Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Comment en prétendant nous intéresser à la science, on se rend ridicule

Celleux qui ont lu mon billet Sodoma : beaucoup de bruit pour rien connaissent mon aversion pour le style magazine Pipole et le discours des émissions de science pop (dont le modèle a été créé par les films du commandant Cousteau) qui, sous prétexte de nous apprendre des choses, le moins de choses possible en réalité, nous traitent comme des enfants attardés, nous baladent autour du monde, surtout pour faire faire de splendides voyages aux réalisateurs, nous montrent de belles images et nous annoncent sans cesse que nous découvrirons « la clé », « le secret », « le mystère », qui se révèlent l’immense majorité des fois de simples pétards mouillés.

L’autre soir, je suis tombé sur l’une de ces émissions télévisuelles qui nous promettait la découverte des secrets de Toutankhamon. Connaissant l’intérêt de mon conjoint pour tout ce qui concerne l’Égypte ancienne, je l’appelle de la pièce où il se trouve pour qu’il vienne regarder ça. Après tout, on aura de belles vues des trésors et de la momie, dont on nous promet des radios, IRM et autres images. Comme il s’agit d’une émission en anglais, je lui servirai d’interprète.

L’avantage avec les émissions de science pop de ce genre, c’est que la tâche est particulièrement facile et reposante pour un interprète. En effet, une phrase toutes les dix minutes suffit amplement à résumer l’essentiel du propos. Mais, j’ai dû décrocher et annoncer à mon comparse qu’il devrait se contenter des images pour la suite quand le narrateur nous a prévenus que, grâce aux tests d’ADN, les savants venaient de faire une découverte extraordinaire et plutôt choquante. Figurez-vous qu’ils nous disent avoir « appris » que Toutankhamon était le fruit d’une relation incestueuse et que les momies d’enfants morts-nés qui l’accompagnaient étaient les enfants que lui-même avait eus avec son épouse qui se trouvait à être sa sœur.

Ce fait, que les pharaons épousaient leur sœur, est connu de tous depuis que l’égyptologie existe. Qu’on nous prenne pour des gourdes à ce point est particulièrement offensant. Si au moins on avait eu la décence de dire que les tests d’ADN ont permis de prouver ce que les textes disent depuis toujours, j’aurais passé l’éponge.

Et voilà comment en prétendant nous intéresser à la science, on se rend ridicule et on discrédite les vrais discours savants.

LAGACÉ, Francis

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...