Édition du 11 mai 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Alexandre Leduc veut mettre fin aux conflits de travail dans le secteur de la construction

QUÉBEC, le 15 avril 2021 - Afin de rééquilibrer les rapports de force entre salarié-es et employeur-es dans le secteur de la construction, le député d’Hochelaga-Maisonneuve et responsable pour Québec solidaire en matière de travail, Alexandre Leduc, a présenté ce matin à l’Assemblée nationale le projet de loi 790 afin d’interdire le recours aux briseurs de grève et d’instaurer la rétroactivité salariale dans cette industrie, qui sera la pierre angulaire de la relance de l’économie québécoise.

« L’industrie de la construction va jouer un rôle central dans la relance post-pandémie. Malheureusement, le régime actuel qui régit ce milieu conduit fréquemment à des conflits de travail, pour une raison bien simple : il est nettement à l’avantage des employeurs. On sait comment ça se termine la plupart du temps : par des lois spéciales qui forcent le retour au travail. Si on veut éviter que la relance soit compromise, il faut rééquilibrer le rapport de force et mieux protéger les travailleurs de la construction », fait valoir M. Leduc.

À l’heure actuelle, le régime du travail dans l’industrie de la construction autorise le recours aux briseurs de grève alors que cette pratique est pourtant interdite dans tous les autres secteurs d’activité comme le veut le consensus social au Québec depuis les années 1970. La rétroactivité salariale est également interdite, ce qui conduit à d’importantes pertes de salaires pour les travailleurs lorsque les conventions collectives tardent à être renouvelées. Pour le député solidaire, le projet de loi 790 permettrait de corriger facilement ces déséquilibres.

« Le projet de loi que je dépose ce matin est simple et va droit au but : il corrige deux aberrations très précises qui feront en sorte de cesser de traiter les forces du travail de la construction comme une sous-classe de travailleurs et travailleuses. On peut l’adopter en un après-midi si la volonté politique du gouvernement est au rendez-vous. Mais si le ministre Boulet choisit d’ignorer le problème, immanquablement, les patrons vont continuer à se traîner les pieds et on va se retrouver avec une autre loi spéciale quelque part en juillet prochain. Cela va ralentir nos efforts collectifs pour relancer l’économie, sans parler des impacts économiques sur les familles des travailleurs et travailleuses de la construction », rappelle Alexandre Leduc.

Le projet de loi 790 en bref

- Modifierait la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction afin d’équilibrer les rapports de force et de réduire les conflits entre salariés et employeurs ;

- Lors d’une grève ou d’un lock-out, les dispositions anti-briseurs de grève prévues au Code du travail s’appliqueraient maintenant à l’industrie de la construction ;

- Le projet de loi modifierait également le régime de négociation afin qu’il soit permis de convenir que la date de l’entrée en vigueur d’une convention collective est antérieure à sa signature.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...