Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Violence faite aux femmes

Violences sexuelles dans les écoles - Il faut prendre nos responsabilités pour protéger les jeunes, dit Christine Labrie

QUÉBEC, le 6 févr. 2022 - Devant la vague d’histoires troublantes dévoilées cette semaine à l’École Saint-Laurent, la députée de Québec solidaire Christine Labrie demande au gouvernement d’appeler immédiatement son projet de loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les écoles.

« Des violences sexuelles dans nos écoles, il y en a tous les jours, et la plupart des victimes souffrent en silence. Il faut souligner le courage de ces victimes qui ont dénoncé, mais il faut aussi agir pour éviter que ça se reproduise, et bien accompagner les victimes. J’ai déposé ce projet de loi pour que toutes nos écoles se dotent d’une politique pour prévenir et contrer les violences sexuelles, comme on l’a fait pour les universités et les cégeps. Des élèves sont venues nous dire à l’Assemblée nationale combien elles ont besoin de cette loi, qu’elles réclament depuis des années. Il ne manque que la volonté du gouvernement pour agir », affirme la députée solidaire.

Le projet de loi prévoit que les établissements d’enseignement préscolaire, primaire et secondaire, de formation professionnelle ou de formation générale aux adultes, qu’ils soient privés ou publics, doivent adopter une politique pour prévenir et combattre les violences à caractère sexuel. Actuellement, seuls les établissements d’enseignement supérieur doivent se doter d’une telle politique. Or, selon l’INSPQ, plus de la moitié des victimes d’infractions sexuelles enregistrées par les corps policiers sont mineures.

« Si on adopte la loi que je propose, le personnel de chaque école sera formé pour reconnaître les signes et savoir comment intervenir. Les élèves eux-mêmes seront sensibilisés aux violences sexuelles et au respect du consentement. Les victimes sauront à qui s’adresser dans leur école pour dénoncer la situation, et des ressources pour les soutenir seront identifiées par l’école. On a déjà échoué à soutenir de nombreuses victimes dans nos écoles au cours des dernières décennies, c’est le temps d’agir pour que ça n’arrive plus. Les répercussions de ces violences, ils et elles vont vivre avec toute leur vie. On doit prendre nos responsabilités pour protéger les jeunes », conclut la députée de Sherbrooke.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Violence faite aux femmes

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...