Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Campagne pour un Québec libre !

Québec solidaire lance cette semaine dans les circonscriptions de Jean-Lesage et de Taschereau une campagne publicitaire sur le thème « Québec libre ». Sol Zanetti explique que ce thème reprend le fameux « Vivre le Québec libre ! Lancépar le président français Charles de Gaulle en 1967 à Montréal. Cette campagne de Québec solidaire a l’avantage de présenter l’ensemble des propositions de transformation sociale qu’il a avancées jusqu’ici : gratuité scolaire, transport en commun moitié prix, sortie du pétrole vers un plan de transition, hausse du salaire minimum... - dans le cadre d’une alternative d’ensemble présentant un changement réel et profond de la situation actuelle pour réellement faire face aux défis de notre époque.

La présentation de Québec solidaire ne laisse aucune ambiguïté sur la clarté et l’engagement de Québec solidaire en ce qui concerne l’indépendance : « Dès son élection, un gouvernement solidaire mettra en place une Assemblée constituante. Elle aura pour mandat de rédiger une constitution pour le Québec à partir d’une vaste consultation populaire et inclusive. Cette nouvelle constitution sera alors le reflet de ce que désirent les Québécoises et les Québécois comme règles fondamentales du vivre ensemble. Le fruit de ce travail de réflexion et de dialogue sera soumis au peuple par voie référendaire. Cette démarche démocratique et participative permettra donc à tous et toutes de participer à façonner l’émancipation d’un Québec plus démocratique, plus juste et plus égalitaire. Aujourd’hui, le peuple québécois ne possède que le statut de minorité politique au sein de l’État fédéral canadien. La nation québécoise a donc à choisir entre la soumission à la règle de majorité canadienne et l’exercice plein et entier de la souveraineté politique. Face à la subordination , Québec solidaire a fait le choix de la liberté. »

Comme le souligne le programme de Québec solidaire :

Accéder à l’indépendance, c’est d’abord remettre aux citoyennes et citoyens du Québec les pleins pouvoirs de manière à ce que puissent être mises en place des institutions politiques favorisant l’expression de leur propre pouvoir, c’est-à-dire la démocratie la plus inclusive et la plus participative.
C’est permettre que le Québec dispose des pleins pouvoirs sur sa politique d’immigration, sur sa politique internationale et sur les principes qui les fondent dans le cadre des réalités et des contraintes d’un monde globalisé.
C’est avoir le pouvoir de légiférer sur la langue française en toute autonomie ans craindre que cette loi ne soit invalidée par la Cour suprême. Rappelons que sous l’emprise de la loi sur le bilinguisme et le biculturalisme, la langue française est toujours en danger.
C’est promouvoir des politiques culturelles en ayant à notre disposition des moyens de communication (radio, télévision, etc.) pour élargir l’accessibilité aux biens culturels et soutenir une culture porteuse des volontés de transformation sociale, de justice et de solidarité.
C’est disposer de l’ensemble des outils nécessaires au projet de société féministe porté par Québec solidaire. Un Québec souverain pourra voir à l’application de l’analyse différenciée selon les sexes à l’ensemble de ses politiques, de ses lois et de sa réglementation, de même que transformer l’ensemble des institutions politiques afin d’y instaurer une réelle égalité entre les femmes et les hommes.
Réaliser véritablement l’indépendance ne se limite cependant pas à la seule accession à la souveraineté politique ou culturelle. En ayant la pleine maîtrise de toutes ses politiques économiques, les politiques budgétaire, fiscale, commerciale, monétaire et douanière, un Québec souverain disposera des pouvoirs requis pour mettre en œuvre un projet de société qui se veut égalitaire, féministe, écologiste et solidaire. Il pourra refuser la domination économique et le pillage de nos ressources naturelles.
L’indépendance économique, c’est le pouvoir d’exercer notre souveraineté économique sur nos ressources naturelles et de contrôler nos leviers économiques. La liberté d’un peuple dépend notamment de sa capacité de contrôler, d’exploiter et de transformer ses propres ressources. Sans maîtrise des outils économique, la souveraineté politique n’est qu’une illusion.
L’indépendance permettra au Québec de renégocier les accords internationaux fondés sur des principes d’équité. »
(Extraits du programme de Québec solidaire)

Bref, un Québec libre aujourd’hui, c’est un Québec indépendant, solidaire, féministe et écologique. L’initiative des circonscriptions de Jean-Lesage et Taschereau mérite d’être généralisée à l’échelle nationale !


Nous ajoutons ici la lettre de Catherine Dorion sur l’importance de la lutte pour l’indépendance :

Lettre à mes amis boomers

Ces temps-ci, j’ai beaucoup de discussions avec des Jacques, des Yolande, des Henri, qui me disent « Catherine… je suis déçu. J’aurais pas pensé que tu irais avec Québec solidaire ». Et puis on se met à parler d’indépendance, de l’histoire du Québec et des grands mouvements sociaux qui l’ont façonnée. Ils me racontent ce que c’était de vivre durant les années 70 et 80.

« Les gens étaient dans la rue. Les gens luttaient. Ils avaient soif d’un Québec plus libre et plus juste. » Cet esprit de lutte là, c’est précisément ce que nous voulons faire revivre aujourd’hui, ma gang et moi.

Je pense à mes amis boomers, Jacques, Yolande, Henri et les autres. Et j’aimerais leur adresser ces quelques mots, en espérant qu’ils se rendent jusqu’à eux d’une façon ou d’une autre, peut-être à travers vous.

J’aimerais vous dire aujourd’hui que je vous espère. J’aimerais vous dire que notre projet existe déjà en partie grâce à vous. Je veux vous dire que je me surprends souvent à rêver que vous vous engagiez à nouveau dans un vrai et large projet d’émancipation de notre peuple. Je sais que vous vous êtes déjà engagés autrefois, que vous avez vécu des émotions extraordinaires. Et je sais aussi que vous avez eu mal en 1980, mal en 1995, mal maintenant, devant ce que la classe financière et les politiciens carriéristes ont fait à tout ce que vous aviez créé avec amour.

J’aimerais vous donner le goût de lutter encore. Vous avez lutté pour vous débarrasser de l’emprise du clergé sur vos esprits. Regardez-nous : on lutte pour se débarrasser de l’emprise, sur nos esprits, de la religion de l’argent et de la croissance à tout prix.

Vous avez lutté pour enlever à l’élite économique anglophone sa mainmise sur l’économie québécoise. Regardez-nous : on lutte pour reprendre notre économie à cette aristocratie mondiale qui nous l’arrache des mains pour son profit.

Vous avez lutté pour l’indépendance du Québec. Regardez-nous : malgré des décennies de gros titres qui tapent sur le clou en répétant que personne n’en veut, ici on est restés indépendants, on a gardé notre tête de cochon, on la veut encore et on est prêts à se battre pour. Ici, dans Taschereau, c’est 60 % des électeurs qui ont voté pour l’indépendance du Québec en 1995. Ça, on ne l’a pas oublié.

La foi qu’on porte en nous, c’est vous qui l’avez mise là en nous racontant votre histoire. Je ne sais pas si c’est mort en vous maintenant, mais sachez que la détermination et l’espoir qui vibrent en nous en ce moment, c’est votre œuvre à vous. Si on rêve encore, c’est de votre faute. C’est l’héritage que vous nous avez planté dedans.

C’est ça que je voudrais dire à mes amis boomers. Et à tous les autres qui cherchent le filon par lequel rattraper notre histoire en marche. Ce filon-là, c’est la foi en nous. Et je ne parle pas d’une foi déconnectée dans un dogme imposé par des élites, autrefois cléricales, aujourd’hui financières. Non, une vraie foi, capable de déplacer des montagnes. Une foi comme celle qui a enflammé le Québec pendant la Révolution tranquille, une foi dans notre avenir.

Et ça, c’est notre force à Québec solidaire. On n’est pas là pour gérer le désordre existant. On n’est pas là pour taper sur des minorités dans le but de se faire élire. On n’est pas là pour faire de la petite politique, on est là pour faire l’Histoire, comme vous y étiez avant nous.

Catherine Dorion, Candidate de Québec solidaire dans la circonscription de Taschereau

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...