Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Prostitution - Florence-Lina Humbert : « en France : les femmes sont à prendre, ou plus exactement à importuner, les hommes se servent »

La députée Valérie Gomez-Bassac a donné le ton et en quelques jours les médias redécouvrent ce sujet sulfureux et pourtant tellement consensuel : la prostitution. Alors que rien n’avait été dit depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron sur ce sujet, malgré l’appellation de grande cause du quinquennat affublée aux violences faites aux femmes, des femmes et des hommes politiques croient tout-à-coup savoir ce qui nuit aux prostituées : la pénalisation des clients. Certain.es dans la politique et les médias se font les relais de cet appel au règlementarisme lancé par la députée du Var, comme si les maisons closes pouvait être une solution aux problèmes que rencontrent les femmes dans la prostitution.

Tiré du blogue de Christine Delphy.

Avant de faire un sort à cette loi abolitioniste votée en 2016, il faudrait d‘abord voir comment elle a été appliquée, ou plus exactement pas appliquée : outre la pénalisation des clients, elle comprenait aussi une série de mesures pour faciliter les parcours de sortie de la prostitution. Des associations travaillant sur le terrain auraient dû aider les femmes à se construire une nouvelle vie, les guider vers un parcours de soin, leur proposer une réinsertion professionnelle. Or les subventions à ces associations ont été supprimées ou réduites, aucune nouvelle action n’a pu être financée, même le maintien en 2017 des activités préexistentes a été un combat.

D‘autre part le surcroît de travail pour la police qu’aurait représenté une verbalisation effective des clients n’a pas pu être absorbé, les forces de l’ordre étant déjà très sollicitées par la menace terroriste. En dehors de quelques cas isolés où des procureurs énergiques ont mené une vraie politique pénale de poursuite des clients, il ne s’est rien passé.

Enfin le volet éducatif qui aurait consisté à mener une vraie offensive d‘information et d‘éducation à tous les niveaux n’a pas été financé non plus. Les formations des professionnels de la justice, de la police, de la protection de la jeunesse se font au compte-gouttes, de façon très inégale sur le territoire, selon la bonne volonté des décideurs et la disponibilité des intervenant.es.

En fait la France reste une bonne place commerciale pour la sexualité des femmes. On y trouve des jurys de concours Miss France qui invitent des hommes d‘affaires et élus locaux à un diner de gala où ils paient pour la présence d’une candidate à leur table, on y trouve des téléspectateurs tellement obsédés par la chosification des femmes qu‘ils plébiscitent chaque année ce concours comme l’émission la plus regardée de l’année, on y trouve des élus et même des membres du gouvernement qui demandent un rapport sexuel en échange d‘un logement ou d‘un emploi, on y trouve des sites internets de rencontres entre adultes pas très regardants sur la gratuité des rencontres… partout la sexualité des femmes s’achète. Comment s’étonner qu’il s’y trouve aussi des gens pour la vendre ? Il y a suffisamment de misère dans le monde, ce n’est pas compliqué de trouver des jeunes filles vulnérables, de leur promettre une amélioration de leurs conditions de vie, et de les persuader que vendre du sexe en France est, sinon leur vocation, du moins un moyen acceptable de financer leur existence et d’envoyer de l’argent à leur famille restée au pays.

Dans ces conditions, la loi d’abolition est un obstacle au bon déroulement de l’activité, et il est tout à fait logique qu’on veuille la supprimer. Car comment ne pas voir l’énorme contradiction entre cette loi, qui interdit la marchandisation du sexe, et la culture médiatique et politique dans laquelle nous baignons, qui la banalise et la promeut ? Cette loi et surtout l’esprit qui la porte, l’abolition, est profondément égalitaire. Elle promeut une sexualité basée sur le désir réciproque, le sexe n’étant échangeable contre rien d’autre que du sexe.

La société française est bien trop machiste pour s’accommoder d‘une telle égalité. La propagation du terme de consentement dans les discours sur la sexualité en dit long sur le statut du désir. Notre société reste un paradis pour les prédateurs sexuels, le désir lui-même étant encore pensé comme masculin. Les hommes sont sujets, femmes sont objets, les hommes « bien » ayant pour objectif qu’elles soient consentantes. Le désir sexuel est donc supposé à sens unique : l‘un désire, l’autre consent. Cette conception très sexiste du désir et de la sexualité nie le désir des femmes. Elle interdit même de le penser. Les femmes ont deux attitudes possibles par rapport au sexe : elles le refusent ou y consentent. En aucun cas elles ne le désirent. Ainsi notre société s’accommode fort bien de l’existence de la prostitution et de tous les discours qui la légitiment et la banalisent. Elle fait consensus. L’échange de sexe contre sexe étant réputé impossible, il faut trouver un moyen d’échanger le sexe contre autre chose. La prostitution est le lieu de cet échange.

Si les femmes et les hommes se contentaient de cette situation la loi d’abolition n’aurait jamais vu le jour. Or beaucoup de femmes se rebellent depuis longtemps contre la marchandisation des corps de quelques unes pour accréditer le mythe du non-désir de toutes les autres et les hommes refusent la prédation sexuelle comme inhérent au désir sexuel masculin, et la nécessaire automatisation de l’accomplissement de leur activité sexuelle dans un échange commercial.

Une autre sexualité est possible, un véritable échange de désirs et de plaisirs sans dimension commerciale. Promouvoir cette sexualité passe bien sûr par une loi d’abolition de la prostitution mais cela ne suffit pas. Il faut en plus un vrai changement de mentalité, donner une vraie priorité aux luttes féministes contre les inégalités et les violences, donner aux filles de vraies chances d’insertion professionnelle dans tous les métiers et à tous les postes de pouvoir, donner une vraie sécurité psychique et physique aux enfants victimes et menacés de violences sexuelles.

Le champs d‘action est immense. Grande cause du quinquennat ou pas, il est grand temps de commencer. Pour le moment il ne s’est rien passé, ou si peu.

Nous avons lutté deux ans pour obtenir cette loi d‘abolition, luttons maintenant pour la maintenir. Mais ne nous leurrons pas, elle va à l’encontre de la mentalité dominante en France : les femmes sont à prendre, ou plus exactement à importuner, les hommes se servent, ils prennent ce qu’ils veulent, ils dominent, ils désirent et leur désir est roi… Vive la république !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...