Édition du 27 juin 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

France

Observations autour des élections françaises de 2017

La France a souvent été le lieu d’expérimentations politiques ayant par la suite été généralisées ou adaptées dans d’autres contextes. C’est à elle notamment qu’on doit les expressions « gauche » et « droite » pour décrire le spectre des options politiques. Dans le cas du cycle électoral du printemps 2017, cette vieille polarisation, sans disparaître, laisse place à une majorité s’affirmant au-delà de cette division, en même temps qu’à un éclatement du paysage politique. Bien des phénomènes qu’on peut y observer pourraient être annonciateurs de ce qui guette d’autres démocraties parlementaires au cours des prochaines années.

Tiré du blogue de l’auteur.

Désengagement et mobilisation

En cette saison électorale, le taux d’abstentions et de votes blancs ou nuls a été sans précédent depuis la fondation de la Ve république en 1958. Même au second tour des présidentielles, lorsque le choix était plutôt contrasté et que chaque vote comptait, le tiers de l’électorat a décidé de ne pas voter du tout ou d’annuler son vote. Quant au second tour des législatives, quand les choix étaient souvent limités entre deux partis assez proches politiquement (le parti de Macron vs la droite traditionnelle, par exemple), 57,4% des inscrits ne se sont pas présentés aux urnes. Parmi les votants, près de 10% ont annulé leur bulletin. Si bien que 440 député-e-s sur 577 n’ont pas obtenu l’appui de 25% ou plus de leur électorat potentiel.

Face à ce niveau de désengagement, les appels de la France insoumise pour une refondation des institutions politiques, une sixième république issue d’une assemblée constituante, prennent toute leur pertinence. Aussi, la légitimité du nouveau pouvoir pour mener des réformes significatives sera confrontée à cette autre légitimité, celle de la rue, comme l’ont fait ressortir les porte-parole de la nouvelle gauche combative, dont Jean-Luc Mélenchon, qui a obtenu une belle victoire à Marseille avec 60% des voix. La capacité de « faire sortir le vote », en mobilisant sa base et en osant générer de l’enthousiasme sont des facteurs plus déterminants que jamais dans ce climat dominé par l’indifférence. L’échec des Démocrates sur ce plan, dans quelques états clés, expliquent aussi en bonne partie la victoire de Trump.

Crise des vieux partis et renouveau

L’effondrement du Parti socialiste (PS) est d’une brutalité à couper le souffle. Cinq ans après avoir remporté la présidence et la majorité des sièges, son candidat (Benoit Hamon) est arrivé cinquième au premier tour de la présidentielle et son groupe parlementaire est réduit à 30 députés plus une dizaine d’alliés. De plus, parmi les élu-e-s, il s’en trouvera probablement quelques-uns, qualifiés de « macron-compatibles » pour voter la confiance au gouvernement. Pas étonnant quand on constate qu’une bonne partie de l’appareil politique de la République en marche (REM), le parti du président, est issue du PS. Macron lui-même a été conseiller puis ministre dans le gouvernement Hollande. Ce qui reste du PS pourrait éclater en petites chapelles politiques ayant chacune leur approche bien distincte sur la question des rapports à entretenir avec, sur leur droite, le nouveau gouvernement, et sur leur gauche, les contingents de la France insoumise et du PCF.

Quant à la droite traditionnelle, sa défaite n’est pas aussi cinglante avec 130 députés. Mais sa division est tout aussi profonde. Plusieurs têtes d’affiche du parti Les Républicains sont au gouvernement, dont le premier ministre Gérard Philippe. Une bonne partie du groupe parlementaire, qu’on désigne comme les « constructifs », sont tout aussi macron-compatibles que la droite du PS. D’autres, plus conservateurs sur les questions sociales, l’immigration ou la sécurité, pourraient converger avec les « diverses droites » et même avec le Front national. Entre les deux, pas beaucoup d’espace pour une droite dont le programme sera en bonne partie mis en œuvre par le gouvernement. S’opposer pour s’opposer ne fera pas une politique.

La nouvelle Assemblée nationale comptera 434 nouveaux visages, soit 75% du total. Au total, 38,6% seront des femmes, un niveau jamais vu en France et près de 12 points de plus qu’à l’élection de 2012. L’assemblée rajeunit aussi avec une moyenne d’âge de 48,6 ans au lieu de 54 ans dans l’ancienne législature. Ce rajeunissement et cette féminisation sont dus principalement aux efforts des tout nouveaux partis que sont la République en marche (REM) du président Macron et la France insoumise (FI) menée par Jean-Luc Mélenchon. Aucun de ces deux partis n’existait il y a à peine deux ans. Le Front national (FN) et le Parti communiste (PCF) comptent de leur côté le moins de femmes et de jeunes dans leur députation.

Pour le PCF, dont le lent déclin se poursuit depuis les heures de gloire de l’Union de la Gauche avec le PS de Mitterrand dans les années 1970, il va falloir choisir entre un isolement potentiellement fatal et une collaboration avec la France insoumise qui détient deux fois plus de députés, dont plusieurs ont été élus dans de vieux bastions communistes comme le département de Seine-Saint-Denis. Une recomposition d’ensemble de la gauche incluant la tendance Hamon du PS, aux accents altermondialistes, la FI de Mélenchon, le PCF et divers députés de gauche sans affiliation (dont plusieurs dans les départements d’outre-mer) pourrait permettre de constituer une opposition forte et de faire émerger une alternative de gauche face au consensus d’extrême-centre de Macron. Mais les questions de l’Europe et de la politique étrangère seront des obstacles importants sur cette voie, Hamon et son groupe étant farouchement attachés à l’Union européenne et à l’OTAN, tandis que la FI et le PCF sont issus de la campagne du Non au traité européen en 2005 et peuvent être qualifiés d’eurosceptiques.

Polarisation et ralliement au centre

Au bout du compte, cette remise en question complète du paysage politique est le résultat d’un phénomène contradictoire. D’une part, on remarque une polarisation avec le renforcement tant de l’extrême-droite du Front national (avec 10 millions de voix et 33% au second tour de la présidentielle) que de la nouvelle gauche qui s’est coalisée autour de la candidature de Mélenchon (arrivé 4e avec 19% au premier tour). Le FN a subi un revers avec la contre-performance de Marine Le Pen entre les deux tours de la présidentielle et un résultat décevant aux législatives, avec seulement 8 députés. De son côté, le vote FI s’est tassé considérablement entre les 7 millions pour Mélenchon le 23 avril et les 2,5 millions de voix au premier tour des législatives. Une vague de ralliement de l’électorat de gauche autour de sa candidature, perçue comme la seule de son camp à pouvoir aspirer au second tour, a compté largement dans le succès du 23 avril. Mais la tendance lourde est tout de même au renforcement des deux extrêmes.

Face à cette double menace, le ralliement très large autour d’Emmanuel Macron a toutes les apparences d’une unification des forces politiques de la routine habituelle. Son gouvernement et son parti vont chercher des têtes d’affiches (incluant des ministres) tant du côté du mouvement écologiste que de la droite traditionnelle, des gros morceaux du PS et la majorité des « centristes », notamment chez le Mouvement démocratique (Modem) de François Bayrou. Leur crédo ? Un mélange de libéralisme social (droits LGBTQ, parité des candidatures et des ministres, antiracisme officiel), d’attachement sans nuance à l’Europe, et d’une technocratie économique fondée sur l’orthodoxie néolibérale. Les parallèles avec le gouvernement Trudeau sont frappant à cet égard. Ça rappelle aussi le Parti démocrate étasunien de Clinton ou Obama.

Si cette expérimentation politique devait mener à un échec, ce qui sera mesuré principalement par le taux de chômage (chroniquement élevé) et la croissance économique (presque nulle), on peut parier sur le fait que les deux grands courants d’opposition à ce consensus libéral, le FN d’un côté et la FI de l’autre, vont en sortir renforcés. Aussi, le capitalisme nous a habitués depuis près de 200 ans à des crises cycliques aux 8 à 12 ans environ. Une récession devrait donc frapper durant le quinquennat de Macron. On peut donc se consoler de la victoire facile de Macron et de son parti en constatant que la possibilité d’une recomposition à gauche semble plus probable, surtout si les luttes sociales sont au rendez-vous, que l’élargissement des appuis de l’extrême-droite.

L’original plutôt que la copie

Il semble bien que ce soit une règle générale que l’électorat préfère l’original à la copie. En France, le Parti socialiste a gouverné comme un parti de centre-droite et donné raison aux technocrates du néolibéralisme à l’européenne pendant plusieurs années. Résultat, il est maintenant décimé au profit d’une nouvelle grande coalition de centre-droite dirigée par un de ses anciens ministres. En même temps, à force de donner raison au Front national et de tomber dans le piège de la lepénisation des esprits, la droite ordinaire et la gauche modérée ont donné une crédibilité au Front national, ce qui lui a donné 10 millions de voix au second tour. Même si ce vote s’est considérablement tassé par la suite, avec 3 millions au premier tour des législatives, la « normalisation » du FN est presque un fait accompli. En fait foi, notamment, la force du courant favorable à l’annulation ou à l’abstention à gauche lors du second tour des présidentielles.

Chez nous, en choisissant Lisée comme chef, avec la mise en veilleuse de la souveraineté, le PQ a donné raison à la CAQ qui a toujours affirmé que le nationalisme québécois devait mettre de côté l’indépendance et se replier sur un protectionnisme économique (Québec inc.) et des mesures dites identitaires sur la langue et l’immigration. Résultat, le PQ descend tranquillement dans les sondages et la CAQ monte au point de s’imposer comme le principal adversaire des Libéraux. Au fédéral, le NPD avait tenté de se présenter comme un meilleur parti libéral que les Libéraux, choisissant même un ancien ministre libéral provincial comme chef. On connait la suite.

À l’opposé, les gens apprécient la sincérité et la fidélité aux principes. En font foi la campagne fantastique de Bernie Sanders face à la machine des Démocrates, le succès de Jeremy Corbyn contre les bonzes du New Labour, la vague d’appuis qui a presque poussé Mélenchon devant Le Pen au premier tour de la présidentielle. Il semble donc que l’avenir appartienne à ceux et celles qui tiennent bon et affirment haut et fort leurs idéaux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : France

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...