Vous êtes ici : Accueil > Communiqués > Journée internationale des femmes - Le SPGQ dénonce l’appauvrissement des femmes

mercredi 8 mars 2017, par Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)

Enregistrer au format PDF impression
|

Féminisme

Journée internationale des femmes - Le SPGQ dénonce l’appauvrissement des femmes


QUÉBEC, le 8 mars 2017 - Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) profite de la Journée internationale des femmes pour dénoncer la discrimination salariale dont sont victimes de plus en plus de professionnelles.

Selon le SPGQ, l’exemple des collèges est frappant. Encore reconnus par le gouvernement comme des corps d’emplois à prédominance masculine, ceux-ci sont depuis quelques années à forte majorité féminine. Depuis que les femmes y sont majoritaires, le SPGQ observe que les salaires dans ces corps d’emplois augmentent beaucoup moins rapidement.

Les emplois professionnels à majorité féminine dans les collèges ont connu deux fois moins de croissance du traitement que les emplois de cadres à majorité masculine. De plus, les professionnelles et professionnels auront connu en 2019, une baisse relative de 21 % de leur traitement par rapport à celui des enseignants des collèges. Encore une fois, les professionnelles qui sont majoritaires en nombre subissent les conséquences de ces inégalités.

L’inégalité dans le traitement du personnel professionnel des cégeps saute aux yeux. La féminisation de ces corps d’emplois professionnels est signe de progrès, toutefois, les inégalités qui en découlent doivent être dénoncées.

La Loi sur l’équité salariale ne permet pas de corriger ces situations de discrimination. 20 ans après l’adoption de la loi, il est grand temps de l’améliorer. Des consultations et des analyses sont nécessaires afin d’apporter des changements à la loi, ce qui permettrait d’en finir avec ces inégalités, estime le SPGQ.