Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections 2018

#Qc2018 - #Jevotepour la justice sociale !

Dans une déclaration commune, 38 organisations sociales - dont L’R des centres de femmes du Québec - demandent aux partis politiques qu’ils s’engagent à récupérer notre trésor collectif auprès des plus nantis en instaurant une fiscalité plus progressive et à réparer les dégâts causés au filet social en réinvestissant adéquatement dans les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome.

En campagne pour contrer le démantèlement de notre filet social !

À la toute veille des élections générales au Québec, nous demandons aux partis en lice qu’ils s’engagent à récupérer notre trésor collectif auprès des plus nantis en instaurant une fiscalité plus progressive et à réparer les dégâts causés au filet social en réinvestissant adéquatement dans les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome.

38 organisations sont signataires de cette déclaration (liste au bas du texte) qui fait également l’objet d’une vidéo.

Sous couvert de l’épouvantail de « crise » des finances publiques, nous avons eu droit, dans les dernières années, à plusieurs rondes de coupes, de compressions et de hausses de tarifs. Les dommages sont considérables ! Les principes de gratuité et d’universalité de nos services publics sont plus que jamais en danger, menacés par leur privatisation d’un côté et pas de nouvelles compressions de l’autre.

Malgré les surplus budgétaires record des deux dernières années, les sommes dévolues au financement des services publics, des programmes sociaux et de l’action communautaire autonome demeurent largement insuffisantes. Pourtant, ces surplus ont été réalisés au détriment de la majorité de la population et au prix de l’affaiblissement de notre filet social, qui ne parvient plus à soutenir un trop grand nombre de personnes.

En éducation, les investissements actuels sont loin de suffire à combler les déficits accumulés par des années de compressions budgétaires. Les restrictions budgétaires des récentes années ont eu des conséquences négatives sur l’offre de cours, sur le soutien offert aux étudiantes et aux étudiants, sur les conditions d’enseignement, de travail et d’apprentissage. À chaque exercice budgétaire, tous les ordres d’enseignement composent avec ce sous-financement et les véritables perdants sont les étudiantes et les étudiants.

En santé et services sociaux, pendant que la rémunération des médecins a explosé, le financement des établissements publics a subi des coupes très sévères, ce qui a grandement affecté les services à la population. Les réinvestissements annoncés dans le dernier budget ne combleront pas le manque à gagner, qui atteint plusieurs milliards de dollars depuis l’élection de l’actuel gouvernement. La prévention, les services sociaux et les soins et services aux aînés sont particulièrement affectés et dans tout le réseau, l’épuisement du personnel et la surcharge de travail atteignent des niveaux critiques. La dernière réforme a désorganisé un réseau déjà étouffé, qui est aujourd’hui en crise, ce qui fait le jeu de ceux qui souhaitent qu’on le privatise. Cette privatisation affecte de plus en plus de personnes, en particulier les femmes et les familles et on assiste à l’émergence d’un système de santé et services sociaux à deux vitesses : un pour les riches et un pour les personnes défavorisées.

En ce qui concerne la petite enfance, le désengagement envers les services de garde éducatifs subventionnés et le fait de favoriser les services de garde privés diminuent la qualité de l’ensemble des services. Le personnel est épuisé, victime de la surcharge de travail. De plus, la modulation des tarifs appauvrit les familles, qui ont dû faire face à un véritable choc tarifaire.

Dans les différents ministères et organismes, les effets des coupes et du sous-financement continuent de fragiliser les services aux citoyennes et aux citoyens. Les effectifs des organisations publiques et parapubliques sont sans cesse réduits dans les centres d’appels, dans les emplois techniques ou de bureau, et chez les ouvriers et ouvrières. Plusieurs programmes peinent à survivre.

Les programmes sociaux sont eux aussi négligés. Par exemple, les prestations d’aide sociale permettent à peine de couvrir la moitié des besoins de base, comme se loger, se nourrir, se vêtir et se déplacer. Les dernières réformes de l’aide sociale, dont l’instauration du Programme Objectif Emploi, tendent à rendre cette aide de dernier recours toujours plus conditionnelle et insuffisante. Trop peu de logements sociaux sont construits à chaque année, alors que quelque 40 000 ménages locataires sont en attente d’un HLM, souvent depuis plusieurs années. Québec ne budgète que 3000 nouveaux logements sociaux par année et en raison de l’insuffisance du financement accordé, ce sont moins du tiers qui se réalisent. Pour leur part, les prestations de retraite ne permettent pas de sortir de la pauvreté, surtout pour les femmes qui comptent plus de périodes passées en dehors du marché du travail.

La détérioration des services publics et des programmes sociaux fait particulièrement mal aux personnes les plus vulnérables de notre société. C’est souvent dans les organismes d’action communautaire autonome que les personnes marginalisées peuvent trouver aide et réconfort, mais également des lieux d’appartenance et d’expression citoyenne pour défendre collectivement leurs droits. L’action communautaire autonome est un moteur de justice sociale indispensable, mais les groupes sont en manque criant de financement et n’ont plus les moyens de réaliser leur mission adéquatement.

Le modèle néolibéral qui nous est actuellement imposé voudrait remplacer les principes de répartition des richesses, de justice sociale et de solidarité par la seule responsabilisation individuelle, la rentabilité à tout prix et la recherche de profits. Les politiques néolibérales accentuent les inégalités sociales en octroyant des baisses d’impôt aux mieux nantis et aux entreprises tout en maintenant un régime fiscal qui valorise l’évitement fiscal et ferme les yeux sur l’évasion fiscale. Ces politiques nous privent collectivement de milliards de $. Nous ne pouvons plus accepter que le 1% des plus riches continue de s’enrichir grâce à nos ressources collectives pendant que les revenus du reste de la population diminuent.

La fiscalité devrait favoriser une juste contribution des plus riches, des banques et des grandes entreprises. La Coalition Main Rouge propose d’ailleurs plus de 20 mesures fiscales progressistes qui totalisent 10 milliards $ par année.

Avec cet argent, nous aurions largement les moyens de réinvestir massivement dans l’ensemble des services publics, de financer adéquatement les programmes sociaux et de mieux soutenir les organismes d’action communautaire autonome. Un filet social fort : c’est la meilleure manière de s’assurer que notre société soit la plus juste possible, que la dignité des personnes soit respectée et que le Québec tienne sa promesse de mettre en œuvre les droits humains au « maximum de ses ressources disponibles » comme il s’y est engagé en ratifiant le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC). C’est une question de CHOIX politiques !

Signataires

1. Véronique Laflamme, organisatrice communautaire et porte-parole, FRAPRU

2. Christian Daigle, président, Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

3. Jeff Begley, président, Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)

4. Gabriel Dumas, Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec

5. Chantal Santerre, ATTAC-Québec

6. Élisabeth Gibeau, Analyste politiques sociales et fiscales, Union des consommateurs

7. Alain Marois, Vice-président à la vie politique, Fédération autonome de l’enseignement (FAE)

8. Benoît Lacoursière, Secrétaire général et trésorier, Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ-CSN)

9. Mercédez Roberge, Coordonnatrice, Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles

10. Caroline Toupin, coordonnatrice, Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA)

11. Virginie Larivière, Collectif pour un Québec sans pauvreté

12. Stéphanie Vallée, présidente, L’R des centres de femmes du Québec

13. Christian Nadeau, président, Ligue des droits et libertés

14. Sylvie Lévesque, coordonnatrice, Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ)

15. Marie-Andrée Gauthier, Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec

16. Hugo Valiquette, président, Coalition des TROC

17. Maxime Roy-Allard, Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ)

18. Nicole Frascadore, présidente de Association de Personnes Retraitées (APR) de la FAE

19. Rébecca Bleau, Coordonatrice de la Coalition des associations de consommateurs du Québec (CACQ)

20. Élisabeth Garant, Directrice générale, Centre justice et foi

21. Yann Tremblay-Marcotte, Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ)

22. Véronique Martineau, coordonnatrice du Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE)

23. Stéphan Corriveau, directeur général, Réseau québécois des OSBL d’habitation

24. Guy Fortier, CPRF (Carrefour de participation, ressourcement et formation)

25. Dominique Daigneault, présidente, Conseil centraldu Montréal métropolitain – CSN

26. Vincent Leclair, secrétaire général du Conseil régional FTQ Montréal métropolitain.

27. Jean-Yves Joannette, Coordonnateur, TROVEP de Montréal

28. Marie-Andrée Painchaud-Mathieu, Coordonnatrice, Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal

29. Marie Turcotte, Directrice générale, Ex Aequo

30. Jimmy Forgues, coordonnateur, Solidarité populaire Estrie

31. Marc Benoit, ROÉPAM

32. Anne-Valérie Lemieux Breton du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches

33. Sarah Girard, coordonnatrice, Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière (MÉPAL)

34. Marie-Eve Bouchard, Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire Saguenay-Lac-St-Jean Chibougamau-Chapais

35. Marie-Eve Surprenant, Coordonnatrice, Table de concertation de Laval en condition féminine

36. Vincent Greason, coordonnateur, Table ronde des OVEP de l’Outaouais

37. François Melançon, Association des groupes d’éducation populaire autonome (AGÉPA) Centre-du-Québec

38. Michel Dubé, Action-Populaire Rimouski-Neigette

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections 2018

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...