Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

1641 propositions

La semaine passée à la Grande transition (LGT), on s’est retrouvés un peu surpris avec plus de 1600 participants. Autre caractéristique, la moyenne d’âge devait être autour de 28 ans. Enfin, il y avait une grande diversité linguistique et communautaire. Plus encore, c’était magnifique comme débat, avec des explorations, des recherches et des communications riches et diversifiées, décomplexées à la fois de l’académisme au collet monté et des formules simplistes. Et bien non, pour une fois, la grande majorité des gens se sont dits, la réalité est complexe, et donc, la pensée critique doit être complexe, encore plus pour une gauche qui veut changer le monde.

Plus beau que cela tu meurs…

Au cœur de LGT, il y a eu, et il y aura ce qu’on peut appeler une originale intellectualité de gauche, qui est un phénomène à la fois québécois et mondial. Ici, on pourrait dire que la génération de 2012 est en train de construire un nouveau centre de gravité, qui commence à parler fort dans les nouvelles expressions politiques et les résistances sociales.

C’était la semaine passée particulièrement frappant au niveau du syndicalisme, de l’écologie et du féminisme où l’approche majoritaire est explicitement anticapitaliste, tout en évitant les fantasmes d’antan (ma génération !) du « grand soir » inéluctable et de la pensée je-sais-tout-iste sectaire et dogmatique.

C’est bien parti.

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’angles morts. Évidemment, le plus difficile, c’est de partir des diagnostics pour établir des pistes d’action. Or celles-ci doivent entrer dans le dédale de la stratégie et de l’hégémonie, penser la « guerre de position » permettant d’avancer pas à pas, et de reculer, si nécessaire. Appelons cela, banalement, la « politique ». Il y a encore de nombreuses croutes à manger avant d’aboutir à la « grande convergence », qui évitera les pièges attentistes du passé, et encore plus, le trou noir de l’avant-gardisme. Par exemple, on a peu discuté les questions stratégiques pour confronter ce qui est le véritable adversaire pour les mouvements populaires, soit l’État canadien. Il faudra bûcher, non seulement dans nos écrits et nos débats, mais sur le terrain des vaches, pratiquement.

Les participants et les participantes à LGT me semblent, dans leur majorité, particulièrement déterminés et en général bien préparés pour faire avancer notre gauche trébuchante et faire reculer le dispositif du pouvoir qui est loin d’être une petite chose et un petit projet.

Il est plus que probable que le collectif de la Grande transition (coalition impromptue de groupes et d’individus) continue, à la fois pour répondre à la demande générale, à la fois pour aller plus loin.

Un certain président dans une certaine révolution disait que la grande marche commençait par le premier pas…

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...