

Une leçon pour tout gouvernement qui veut être actif et faire une différence en termes de politiques sociales : n’attendez pas l’année juste avant l’élection pour montrer la voie. N’agissez pas comme si vous aviez plus d’un mandat devant vous. Soyez audacieux et audacieuses.

Aujourd’hui, il est temps pour les progressistes d’accepter une succession de petites améliorations ou encore d’opérer en mode réactif. Nous devons mettre de l’avant notre leadership et protéger les acquis.

Et maintenant, à propos du vote stratégique. Un sondage Ipsos réalisé le jour du vote indique que 42% des électeurs et électrices ont voté de façon stratégique. Voilà donc une autre élection qui s’est déroulée sous le signe de « voter contre plutôt que de voter pour ». Celle-ci doit être vue pour ce qu’elle est : l’expression d’un cynisme généralisé. Qui nous divise plutôt que de nous unir. Qui met à mal notre confiance envers les institutions publiques en tant qu’agent de changement pour une société meilleure. Nécessairement, dans ce contexte, ce sont les politiques publiques progressistes qui en écopent.

S’il y a une leçon à tirer de cette élection, c’est ce que nous avons désespérément besoin d’une réforme du mode de scrutin afin que les gens puissent voter selon leurs valeurs et non pas donner leur vote stratégique à un parti qu’il n’aime pas vraiment.

Profitons des prochaines années pour faire appel à toutes les forces progressistes, pour dire haut et fort aux Ontariens et Ontariennes que nous devons maintenant travailler à une réforme électorale qui soit significative. Nous devons travailler maintenant à mettre en place un système de représentation proportionnelle – un système électoral qui reflète fidèlement la volonté d’une majorité d’électeur.

Nous abordons maintenant un période où il nous faudra lutter stratégiquement afin de poursuivre les changements requis permettant de réduire les inégalités en termes de revenus, de combattre les changements climatiques, les problèmes sociaux, effectuer la réforme électorale, défendre les droits humains fondamentaux.

Le statu quo ne peut désormais être la seule option viable.

Chemin faisant, vous pouvez compter sur le Centre Canadien de Politiques Alternatives pour rappeler l’imputabilité de ce gouvernement (ou de n’importe lequel d’ailleurs), pour promouvoir les investissements dans les services publics, pour comptabiliser toutes les coupures, pour offrir des solutions alternatives et pour dire la vérité. C’est ce que nous faisons et c’est ce que nous allons continuer de faire.

Travaillez avec nous. Supportez notre travail. Joignez-vous à nous dans cette quête pour un meilleur Ontario, maintenant et dans quatre ans.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...