Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Femmes autochtones

Femmes Autochtones du Québec réagit à la conférence de presse de la Commission d’enquête nationale pour les femmes et filles autochtones disparues ou assassinées

Kahnawake, 7 juillet 2017 – À la suite de la conférence de presse tenu le 6 juillet 2017 par la Commission d’enquête nationale pour les femmes et filles autochtones disparues ou assassinées (ENFFADA), Femmes Autochtones du Québec (FAQ) accueille favorablement l’annonce des visites en communauté et des audiences qui auront lieu lors de la période estivale et automnale, respectivement. Ce sont des actions concrètes comme celle-ci qui assurent une meilleure transparence et communication auprès des organisations, des familles et des survivantes de violence. D’ailleurs, FAQ suggère fortement à la commission d’aller de l’avant avec la demande d’extension. À ce stade-ci, elle est plus que nécessaire à la réussite de l’enquête.

Néanmoins, FAQ a toujours de graves préoccupations quant au calendrier présenté lors de la conférence de presse. À cet effet, FAQ se désole du nombre limité de semaines accordées aux visites communautaires et aux audiences sur le territoire québécois. Les attentes des familles et survivantes de violence sont, encore une fois, compromises, la commission offrant un espace restreint aux communautés du Québec. Par contre, de nombreux questionnements demeurent et l’organisation se soucie de l’absence de réponse face à ceuxci. Ainsi, FAQ s’engage à soumettre ses inquiétudes par écrit à la commission.

Par ailleurs, l’organisation s’inquiète toujours de la capacité de la commission à répondre entièrement au mandat qu’elle s’est donné. Rappelons que ce dernier, prévu dans le décret du Québec, est, entre autres, « d’enquêter et de faire rapport sur les causes systémiques de toutes formes de violence y compris la violence sexuelle à l’égard des femmes et des filles autochtones au Québec ». La problématique prévue au mandat touche l’ensemble des communautés de la province. Les femmes autochtones touchées par toutes formes de violence méritent d’être représentées au sein de cette enquête ; elles doivent être entendues, peu importe d’où elles viennent. La commission doit disposer des ressources humaines et du temps nécessaire pour rejoindre celles et ceux qui désirent témoigner et, ainsi, s’assurer d’un travail de terrain assidu et complet.

« Ces critiques se veulent constructives et FAQ espère qu’elles seront prises au sérieux et considérées. Après plus de dix années de luttes et de revendications, l’organisation souhaite que cette commission d’enquête réussisse et réponde entièrement à son mandat. La réussite de l’enquête dépend en partie des témoignages qui seront entendus et recueillis lors des audiences, d’où l’importance pour les familles et victimes de participer. Toutefois, la responsabilité d’assurer cette réussite revient à la commission », stipule Viviane Michel, présidente de FAQ. -30-

Source : Laureanne Fontaine, responsable des communications

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Femmes autochtones

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...