Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

3e lien à Québec : Science contre opinion

La manifestation du 10 novembre exprimait la désapprobation contre le 3e lien, mais j’oserais dire que ce n’est que la surface. D’une manière plus profonde et plus latente, elle exprimait un ras-le-bol de l’opinion fast-food des radios de la région. On a peine à croire qu’un si grand pouvoir médiatique ait pu esquiver ou cacher l’aspect scientifique du problème, pourtant beaucoup plus facile à vulgariser que la théorie de la relativité.

Tiré de la page Facebook de Non au 3e lien.

Samedi, 10 novembre, autour de mille personnes de divers horizons ont bravé un temps maussade pour dire NON. J’y étais. C’est en écoutant les gens parler et en lisant les nombreux slogans des pancartes qu’il m’est apparu clair qu’il y avait un peu plus que le 3e lien. Il y a forcément une cause pour expliquer un fossé si marqué dans la société.

On est habitué à entendre les rengaines des climato-sceptiques. Malgré un écrasant consensus scientifique, des gens persistent à se construire leur propre logique pour ne pas quitter le confort de leur vision du monde. À Québec, nous vivons le même phénomène à grande échelle, mais pas sur le climat. Plutôt sur la circulation. Car oui il y a une science de la circulation. Il y a même un consensus scientifique sur la circulation. Un écrasant consensus bâtit par des décennies d’études indépendantes. Si les hypothèses de recherche ont été initiés dès la fin des années 1960, c’est depuis une vingtaine d’années que le trafic induit est devenu le point de vue dominant dans les cercles de recherche. Les données se sont accumulées et vont toutes dans le même sens. C’est ce qui me pousse à citer ce que j’ai lu sur l’affiche d’une manifestante : “la science n’est pas une opinion”.

La science, c’est de l’information à haute valeur ajoutée (j’ai une formation d’économiste, alors pardonnez mon jargon disciplinaire). Pour arriver à un consensus qui tiens en un paragraphe, il peut y avoir des décennies de démarches scientifiques. Dans le débat public toutefois, le consensus scientifique devient parfois un “point de vue” parmi d’autres. Il peut être mis en minorité dans le grand public par des préjugés ou des stéréotypes tenaces. “Ce sont des mauvaises données”. “Ça viens d’extrémistes écolos”.... Même si ce n’est pas vrai, ce n’est pas grave pour celui qui parle, car ce n’est qu’une opinion.

Nous sommes confronté à la toxicité d’un mélange de divertissement et d’information combiné à une faible diversité des points de vue. Ces radios d’opinion, qui clament depuis longtemps provoquer et animer le débat public, en fait l’étouffe. Il est plus facile pour elles de conforter leur public cible dans leur croyances que de forcer des remises en question. C’est du business. Résultat : notre Premier ministre nie ouvertement la portée des travaux scientifiques sur la circulation et veut le moins d’études possible sur le 3e lien. Nous, les “pro-science”, on n’a jamais posé une réelle résistance contre les multiples élargissements d’autoroutes car cela se fait à un prix relativement raisonnable (et encore...), mais le 3e lien n’est pas une autoroute comme les autres. C’est une autoroute 10 fois plus cher le km. C’est clairement une subvention à la congestion avec tout ce que cela implique sur le coût environnemental. Tout ça pour un gouvernement qui se dit préoccupé par l’efficacité des services publics...

Les gens ont voté pour ça ? Sachez une chose : avant le début des travaux, il y aura au moins une autre élection, peut être deux. Alors nous travaillerons pour un vrai débat d’ici là.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...