Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Prendre le parti des travailleuses et des travailleurs, ici comme ailleurs sur la planète !

Point de mire du 24 avril

Dans ces points de mire, Presse-toi à gauche présente synthétiquement des éléments d’analyses d’articles publiés dans l’édition de la semaine et explicite ses partis-pris sur les points d’actualité et les débats en cours. Points de mire, pour bien marquer où nous voulons en venir !

Les travailleuses et travailleurs des organismes communautaires n’en peuvent plus. Dénonçant des conditions de travail parmi les plus précaires et des salaires de famine et donc un roulement de personnel qui réduit l’impact de leur travail auprès des communautés, les organismes réclament que l’Etat réinvestisse dans le budget de fonctionnement des organismes à qui il m’hésite pourtant pas à confier des mandats lorsque vient le temps d’économiser dans les services du réseau de la santé.
 
C’est la guerre ! Tous aux abris citoyennes et citoyens ! C’est ce qu’il faut croire en tout cas si on se fie aux nombreux reportages alarmistes des médias de Québecor sur l’opposition au Sommet du G7 en juin prochain dans Charlevoix et à Québec. Alors quela Ligue des droits et libertés et Amnistie internationale annoncent leurs intentions de mener une mission d’observation sur la sécurité entourant le sommet, nous republions le rapport de la LDL sur le Sommet des Amériques qui s’est tenu à Québec en 2001. Plusieurs y liront des propos qui auront pour effet de tempérer les mises en garde des médias de la droite décomplexée et de ses porte-paroles.
 
Par ailleurs, si l’Assemblée nationale du Québec fut unanime à réclamer une commission d’enquête publique sur la catastrophe de Lac Mégantic de 2013, le fédéral fut tout aussi rapide à rejeter une telle requête. Bruce Campbell, ancien directeur exécutif du Centre canadien des politiques alternatives, se penche sur les raisons qui pourraient expliquer une telle attitude.
 
Dans la foulée du mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, lors de leur assemblée générale annuelle, les coopérants de la Caisse populaire Desjardins de Limoilou ont adopté par une bonne majorité une résolution exigeant de la coopérative de crédit un retrait du projet d’oléoduc Kinder Morgan. Par ailleurs, dans le contexte de la politique d’électrification des transports, alors que les tenants du capitalisme vert voue toutes les vertus attribuées à la voiture électrique. la Coalition Québec meilleure mine rappelle quela fabrication de tels véhicule comporte un lourd prix pour l’environnement.

Sur la scène internationale

Pour la dimension internationale nous avons publié plusieurs articles concernant les derniers massacres d’Israel dans la bande de Gaza sous la rubrique Israel. Nous attirons cependant votre attention sur un en particulier sur l’article
“Reléguer les réfugiés aux oubliettes” : pourquoi Israël veut tuer l’UNRWA qui nous décrit la situation des personnes réfugiées palestiniennes dans le camp d »al-Baqaa en Jordanie. Ce camp fait 1.4 kilomètre carrés et comprend : « La population du camp de réfugiés d’al-Baqaa, en Jordanie, est de 140 000 habitants. Ce camp, qui faisait partie des six camps « d’urgence » installés après la défaite de la Jordanie lors de la guerre des Six Jours, est devenu le plus grand camp de réfugiés palestiniens du pays. Il abrite seize écoles : huit pour les garçons et huit pour les filles. » On peut facilement s’imaginer la difficulté de vivre entassé dans un tel camp. L’article continue en posant à partir de la situation des personnes réfugiées, la stratégie du gouvernement israélien.

Dans la dimension des personnes réfugiées, nous vous invitons à lire un article sur des personnes migrantes en France. Dans les Alpes, la solidarité avec les migrants l’a emporté sur la xénophobie.. L’extrême droite a tenté de faire un coup d’ éclat médiatique en cherchant à bloquer à 100 personnes (50 en réalité) qui cherchait à emprunter un passage migratoire entre la France et l’Italie. Mais les militants et militantes italien-ne-s et français-e-s ont réussit à faire faire la traversée de la frontière à 40 personnes migrantes au nez de la manifestation de droite. Un bon coup de solidarité.

Comme le 24 avril est encore d’actualité nous avons retenu deux articles. D’abord la déclaration de la Marche mondiale des femmes Anniversaire de l’effondrement du Rana Plaza. nous invite à la commémoration et à la mobilisation : « Cela fait 5 ans que près de 1000 femmes sont mortes et d´autres ont été blessées dans l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh, où elles travaillaient dans des conditions inhumaines, contre un salaire misérable. La nouvelle a choqué le monde. Il y a eu de nombreuses actions de condamnation et des demandes de réparations pour les dégâts causés. Nous, la Marche Mondiale des Femmes, unissons nos voix à celles de plusieurs groupes et mouvements sociaux qui, autour du monde, exigent la fin de l´impunité des entreprises transnationales, au Bangladesh mais aussi dans le monde entier. » (...) « Ce système patriarcal, capitaliste et colonialiste ne s´organise pas seulement pour affaiblir l’État mais détruit aussi toutes les autres formes d´organisation démocratique qui défendent le bien commun. »

La déclaration nous invite aussi à la mobilisation :
« nous avons décrété que le 24 avril serait un jour de solidarité et d´action mondiale pour se souvenir des martyrs du quotidien et réfléchir au travail des femmes dans les dynamiques de l´économie mondiale. Nos réflexions et analyses politiques dans les différents endroits où nous nous mobilisons et construisons nos luttes, nous font parvenir à la conclusion que les phénomènes comme celui du Rana Plaza sont partout et se manifestent de diverses manières. »

La seule conclusion que l’on peut tirer de cette état de fait est : « La catastrophe a constitué un tournant : « Le monde a vu ce que nos vies valaient aux yeux des propriétaires de ces usines », dit Nomita. « Ils ne se préoccupaient guère de nos vies. La seule chose qui comptait pour eux c’était d’atteindre les quotas de production. »

Comme dernière invitation à la lecture, nous avons noté qu’Au Sud comme au Nord, les femmes face à la crise de la dette et aux politiques d’ajustement (...) Les femmes subissent les effets désastreux des crises économiques. Ces politiques économiques sont loin d’être neutres et portent en elles les germes du sexisme : « Les plans d’ajustement structurel (PAS) -appliqués depuis la crise de la dette des années 1980 – ont appauvri les femmes du Sud, tout comme les plans d’austérité – conçus à partir de 2010-2011 pour faire face à la crise des dettes souveraines en Europe – ont des conséquences majeures pour les femmes. »

C’est donc un article à lire pour avoir une compréhension plus internationale de la situation des femmes et cela ferme bien la boucle après les articles dénonçant les exploitations du 24 avril.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...