Édition du 16 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Israël

Palestine-Israël. L’inéluctable effondrement des accords d’Oslo

Il existe désormais une unanimité parmi les Palestiniens pour estimer que les accords d’Oslo de septembre 1993 ont échoué. Ce processus dont on avait espéré qu’il aboutirait à la création d’un État palestinien indépendant après cinq ans d’autonomie limitée aura en réalité engendré de nouveaux mécanismes de domination à l’intérieur des territoires palestiniens occupés. Pourquoi ?

Tiré de Orient XXI.

L’échec du processus engagé à Oslo en 1993 est patent. Il peut être attribué à quatre facteurs principaux, que l’on peut citer par ordre d’importance et que l’on va examiner :

-  l’absence de toute volonté de reconnaître les droits nationaux du peuple palestinien de la part des gouvernements israéliens successifs ;

-  la partialité du médiateur américain dans les négociations ;

-  la faiblesse du mouvement national palestinien ;

-  la récente multiplication de tragédies dans le monde arabe, faisant reculer le caractère central de la question palestinienne.

La vision israélienne d’un conflit sans issue

Pour Israël le conflit avec les Palestiniens est existentiel et sans issue. Il aura réussi, grâce aux accords d’Oslo, à résoudre un problème inextricable auquel il a été confronté par sa victoire de 1967 : se retrouver avec les populations palestiniennes de Cisjordanie et de la bande de Gaza, en plus des Palestiniens de 1948 compromettait gravement son caractère « juif ». Une réflexion a alors été entamée dès 1967 avec le projet de Yigal Allon, alors vice-premier ministre, de création d’une entité palestinienne formée de petits cantons isolés avec des fonctions politiques limitées, Israël déclinant ainsi la responsabilité de gérer les habitants palestiniens.

Yitzhak Rabin et Shimon Peres ont retenu ce choix et décidé de négocier avec la direction de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Sortie affaiblie de la crise engendrée par l’invasion du Koweït par l’Irak en août 1990, l’organisation faisait face à un boycott politique et financier. Sa popularité dans les territoires lui permettait toutefois de faire accepter les accords d’Oslo. La direction palestinienne avait fait le pari que ces accords allaient, pour la première fois dans l’histoire, consacrer la réalité de la nation palestinienne sur le territoire de la patrie. Elle a considéré que les facteurs de souveraineté seraient peu à peu réunis et que les accords d’autonomie pourraient ensuite évoluer, après la phase transitoire de cinq ans, vers un État indépendant.

L’Autorité palestinienne (AP) n’ignorait certainement pas les difficultés des négociations qui s’annonçaient quant aux questions du statut final : Jérusalem, les réfugiés, les colonies, les frontières, les ressources en eau, mais elle a estimé que l’acceptation par Israël de mettre ces questions à l’ordre du jour (après avoir longtemps insisté pour un ordre du jour laissé libre à chaque partie sans engagement préalable) valait d’une part engagement des Israéliens, et préfigurait d’autre part les grandes lignes du statut final1.

Mais toutes les concessions faites par le leadership de l’OLP — y compris la suppression, lors de la 21e session du Conseil national palestinien (CNP) tenue à Gaza du 22 au 25 avril 1996, des articles de la Charte nationale qui étaient en contradiction avec les lettres échangées entre l’OLP et le gouvernement israélien les 9 et 10 septembre 19932 — n’auront pas réussi à préparer la voie à un retrait israélien de tous les territoires occupés ni à une transformation de la jeune entité nationale palestinienne en un véritable État indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale. Le refus par Israël de s’acquitter de ses engagements et les nouvelles réalités imposées sur le terrain par ses gouvernements successifs, notamment la poursuite de la colonisation, ont créé les conditions d’une seconde intifada. Celle-ci va commencer fin septembre 2000, après l’impossibilité pour Yasser Arafat et Ehoud Barak de parvenir, lors des négociations de Camp David en juillet 2000, à une solution sur le statut final.

Une lutte pour la survie

Depuis le début du troisième millénaire est apparu en Israël un « néo-sionisme » à caractère nationaliste et religieux, répandant l’idée que le conflit avec les Palestiniens est une lutte pour la survie sans autre solution que la totale reddition du peuple palestinien, arguant que la société israélienne devait initier de nouveau la jeune génération à « l’esprit combatif de 1948 » et renforcer « l’unanimité nationale ». Ce néo-sionisme s’est accompagné d’un recul de tous les signes de dissension que la société israélienne avait pu connaître dans les années 1990, comme le phénomène des « nouveaux historiens », celui des « sociologues critiques » ou encore du « post-sionisme ». Il s’est doublé d’une déliquescence du mouvement de la paix, mais aussi d’un recul de la démocratie et de ses institutions, avec une importance accrue donnée au caractère juif de l’État, comme en témoigne le projet de loi fondamentale « Israël est l’État national du peuple juif » que le Parlement a commencé à discuter, et qui considère que le droit à l’autodétermination ne concerne que ce peuple, et tend à marginaliser le statut des Arabes palestiniens en Israël et à légaliser la discrimination raciale exercée contre eux3.

Non contents de faire fi des conditions d’une paix juste avec les Palestiniens, les dirigeants israéliens ont lancé à la faveur de ce néo-sionisme quatre guerres contre la Cisjordanie et Gaza, la dernière à l’été 2014, mus en cela par une conviction bien ancrée selon laquelle le conflit avec les Palestiniens était une lutte existentielle qui ne pouvait avoir d’autre solution qu’une reddition totale et forcée du peuple palestinien. C’est ce qu’a déclaré sans ambages Benyamin Nétanyahou en 2014 dans un entretien exclusif avec des écrivains israéliens organisé par le journal Haaretz. À la question posée par l’écrivain et cinéaste Etgar Keret sur la solution imaginée par le premier ministre pour le conflit du Proche-Orient, celui-ci s’est lancé dans un interminable exposé sur la menace nucléaire iranienne et l’instabilité que plusieurs régimes de la région devaient affronter. Face à l’insistance de l’écrivain pour obtenir une réponse claire, Nétanyahou reconnaissait, selon les termes de Keret, « qu’il ne ferait rien pour résoudre ce conflit, car c’était un conflit insoluble »4.

Afin d’imposer cette reddition au peuple palestinien, les gouvernements israéliens successifs se sont évertués à briser sa volonté de résistance, et à l’empêcher de poursuivre sa lutte pour ses droits nationaux. Cet objectif a été clairement affiché lors de l’invasion israélienne des villes de Cisjordanie en mars 2002, dans le cadre de l’opération nommée « Bouclier défensif ». Au cours de cette offensive, le chef d’état-major israélien de l’époque, le général Moshe Yaalon avait déclaré qu’il s’agissait de « marquer au fer rouge la conscience palestinienne » afin que « les Palestiniens comprennent au plus profond d’eux-mêmes qu’ils étaient un peuple vaincu ». Et cette expression « marquer au fer rouge » est devenue dans la propagande israélienne synonyme de faire plier les Palestiniens et leur infliger une défaite morale permanente en diffusant parmi eux une culture de la terreur et de l’effroi, en leur insufflant un esprit de perpétuelle impuissance.

Yehuda Shaul, ex-officier dans l’armée israélienne qui a participé à l’opération « Bouclier défensif » rappelle les propos de Moshe Yaalon qu’il commente dans un article paru dans Le Monde sous le titre « Prétendant se défendre Israël attaque » : « Moshe Yaalon, le chef d’état-major de l’époque devenu aujourd’hui ministre de la défense nous exhortait à "brûler la conscience palestinienne". Pour répondre à cet appel, on nous envoyait intimider et punir une communauté tout entière. Ces opérations étaient fondées sur la conviction que les civils s’abstiendraient de se révolter si on les brutalisait, si on les opprimait et si on les effrayait. Autrement dit, une "conscience brûlée était une conscience effrayée". Yehuda Shaul poursuit : « Dans le cadre de cette “prévention”, mes amis et moi avons appris à considérer tout Palestinien comme un ennemi et, en tant que tel, comme une cible légitime à attaquer. Lorsque nous partions en opération pour “montrer notre présence”, notre but était d’effrayer et de désorienter la population civile afin de lui faire comprendre qu’elle était sous notre contrôle. D’autres fois, nous “prévenions” le terrorisme en imposant une punition collective à des Palestiniens innocents. »5

La partialité des États-Unis

Les États-Unis portent une lourde responsabilité (https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/impossible-paix-israelo-palestinienne,1406) dans l’impasse de la paix au Proche-Orient. Avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump en janvier 2017, ce pays sera clairement passé d’une simple gestion de la crise à une véritable démarche de liquidation des éléments clés de la question palestinienne, à savoir la question de Jérusalem et celle des réfugiés. Au cours des quelques mois qui se sont écoulés, l’administration a reconnu Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et décidé le transfert dans cette ville de son ambassade à Tel-Aviv. De même, elle a décidé la réduction du montant de sa contribution financière à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), qui fournit des services à plus de 5 millions de réfugiés palestiniens. Elle se montre désormais en phase avec les appels israéliens à liquider cette agence des Nations unies pour préparer la voie à l’exclusion définitive de la question des réfugiés de toute négociation. De même a-t-elle commencé à menacer d’arrêter sa contribution au financement de l’Autorité palestinienne tant que les Palestiniens ne reprendraient pas le chemin des négociations aux conditions israéliennes.

À dire vrai, cette démarche de liquidation avait été déjà entamée par Georges W. Bush. Son administration avait, avec la fin de ses opérations militaires en Irak le 30 avril 2003, présenté une « feuille de route » dans le but de parvenir à « une solution pour le conflit israélo-palestinien sur la base de deux États »6. Alors que la direction de l’OLP avait donné son accord à cette feuille de route, le gouvernement Likoud d’Ariel Sharon lui avait opposé quatorze points de réserve et s’était évertué à la faire avorter.

Plutôt que de dénoncer cette attitude, l’administration américaine avait préféré récompenser l’extrême droite israélienne par une lettre de garanties présentée par Georges W. Bush le 14 avril 2004 à Ariel Sharon, et qui représentait une régression par rapport à toutes les positions adoptées par les administrations successives depuis 1967, sur les réfugiés, les frontières et les colonies. Après avoir favorablement accueilli, dans cette lettre, le projet de « désengagement » israélien de la bande de Gaza que Sharon avait l’intention de réaliser, et avoir renouvelé son engagement vis-à-vis de la sécurité d’Israël, le président américain avait considéré qu’une solution juste et honnête de la question des réfugiés palestiniens se ferait à travers la création d’un État palestinien qui accueillerait les réfugiés plutôt que de les voir s’installer en Israël. Et que les frontières sûres et reconnues pour Israël devraient tenir compte des réalités nouvelles sur le terrain, y compris les grands blocs de colonies, considérant irréaliste « l’idée que le résultat des négociations finales puisse consister en un retour complet aux lignes de l’armistice de 1949 ».7

Après trois années de gel total de tout effort de paix, l’administration de Georges W. Bush fit mine de relancer le processus à travers une dernière initiative de pure forme à Annapolis le 27 novembre 2007, lors d’un sommet international dont l’objectif affirmé était de jeter « les bases d’un nouvel État, un État palestinien démocratique vivant en paix et en sécurité aux côtés d’Israël ». Le moyen proposé était le lancement de négociations bilatérales immédiates destinées à parvenir à un accord de paix et à une solution de toutes les questions en suspens, y compris les questions essentielles.8. Sauf que le processus de paix qui avait été relancé à Annapolis était condamné à l’échec, non seulement faute d’une réelle volonté américaine et de préparatifs sérieux, mais aussi parce qu’Israël n’avait nullement l’intention de régler les « questions essentielles » de ce conflit. Et l’administration américaine était rétive à l’exercice de la moindre pression effective sur le gouvernement du premier ministre israélien Ehud Olmert, qui avait annoncé la construction de milliers d’unités de logements, dans le cadre de nouvelles colonies, quelques jours seulement après la tenue de ce sommet9

Après l’élection du candidat démocrate Barack Obama à la présidence américaine en novembre 2008, nombreux étaient ceux qui, dans la région et dans le monde s’étaient bercés d’illusions sur l’imminence d’une solution au conflit israélo-arabe, notamment à la lumière des positions « positives » adoptées par son administration. La secrétaire d’Etat Hillary Clinton avait annoncé l’engagement américain à œuvrer en vue d’une « solution à deux Etats ». Le président lui-même était allé au-delà de cette perspective dans son célèbre discours du Caire en juin 2009, dans lequel il avait déclaré que les États-Unis d’Amérique ne tourneraient pas le dos aux aspirations légitimes des Palestiniens « à la dignité et à l’édification de leur propre État », alors qu’ils avaient enduré les « souffrances du déracinement pendant plus de 60 ans », assurant que son pays « n’acceptait pas la légitimation d’une poursuite de la construction de colonies israéliennes », et que « ces constructions violaient les accords passés et sapaient les efforts de paix », affirmant que « Jérusalem verrait cohabiter dans la sécurité et la durée juifs, musulmans et chrétiens (…) pacifiquement ».10

Quelques mois à peine après ce discours, l’administration américaine faisait marche arrière face au nouveau premier ministre du Likoud Benyamin Nétanyahou quant à l’exigence d’un arrêt total des colonies destiné à préparer la voie à une reprise des pourparlers avec les Palestiniens. Au lieu de cela, Washington se livrait à des pressions sur le président Mahmoud Abbas, afin qu’il accepte de reprendre le chemin des négociations « sans conditions ». Ainsi n’avait-elle guère tardé à suivre la voie des précédentes administrations, à savoir privilégier la forme sur le fond : l’essentiel étant de maintenir sous perfusion « le processus de paix » et non pas de garantir les conditions réelles de son succès pour parvenir à une paix juste et durable.

Les derniers pas sur cette voie furent « l’initiative » avortée présentée par le secrétaire d’État John Kerry en juillet 2013 pour une reprise des négociations israélo-palestiniennes dans le but de parvenir à un accord de paix final en neuf mois, après la visite d’Obama au Proche-Orient au mois de mars de la même année11

La faiblesse du mouvement national palestinien

Après l’éclatement de la deuxième intifada et la disparition de Yasser Arafat dans des circonstances troubles, alors qu’il représentait un « liant » préservant la cohésion du mouvement national palestinien, les rapports de forces internes sur la scène politique ont commencé à connaître une transformation. Avec le temps, notamment après le retrait israélien de la bande de Gaza en 2005, une dichotomie du pouvoir allait s’installer.

Dans le cadre de sa politique visant à annexer le maximum de territoires palestiniens et à en éloigner le maximum de Palestiniens, le gouvernement d’Ariel Sharon avait alors élaboré un plan de « désengagement » unilatéral de la bande de Gaza, territoire qui comprenait près d’un million et demi de Palestiniens et seulement 7 000 colons, répartis sur 21 colonies dont le coût militaire et financier devenait trop lourd pour le gouvernement israélien. Le plan en question visait, selon le directeur de cabinet du premier ministre, « à empêcher l’émergence d’un processus politique véritable avec les Palestiniens », d’entraver « l’édification d’un État palestinien » et d’annuler à la base « le besoin de démanteler des colonies (en Cisjordanie) ».12

À vrai dire le « désengagement » d’Israël de la bande de Gaza a été l’une des raisons majeures qui avaient incité la direction du Hamas à reconsidérer sa position de non-participation aux élections se déroulant dans le cadre des accords d’Oslo. À la veille des législatives de janvier 1966 destinées à l’élection du Conseil législatif palestinien, le Hamas avait déclaré boycotter les élections, parce qu’elles se déroulaient « sous le toit des accords d’Oslo », niant le droit au vote de 4 millions de réfugiés palestiniens de la diaspora, réduisant ce droit aux habitants de Cisjordanie et de Gaza. Il en soulignait les répercussions sur les prérogatives d’un conseil élu qui « ne pouvait que rester otage de l’occupation »13 La déclaration par le gouvernement d’Ariel Sharon intervenue après la disparition de Yasser Arafat quant à sa détermination à se retirer unilatéralement de la bande de Gaza a alors encouragé les dirigeants du Hamas à participer aux élections législatives de janvier 2006. Comme le souligne Ali Jarbaoui, professeur de sciences politiques à l’université de Bir Zeit, le Hamas en gagnant les élections, se voyait soudain obligé de diriger le système politique sans être passé par une phase de préparation14.

Les élections ont abouti à une bipolarisation sur la scène palestinienne qui réduisait encore davantage l’espace de la gauche : celle-ci s’est trouvée incapable de former un troisième pôle, pour des raisons à la fois conjoncturelles et structurelles, principalement son incompréhension des changements qui avaient affecté la société avec la création de l’AP, imprimé à l’économie un caractère rentier, et conduit à des recrutements pléthoriques dans les appareils de l’autorité administrative et sécuritaire, tout cela conjugué à la baisse du travail salarié en Israël après la deuxième Intifada. La gauche n’a pas su analyser non plus le phénomène d’affaiblissement des corps intermédiaires qui encadraient traditionnellement le militantisme de masse, comme les syndicats de travailleurs, les organisations estudiantines, les fédérations féminines, parallèlement à la montée en puissance des associations et des ONG qui ont su capter de leur côté de nombreux cadres de la gauche. La gauche n’aura pas réussi en outre à dépasser ses contradictions internes et secondaires pour unifier ses rangs, ce qui a favorisé son alignement sur les deux pôles principaux, soit le Fatah, soit le Hamas.

En raison du refus par le gouvernement israélien de discuter des détails du « désengagement » avec l’AP, le retrait de l’armée israélienne de Gaza en septembre 2005 a été suivi d’une situation d’insécurité générale et de désordre armé, avec de multiples tentatives de tirs des roquettes en direction d’Israël auxquels l’armée israélienne a riposté par de vastes offensives dans la bande de Gaza. Le Hamas de son côté appelait à de nombreuses marches armées et à des parades militaires, provoquant à répétition des affrontements avec les forces de police palestiniennes, qui ont dérapé en conflit généralisé, lequel s’est achevé à la mi-juin 2007 par un coup de force militaire du Hamas sur toute la bande de Gaza. Une division à la fois géographique et politique entre la Cisjordanie et Gaza s’en est suivie. Elle menaçait l’unité du peuple palestinien et affaiblissait sa lutte nationale pour la libération, laissant le champ libre à Israël pour consolider son occupation15.

Avec l’impasse politique résultant de l’échec du processus d’Oslo et du coup de force du Hamas, échouaient à leur tour les efforts de réformer l’AP et d’y instiller des pratiques plus démocratiques, comme l’avait promis son nouveau président Mahmoud Abbas, élu en janvier 2005 et dont le programme de réforme avait rallié 63 % des suffrages des électeurs. Même impasse pour les efforts de reconstruction de l’OLP sur de nouvelles bases susceptibles de permettre l’intégration du Hamas et du Djihad islamique, et la recomposition du Conseil national palestinien de façon à ce qu’il puisse jouer pleinement son rôle en matière de contrôle et de législation, et de renouvellement du comité exécutif de l’OLP.

L’affaiblissement de l’OLP comme « parapluie politique unifié » s’est accompagné d’un approfondissement des scissions apparues entre les trois composantes du peuple palestinien, à savoir la population de la diaspora, celle des territoires occupés en 1967 et celle des territoires occupés en 1948. On observait notamment chez les réfugiés de la diaspora un net recul de leur rôle politique accompagné d’une vague de frustration et de désespoir, et le sentiment d’avoir été abandonnés par un mouvement national qui aurait fait bon marché de leurs droits et de leur lutte. De ce fait, de nombreux réfugiés se détournèrent des organisations palestiniennes et de l’action politique. Avec la réduction des services de l’UNRWA pour raison financière, le mouvement d’émigration des camps palestiniens vers les pays européens s’est intensifié.

Les débâcles du monde arabe

Les Palestiniens pensaient qu’avec l’émergence des mouvements populaires dans certains pays arabes, à partir de fin 2010, la cause palestinienne allait retrouver son caractère panarabe. Ils avaient même l’impression de se trouver à l’aube d’une nouvelle ère qui porterait les germes, voire les bourgeons, d’un vrai changement dans les rapports de force et annoncerait de nouvelles conjonctures, dont la cause palestinienne serait la grande gagnante, une fois que les peuples arabes auraient pris en mains leurs destinées. Mais il est très vite apparu que la question palestinienne — à l’exception de cas isolés où l’on a vu brandir le drapeau palestinien dans des manifestations populaires — était absente du discours de ces mouvements, qui étaient le plus souvent spontanés, échappant à tout encadrement de partis politiques panarabes ou de gauche. Ils ont d’ailleurs manqué de programmes politiques clairs, se contentant de mots d’ordre très généraux relatifs à la liberté, la justice et la dignité. La question palestinienne s’en trouvait éclipsée dans les médias arabes, trop occupés à couvrir les mouvements de contestation.

Ces mouvements n’ont pas apporté de changement radical sur le plan économique, social ou politique, prenant davantage une tournure confessionnelle, religieuse ou ethnique de nature à provoquer des conflits sanglants et à mettre en péril le tissu social de nombreux pays arabes, menaçant leur cohésion et leurs structures, secouant un ordre officiel arabe déjà traversé de fractures, en proie au pire affaissement de son histoire, transformant finalement toute la région en champ d’affrontement entre puissances régionales et internationales ayant pour alibi la « guerre contre le terrorisme ».

Il était logique que les dirigeants israéliens exploitent cette désastreuse débandade du monde arabe pour aller plus loin dans leurs projets visant à liquider définitivement la question palestinienne et à vanter une solution « régionale » qui foule aux pieds les droits nationaux palestiniens, profitant du fait qu’il n’y avait plus d’unanimité quant au véritable danger qui menaçait la sécurité du monde arabe, à savoir Israël et sa politique d’agression et d’occupation. Avec l’extension de l’influence iranienne dans la région, certains pays arabes, notamment du Golfe, voyaient plutôt dans le voisin perse le « principal danger » qui les menaçait. Ils se voyaient de ce fait disposés, le plus souvent secrètement, mais parfois ouvertement, à faire alliance avec Israël, à s’engager dans la voie de la normalisation avec cet État, afin de faire face à l’expansion iranienne16.

D’un autre côté ces mouvements populaires et leur retombées auront directement pesé sur la situation des réfugiés palestiniens, notamment en Syrie. Après une période de stabilité qui avait duré près de 65 ans, les camps ont connu un bouleversement total avec l’été 2012. Tous les discours de neutralité prononcés par l’OLP pour protéger ces réfugiés n’auront servi à rien depuis que des factions « takfiristes » ont investi les camps de réfugiés, notamment celui de Yarmouk. Les violentes batailles qui y ont éclaté ont fait, jusqu’à 2014, plus de 1 500 morts et provoqué l’exode de près de 15 % de l’ensemble des Palestiniens de Syrie, alors qu’une proportion semblable demeurait dans les camps et que tous les autres se retrouvaient déplacés vers d’autres régions de Syrie, notamment Damas. Un recensement non officiel révèle l’entrée au Liban fin janvier 2013 de 53 715 réfugiés palestiniens venant des camps de Syrie, la plupart accueillis par des membres de leur famille dans les camps du Liban, tout particulièrement dans le camp d’Ain El-Heloué, dans la région de Saïda, ou chez des familles libanaises qui leur avaient ouvert leurs maisons ou encore dans des centres d’accueil provisoires. Ce flux s’est arrêté en mai 2014 lorsque les autorités libanaises adoptèrent des mesures très strictes pour interdire l’accès du territoire Libanais aux Palestiniens venant de Syrie. Quelques milliers d’entre eux parvenaient alors à entrer en Jordanie malgré les mesures draconiennes prises par les autorités pour les en empêcher. Certains s’étaient installés dans le camp de Zaatari prévu pour l’accueil de réfugiés syriens, en dissimulant leurs identités palestiniennes.

Par ailleurs un certain nombre de réfugiés palestiniens ont pu bénéficier de la décision prise par les autorités égyptiennes au tout début de la crise syrienne, d’accueillir provisoirement des réfugiés palestiniens venant de Syrie et munis de papiers, avant que l’Égypte ne revienne sur sa décision, rendant impossible pour un Palestinien de prendre l’avion à l’aéroport de Beyrouth, sur ordre du Caire. Les chiffres indiquent aussi l’arrivée à Gaza en provenance d’Égypte de 250 familles de réfugiés palestiniens originaires de Syrie. D’autres familles se sont aventurées dans les embarcations de la mort en Méditerranée, ou sur les routes terrestres vers d’autres frontières. Certaines d’entre elles ont réussi à obtenir l’asile dans des pays européens, notamment scandinaves, cependant que leurs proches étaient engloutis par les eaux17.

Maher Al-Charif

Notes

1- Mahmoud Abbas, La voie d’Oslo, (en arabe), Société de publications et diffusion, Beyrouth, 1994 ; p. 325-327 et 331-333.

2- L’OLP reconnaît le droit d’Israël de vivre en paix et en sécurité tandis que le gouvernement israélien se bornait à reconnaître l’OLP comme représentant des Palestiniens, sans aucune référence à un État palestinien.

3- Amal Jammal, « Objectifs et signification du projet de loi fondamentale : Israël État national du peuple juif » , in Majallat al dirasat al filastiniyya (Revue d’études palestiniennes) Beyrouth, n° 101, hiver 2015 ; p. 7-13.

4- Etgar Keret, « Proche-Orient : les mots de la trêve », Le Monde, 11 juillet 2014.

5- Le Monde, Paris, 23 juillet 2014.

6- « Feuille de route pour une solution durable de deux États, basée sur l’exercice effectif des droits », Washington, 30 avril 2003, Majallat aldirasat alfilastiniyya, numéro 55, été 2003, p.157-162.

7- Ibid., numéro 58, printemps 2004 ; p. 170-172.

8- Ibid., n° 72, automne 2007 ; p. 175.

9- Kathleen Christison, « Fin d’une ère noire : Palestine-Israël sous le mandat de G. W. Bush » Ibid., n° 78, printemps 2009 ; p. 99 -115.

10- « Allocution de Barack Obama à l’Université du Caire au sujet de la relation des États-Unis avec le monde musulman, Le Caire, 4 juin 2009 », ibid., p. 183 -184.

11- « Conférence de presse du secrétaire d’État John Kerry, de la ministre de la justice Tzipi Livni, et de Saeb Erekat, chef de la délégation palestinienne aux négociations de paix, dans laquelle Kerry a assuré que « toutes les questions seraient sur la table, l’objectif étant de parvenir à une paix définitive en l’espace de 9 mois » (29 juillet 2013)”, Ibid., n° 96, automne 2013, Rubrique documents.

12- Christison, « Fin d’une ère noire… », op.cit, p. 105.

13- « Mémorandum du Hamas du 17 août 1998 au sujet des accords d’Oslo cinq ans après leur signature », Majallat al dirasat al filastiniyya, n° 36, automne 1998, p. 201 -205.

14- Ali Jarbaoui, « Embarras d’un coup d’État », 31 janvier 2006.

15- « Le tournant palestinien après le retrait » (colloque organisé par Samih Chabib) , Majallat al dirasat al filastiniyya, n° 64, automne 2005 ; p. 5 -22. Talal Okal, Talal, « La bande de Gaza après le retrait : transition des prisons ordinaires à la grande prison et à une agression encore plus féroce », même numéro, p. 175 -182.

16- Le conflit israélo-arabe à la lumière des changements arabes et régionaux (en arabe), Jamil Hilal, Beyrouth, Institut d’études palestiniennes, 2013 ; Abou Saʽda, Moukhaimer Saoud, « Les changements au Moyen-Orient et leurs répercussions sur la question palestinienne », Chouʾoun filastiniyya, Ramallah, n° 267, printemps 2017, p. 13 -22

17- Nabil Al Sahli, « Les Palestiniens de Syrie et la tragédie de l’émigration et du déplacement forcé », Majallat al dirasat al filastiniyya, n° 97, hiver 2014 ; p. 139-149.

Maher Al-Charif

Historien palestinien, chercheur à l’Institut des études palestiniennes (Beyrouth).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Israël

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...