Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

La majorité des cours d’eau québécois encore ouverts aux forages pétroliers et gaziers

Eau Secours s’inquiète de constater que la majorité des lacs et des rivières au Québec sont encore ouverts aux forages de pétrole et de gaz suite à l’annonce du Ministre Pierre Moreau et de la Ministre Isabelle Melançon concernant les projets de règlements de mise en œuvre de la Loi sur les hydrocarbures. Selon l’organisme, qui milite pour une protection adéquate de l’eau depuis 20 ans, ces règlements posent une grave menace à la majorité des cours d’eau québécois et ils ne doivent pas être adoptés.

Treize cours d’eau navigables seraient maintenant protégés de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures, ce qui est loin d’être satisfaisant pour l’organisme. Selon la directrice générale d’Eau Secours, Mme Alice-Anne Simard, « il est essentiel de rappeler que le Québec possède sur son territoire près de 3,6 millions de lacs, étangs et mares, alors que les ruisseaux et les rivières se comptent par dizaines de milliers. Protéger uniquement treize cours d’eau navigables face aux forages pétroliers et gaziers n’est nettement pas suffisant pour assurer la protection de notre ressource. »

Eau Secours se réjouit que le gouvernement prévoie interdire la fracturation à partir d’un milieu hydrique, dans le schiste et à moins de 1 km de profondeur verticale. Cependant, l’organisme estime que la fracturation devrait être interdite sur l’ensemble du territoire québécois. « Le gouvernement fait un pas dans la bonne direction, mais on s’explique mal qu’il édicte des règles très compliquées pour encadrer la fracturation alors qu’il pourrait tout simplement l’interdire complètement. Plusieurs sondages ont montré que cette technique non-conventionnelle n’a aucune acceptabilité sociale au Québec », précise Mme Simard.

Pour l’organisme, la seule manière de protéger adéquatement l’eau du Québec et de respecter les engagements pris par le gouvernement en matière de lutte aux changements climatiques est d’interdire complètement l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures au Québec. « À quoi bon adopter des règlements pour encadrer le développement de cette filière, alors que la science nous dit qu’il ne faut aucun nouveau forage pétrolier ou gazier si nous voulons limiter l’augmentation de la température sous le seuil sécuritaire de 2 degrés Celsius. Il est temps que le Québec tourne le dos une bonne fois pour toute à cette industrie du passé », conclut Mme Simard.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...