Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections 2018

Élection 2018 dans Québec-Chaudière/Appalaches : bilan et perspective solidaire

La région de Québec-Chaudière/Appalaches (03/12) est grossièrement constituée de deux sous-régions politiques. Tout d’abord la banlieue et les milieux ruraux, où est présent le « Mystère de Québec », soit une adhésion plus forte aux idées de droites par rapport au reste du Québec. Ensuite, le centre-ville de Québec, ce qui inclue toute la circonscription de Taschereau, la majorité de celle de Jean-Lesage, ainsi que celle de Jean-Talon.

Balayage caquiste

  • Les vieux partis sont balayés de la grande région de Québec Chaudière-Appalaches.
  • La CAQ a gagné presque partout, ce qui confirme le mystère de Québec, c’est-à-dire que la droite est plus forte dans la région qu’ailleurs au Québec. Dans le même sens, le Parti conservateur du Québec y fait ses meilleurs résultats, avec 8,6% dans Chauveau.
  • Toujours dans le même sens, le PLQ était 2e presque partout, en baisse majeure surtout sur la Rive-Sud. Il a gagné dans Jean-Talon, le fief historique de la bourgeoisie libérale dans la région.
  • Le PQ est donc déclassé comme 4e force politique de la région, sans député.

Croissance des solidaires hors du centre-ville

  • QS est troisième parti, devant le PQ, dans 13 circonscriptions, et 4e dans 3 circonscriptions.
  • Les résultats de QS descend jusqu’à 5.8% dans Beauce-Sud, ce qui est comparable à nos résultats dans l’ouest de Montréal. Bellechasse (7.5%) et Beauce-Nord (7.1%), aussi situé en zone plus rural de la rive-sud.
  • Toutes les autres circonscriptions ont des résultats entre 9% et 13.5%. C’est encore en dessous du résultat national (16,1%) mais comparables aux résultats du 450 et du 819.
  • Ce « rattrapage » implique que, pour 16 circonscriptions sur 19, la croissance du pourcentage de vote par rapport au vote QS-ON de 2014 a été plus élevé que la croissance du vote national (donc plus de 193% de croissance). Cette croissance atteint 256% dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré et 250% dans Charlesbourg.
  • La circonscription de Jean-Talon, qui passe de 10.5 % à 19.2 %, se retrouve avec un résultat solidaire comparable à celui de Taschereau aux dernières élections (QS-ON combiné), ce qui laisse place à beaucoup d’espoir. Cette circonscription urbaine, qui comporte deux gros cégeps et l’Université Laval, inclue aussi les quartiers de la bourgeoisie régionale.

Victoire solidaire

  • La croissance du vote s’est effectuée à partir des bases naturelles solidaires : jeunes, femmes, francophones, urbains, instruits, pauvres.
  • La victoire dans Taschereau écrasante (par 8 539 voix) a été une combinaison du travail terrain massif, l’originalité artistique et de la personnalité charismatique de Catherine Dorion sur un terrain très favorable à QS. À la lumière de ces résultats, un transfert de force vers Jean-Lesage aurait dû être envisagé.
  • La victoire dans Jean-Lesage, plus surprenante, n’est pas contestable (par 669 voix). La mobilisation a aussi été massive et, dans ce cas, déterminante. L’approche pédagogique de Sol a permis de créer l’adhésion autour du programme national et local de QS. La fusion avec Option nationale a été particulièrement profitable dans Jean-Lesage, avec un apport humain et financier notable que cela implique.
  • QS a été en convergence avec le maire Labeaume et ses priorités : tramway, verdissement du fleuve et immigration. C’est l’inverse des élections précédentes, alors que ses priorités étaient l’amphithéâtre, les attaques contre les employés municipaux et l’élargissement des autoroutes. Les divergences avec le maire sur des questions comme le Port et l’incinérateur n’ont pas mené à des conflits.
  • Les positions claires de QS sur le virage écologiste, dans un contexte de polarisation régionale du débat sur le transport, nous ont été favorables.
  • Une forte maitrise des communications et des médias sociaux a maximisé notre impact sur les jeunes, réputé difficile à rejoindre.
  • Les rassemblements pré-électoral et durant les élections ont été des démonstrations de forces profitables
  • Les investitures du printemps dernier dans Taschereau et Jean-Lesage ont mobilisé les équipes et augmenté le nombre de membres à carte, mais aussi le nombre de militantEs qui se sont retrouvéEs sur le terrain. Par contre, les équipes défaites, plus impliquées dans les mouvements sociaux, se sont peu mobilisées dans la campagne. Cette situation a limité la jonction avec les mouvements communautaire et syndical et privé le parti de militantEs d’expérience pour former les nouvelles et nouveaux. Cette situation risque aussi d’avoir des effets à court terme sur le caractère démocratique du parti, mais aussi à long terme, en affaiblissant les contrepoids qui empêchent le parti de dériver vers la droite. L’investiture dans Jean-Talon nous a aussi empêchés d’ajouter de la diversité dans nos candidatures et de faire la jonction avec l’importante mobilisation des taxis.

Perspectives solidaires

  • La prochaine circonscription gagnable dans la grande région est Jean-Talon, où nous avons fait 19,2 %. En dehors, nous sommes à 10 % et moins. Les perspectives de gains sont donc limitées et les prochains comtés solidaires seront probablement à l’extérieur de la région. Il faut tout de même se rappeler que la vague orange du NPD avait emporté toute la Capitale-Nationale (Rive-Nord), mais pas la Rive-Sud.
  • Dans les 2 circonscriptions gagnées, les propositions locales et régionales de QS doivent se transformer en mobilisation démocratique des citoyenNEs menant à des victoires concrètes.
  • La bataille à Québec pour le tramway et le transport en commun, contre le 3e lien et pour la conversion de Laurentien en boulevard urbain deviennent stratégiques dans une perspective solidaire et écologiste pour l’ensemble du Québec. On se retrouvera alors en alliance avec Labeaume et contre la radio-poubelle et la CAQ. QS devra se distinguer de plusieurs façons :
  • ◦ En faire une bataille prioritaire contre les changements climatiques.
  • ◦ Dénoncer à la fois l’étalement urbain et la gentrification. Dans ce sens, y inclure la question de la justice sociale : coût du transport, logements sociaux. Il faut mener une bataille pour rendre abordable le centre-ville et pour mettre en relief les coûts individuels et collectifs cachés de la banlieue, particulièrement en lien avec le transport.
  • ◦ Dénoncer les intérêts immobiliers et de l’industrie de la construction, qui profitent de l’étalement urbain et de la gentrification.
  • La bataille contre le Port de Québec devra s’accentuer et impliquer une augmentation de la mobilisation de rue contre cette institution fédérale.
  • La bataille pour la fermeture graduelle de l’incinérateur devra aller dans le même sens, en jonction avec l’enjeu de la crise de la récupération actuelle.
  • Sur la scène municipale, une réflexion stratégique devra avoir lieu sur la construction de la gauche. Des militantEs d’ON ont fondé le parti Option Capitale-Nationale, qui n’a pas fait un grand résultat, mais qui existe. Démocratie Québec, qui rassemble plusieurs solidaires, est un parti de centre qui n’a pas été, jusqu’à maintenant, une bonne opposition à Labeaume. Enfin, le maire est présentement en recentrage, en confrontation avec la radio-poubelle et en convergence avec QS sur plusieurs questions clés. On se retrouve donc en contexte difficile pour lancer une recomposition de la gauche municipale.
  • Avec la CAQ, on ne pourra passer à côté de la bataille pour un Québec inclusif, autant sur la question de l’immigration que des signes religieux. Il faudra faire la jonction avec les forces qui sont nées de la solidarité autours de l’attentat du 29 janvier 2017. Il faudra dénoncer et combattre la montée de l’extrême-droite et se soutenir leurs victimes.
  • L’importance qu’ont prise les forces solidaires dans la région devrait se refléter dans un paysage médiatique où la radio-poubelle reste trop importante. La promotion des média alternatifs, dont Québec réveille à CKIA, doit se combiné avec une croissance des chroniqueurs solidaires comme Stéphane Lessard au Journal de Québec.
  • Si la gauche veut prendre le pouvoir, il faudra progresser hors du centre-ville et rejoindre tous les travailleurs et travailleurs, par un discours de classe et des actions conséquentes en soutien directe aux luttes en cours.
    ◦ Les propositions phare de la plate-forme doivent se poursuivre et être complété par celle du programme. Dans un contexte où la région est plus à droite qu’ailleurs, il faudra trouver les moyens de massivement démonter les faux-discours de la droite sur toute une série de sujet (fiscalité, services publics, transport, immigration, etc), en mettant en relief les effets différencier riche/travailleurSEs. La crédibilité de la radio-poubelle devra aussi être directement contestée.
    ◦ La jonction avec le mouvement syndical et communautaire de la région devra être consolidée par notre représentation parlementaire, mais surtout dans la rue. La réactivation des militantEs perduEs lors des investitures pourrait faire la différence.
    ◦ La question de la ruralité et d’une vision solidaire du développement des banlieues devrait aussi être creusée de façon spécifique.
  • Sur le plan régional, le rôle des deux associations régionales par rapport aux deux circonscriptions victorieuses sera à préciser. La construction d’association vivantes, mais surtout la formation des membres et l’implication dans les luttes régionale devrait être prioriser.

On peut noter la centralité des enjeux urbains dans la construction de la gauche
En Amérique du Nord, la banlieue, avec un mode de vie axée sur l’automobile et la consommation, construit la droite. À l’opposée, dans les quartiers de centre-ville où il y a une vie communautaire, les besoins en services publics de transport, en aménagement vert et en politique sociale pour réduire les écarts se font plus criants. Bref, les décisions en transport et en aménagement déterminant où vont habiter les futurs ménages, au bout d’une autoroute ou dans le centre-ville, sont des enjeux écologiques et sociaux, mais aussi politiques à long terme.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections 2018

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...