Édition du 12 juin 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

« Logique » de la masculinité toxique : de la pornographie des poupées sexuelles.

tiré de : entre les lignes et les mots 2018 - 15 - 27 avril : notes de lecture, textes, annonces et pétition

traduction
ressourcesprostitution / 2018/02/02

Publié le 11 avril 2018

Le silence des poupées sexuelles est considéré comme l’un de leurs principaux avantages par les propriétaires masculins. Les poupées sexuelles, contrairement aux partenaires humaines, ne peuvent pas répondre, critiquer ou mépriser.

Par exemple, l’auteur Anthony Ferguson écrit qu’une poupée sexuelle « ne vous dira jamais de sortir les poubelles ni ne critiquera votre performance sexuelle […], elle ne répond ni ne gronde. Cette absence de dialogue est importante pour un homme qui veut un contrôle total ». La poupée sexuelle, ajoute-t-il, « signifie la femme dans sa forme la plus muette, la plus impuissante, la plus banalisée ».

Malgré tous les « arguments » de l’industrie du sexe en faveur de la « liberté d’expression », ce qui est vraiment protégé ici est le langage toxique des hommes et leurs actes de violence sexuelle. Ce discours des hommes toxiques sur et autour des femmes, et le contrôle total qu’ils ont sur les poupées d’apparence femmes. Dans l’esprit de la masculinité toxique, la pornographie et les poupées sexuelles se reflètent parfaitement.

Pourtant, pour les hommes qui recherchent un contrôle total, il est toutefois possible d’aller au-delà du silence de la poupée sexuelle : on peut mettre des mots dans sa bouche. Ou plutôt, la tenir aux bouts des doigts, puisque plusieurs propriétaires de poupée sexuelle ont créé un compte Twitter ou d’autres médias sociaux pour leurs poupées.

Par conséquent, les personnalités et les voix que les propriétaires de poupées projettent sur celles-ci ont leur importance dans la façon dont les robots sexuels peuvent être développés, étant donné que les fabricants de poupées sexuelles, comme la RealDoll, visent à accroître les capacités d’IA (intelligence artificielle) de leurs poupées, et ont l’espoir que les propriétaires seront en mesure de personnaliser eux-mêmes leurs robots.

Ces comptes Twitter peuvent, en particulier, offrir un aperçu du mode de sexualité féminine que de nombreux robots sexuels vont manifester.

Le fait que certains propriétaires prennent des objets et les présentent comme des « sujets » soutient le lien que fait Susan Bordo entre l’utilisation de la pornographie (et le désir de contrôler la sexualité féminine) et le sentiment de faiblesse et de vulnérabilité des hommes :

« Le fait que le corps des femmes soit fétichisé n’implique pas que ce qui se passe dans leur esprit soit à négliger. Au contraire, un ingrédient essentiel de la pornographie […] est la représentation d’une subjectivité (ou d’une personnalité) qui accepte de plein gré de soumettre ses possibilités et ses plaisirs à une seule chose : l’acceptation et la gratification du mâle ».

C’est exactement ce qui se retrouve sur les comptes Twitter créés pour les poupées : la création d’une subjectivité qui prend la forme souhaitée par le propriétaire. On peut en dire autant des personnes impliquées dans le développement de robots sexuels.

Un survol rapide de ces comptes Twitter, pour donner au lecteur une idée de ce à quoi ils servent, montre plusieurs modes de communication. A travers ces récits, les poupées semblent raconter leur propre vie, avec des tweets tels que :
◾Ce qu’elles aiment faire (« Qui aime le lait de coco ? Je suis accro à ce truc ! »)
◾Ce qui les frustre (« Je me sens tellement en retard sur tout, depuis nos vacances de Noël, je me sens un peu déconnectée… désolée »)
◾Ce qu’elles ont fait, souvent accompagné de photos pour soutenir l’illusion (« Voici les gâteries de nos petites excursions de shopping… [nom du propriétaire] est tellement bon pour nous »)
◾Différents aspects de leur personnalité, car elles semblent s’engager dans l’« autoréflexion » (« J’ai vraiment aimé faire cette séance photo, être capable de montrer mon côté plus sombre d’une façon vraiment « païenne », être complètement nue sous ma robe »).
◾Leurs regrets (« Je regrette un peu de ne pas avoir opté pour une coiffure plus volumineuse quand j’étais plus jeune »)
◾Leur passé (« Cette photo fut prise il y a un an. Je n’ai pas changé du tout ; j’avais hâte des « jeudis nostalgie », voici donc une photo de l’époque où j’avais les cheveux bruns… lol »)
◾Leur emploi. Par exemple, l’une d’entre elles, présentée comme une conseillère, a tweeté « Une conversation sincère peut être bénéfique pour tout le monde, et les poupées ne font pas exception. Asseyez-vous sur la chaise pour parler. Sur rendez-vous uniquement »)
◾Leurs relations avec d’autres poupées « familiales et sexuelles » (« Et maintenant pour la première fois sur les médias sociaux, ma petite sœur Amanda Miller. Une des choses amusantes quand @[nom du propriétaire] sort pour la soirée est que je peux passer plus de temps avec [le compte d’une autre poupée] »)
◾La politique identitaire (« Je n’aime pas qu’on me traite de ‘non réelle’, je ne suis peut-être pas vivante, mais je suis bien réelle, peut-être plus réelle que certains êtres vivants » : ici la poupée semble résister à ce qu’on lui attribue une étiquette contre sa volonté, même si toute son existence est le produit de la volonté de quelqu’un d’autre.)

Les tweets exprimant apparemment les désirs sexuels de la poupée soulignent particulièrement le désir de contrôle du propriétaire masculin, et la façon dont la poupée renforce son ego. Par exemple, le propriétaire fait régulièrement exprimer à la poupée les sentiments qu’elle aurait pour lui.

Ce genre de tweets vise à suggérer que la vie et les sentiments de la poupée se manifestent sans l’intervention du propriétaire et nie activement son implication : le tweet suggère que le propriétaire, bien qu’étant son auteur réel, ne les verra pas.

Il semble donc important pour certains propriétaires d’anthropomorphiser leurs poupées afin d’entretenir le fantasme qu’elles ont des sentiments pour eux. Les comptes Twitter semblent manifester l’existence indépendante des poupées de sorte que leur dépendance vis-à-vis leurs propriétaires peut sembler signifier leur attachement émotionnel, plutôt que de suivre inévitablement leur statut d’objets. L’immobilité, donc, peut être interprétée comme de la fidélité et de la dévotion.

Les tweets des poupées indiquent aussi explicitement le contrôle qu’ont les propriétaires sur elles (ainsi que les tweets eux-mêmes étant un produit de ce contrôle), mais toujours avec le sous-entendu qu’elles aiment être dominées. Par exemple, « Mon cœur est à toi. Je me soumets à toi, mon amour ». Dans un autre compte, la poupée réfère à son propriétaire comme étant son « Maître ».

Cela fait écho à la façon dont « Jiajia », un robot humanoïde inspiré d’une femme, développé à l’Université des sciences et de la technologie de Chine, a été programmé pour appeler ses inventeurs masculins « seigneurs » et leur demander comment elle pouvait les servir.

Puisque les robots sont construits et programmés par les humains, ils doivent littéralement être « obéissants ». Mais programmer des robots humanoïdes pour verbaliser cette obéissance, en particulier si elle s’applique aux robots sexuels, menace de renforcer des stéréotypes sexuels problématiques. Encore une fois, en suggérant que les poupées sexuelles acceptent volontairement le contrôle qu’exercent sur elles leurs propriétaires, ceux-ci peuvent réimaginer la soumission des poupées comme un signe de leur adoration, plutôt que comme un corollaire inévitable du fait qu’elles sont des objets sans volonté propre.

Grâce à ces comptes en ligne, le propriétaire peut également réaliser sa domination sexuelle de la poupée devant un auditoire. Au lieu d’exercer un contrôle total sur la poupée en privé, en la positionnant, en l’habillant, en l’utilisant pour se masturber, et en y projetant la personnalité et les sentiments qu’il souhaite, ce contrôle peut être publicisé et confirmé par d’autres propriétaires de poupées. Ceci est le plus clairement visible avec les images des poupées sur le point d’être pénétrées par leur propriétaire, cela permet au propriétaire de diffuser sa sexualité, de rendre publique une relation sexuelle qui autrement serait cachée par le fait que la poupée est un objet immobile, pas un sujet.

Néanmoins, beaucoup de tweets de poupées sexuelles impliquent le désir sexuel pour d’autres poupées sexuelles féminines, le plus souvent pour celles qui ont le même propriétaire.

Ces tweets (p. ex., « Ainsi, malgré nos petites disputes de temps en temps, nous finissons toutes par nous embrasser et nous enlacer [avec trois photos attachées de deux poupées sexuelles féminines semblant s’embrasser au lit]) » fournissent le récit aux images pornographiques de relations entre poupées produites par les utilisateurs et partagées sur les médias sociaux.

En utilisant ces comptes pour partager des images de poupées dans des poses sexuelles, y compris avec d’autres poupées, l’utilisateur de la poupée devient pornographe.

De plus, il le fait d’une manière qui fait écho au mythe sous-tendant une bonne partie de la pornographie et du viol : que les femmes veulent toujours avoir des rapports sexuels. Car il présente la poupée elle-même comme la distributrice de la pornographie dans laquelle elle joue. Il la fait paraître consciente de ses désirs sexuels ; il la fait apparaître comme désirant et invitant au sexe (par exemple, « eh bien, je suppose que ma pose séduisante a fonctionné, Maître a fini son travail et moi-même sur mes jambes, mon dos et… »).

Comme dans le cas de la pornographie soi-disant lesbienne produite pour un auditoire masculin, le fait que le propriétaire masculin soit toujours présent, qu’il soit le chorégraphe, le photographe et le public visé, et signifie donc que, bien qu’il soit visuellement absent, ces images rappellent que les hommes y jouent un rôle central.

Car le seul désir présent et mis en scène est le désir hétérosexuel masculin : ces images sont produites par des utilisateurs masculins, avec la consommation et le plaisir masculin à l’esprit.

La seule absence physique est celle des femmes réelles, en chair et en os. Bien que l’image semble représenter l’action sexuelle entre femmes, ce sont les femmes elles-mêmes qui ne sont pas pertinentes dans ce récit.

Tout comme dans le porno, le « non » inconscient d’une femme serait détecté par les hommes et se « révèle » être un « oui », de sorte que ces comptes Twitter présentent le silence des poupées comme un état permanent de consentement au sexe.

Prétendant remplir le « discours manquant sur le désir féminin » (Fine, 1988), elles semblent aimer jouer avec leur propre « pouvoir » sexuel, être sexuellement actives, « connaitre bien » et sans vergogne leur propre attirance sexuelle et leurs propres désirs (par exemple, « Je pourrais être plus discrète aujourd’hui, mais je m’en fiche. Je vais étaler mes seins comme un dessert ! si tu es là voyeur, c’est le moment de sortir ton pénis. »).

Elles sont toujours « prêtes pour ça »…

Mais, bien entendu, tout ceci n’est qu’un mythe : car les poupées n’ont évidemment pas de désirs, pas d’agentivité, pas de subjectivité.

Ce sont des objets, commercialement produits, achetés, vendus et échangés, et présentés comme étant complices du contrôle de leurs fabricants et acheteurs sur elles.

C’est-à-dire : Un récit masculin toxique de l’objectivation des femmes, transféré aux poupées, de récits qui doivent être contestés et rejetés !

Florence Gildea
Références :

Ferguson, Anthony (2010). The sex doll : A history. London : McFarland.

Fine, Michelle (1988). Sexuality, schooling, and adolescent females : The missing discourse of desire. Harvard educational review, 58(1), 29-54.

Bordo, Susan, (1994) Reading the Male Body. The Male Body : Features, Destinies, Exposures. Ed. Laurence Goldstein. Ann Arbor : U of Michigan P, pp.265–306.

Each Other, New York : Basic Boo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...