Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

Un silence de mortes

Patrizia Romito

La violence masculine occultée La violence masculine est un fait de société plus important que l’on ne le suppose généralement. Sa sous-estimation vient en bonne partie du fait que les agresseurs ont bénéficié d’une impunité quasi totale et que la société a mis en œuvre des mécanismes d’occultation de cette violence que l’autrice, Patrizia Romito, professeure de psychologie sociale, décortique. Violence « conjugale » ou « domestique » en lieu et place de violence masculine, crime « passionnel » au lieu de crime masculin, etc., les mots choisis occultent la responsabilité des agresseurs et des tueurs. Il y a plus, bien sûr, beaucoup plus. Cela ne doit-il pas changer ?

Après la déferlante du mouvement #MoiAussi, qui a révélé en partie l’ampleur des agressions sexuelles et du harcèlement subie par les femmes, la question se pose de comprendre pourquoi les agresseurs ont bénéficié d’une aussi importante impunité. D’où la réédition de cet ouvrage, avec une postface inédite, qui traite des violences des hommes contre les femmes et les enfants ainsi que des mécanismes que la société met en œuvre pour les occulter. Un double constat est tiré : d’une part, les progrès dans la lutte contre la violence masculine envers les femmes et les enfants sont indéniables mais, de l’autre, la violence continue bel et bien à exister et, dans bien des cas, à s’aggraver. Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, cette violence n’est pas except ionnelle, mais tout à fait courante. Ses conséquences sont atroces et trop souvent létales. La thèse l’ouvrage : la violence masculine est un des moyens d’entretenir en bon état de marche le système de domination patriarcale, système dont profitent la majorité des hommes et une minorité de femmes.

L’originalité du livre réside en une synthèse théorique qui établit et décrit, à partir d’un matériel aussi vaste que diversifié, les types de violences masculines et les manières de les occulter ; tant sur le plan social, qu’il s’agisse des lois, du fonctionnement des services sociosanitaires, de la police et des tribunaux, des théories psychologiques et psychiatriques en vigueur, que sur le plan de l’individu et de ses ressorts psychologiques. Parce qu’il révèle les stratégies et les tactiques d’occultation mises en œuvre par la société, ce livre offre à la fois des clés de compréhension et d’action.

TABLE DES MATIÈRES
Avant-propos Introduction, Le silence et le bruit
1. Violences et discriminations : état des lieux
• Chiffres et absence de chiffres
• La fréquence des violences
• Discrimination : les faits
• Violence et discrimination : un tandem classique
• Comprendre la violence masculine ?
2. À la base de ce livre, un corpus théorique
• Le féminisme contemporain
• L’apport de la réflexion épistémologique
• Sens et subjectivité : contribution de la psychologie et des sciences sociales
• Les femmes sont des personnes
• Pour une approche internationale
3. Les tactiques d’occultation
• L’euphémisation ou les politiques du langage
• La déshumanisation
• La culpabilisation des victimes
• La psychologisation
• La naturalisation
• Distinguer pour séparer
4. Les stratégies d’occultation La légitimation de la violence masculine en famille
• La légitimation de la violence hors de la famille : les prostitutions
• La négation : stratégie par excellence
• Le silence des femmes sur la violence des hommes
Conclusion Postface Annexes Bibliographie

L’AUTRICE

Autrice de plusieurs livres et articles, Patrizia Romito est professeure de psychologie sociale à l’Université de Trieste (Italie). Elle travaille sur la santé mentale des femmes et les réponses sociales aux violences qu’elles subissent.

Patrizia Romito

Patricia Romito est professeure de psychologie sociale à l’université de Trieste (Italie). Elle travaille sur la santé mentale des femmes et les réponses sociales aux violences qu’elles subissent. Auteure de nombreux articles en anglais et de plusieurs livres en italien. Professeure de psychologie sociale à l’université de Trieste. Professeure invitée à l’université de Lille. Elle a publié : Violenze alle donne e risposte delle istituzioni. Prospettive internazionali, Milan, Franco Angeli, 2000 ; La Naissance du premier enfant. Étude psychosociale de l’expérience de la maternité et de la dépression post-partum, Lausanne, Delachaux & Niestlé, 1990 ; Women’s Paid and Unpaid Work During Pregnancy. A Psycho-Social Analysis, Thomas Coram Research Unit, University of London, 1989.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...