Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La guerre en Ukraine - Les enjeux

Cessez-le-feu - pourquoi nous devons rejeter de toute urgence et sans hésitation le militarisme

Dans les jours qui ont suivi l’invasion russe de l’Ukraine, la frénésie de la guerre a atteint son apogée. Un appel a été lancé pour que des armes du monde entier se joignent à l’effort de guerre et des cargaisons d’armes ont été envoyées des États-Unis et de l’Europe sur les champs de bataille et les tranchées de l’Ukraine pour contrer l’avance de la Russie. Les appels à la désescalade et au dialogue ont été marginalisés, ignorés ou mal interprétés comme pro-russes ou pro-Poutine. Il est devenu tabou de rejeter le militarisme en faveur de la paix.

12 septembre 2022| VIENTOSUR Nº 183
https://vientosur.info/alto-el-fuego-por-que-debemos-rechazar-urgentemente-y-sin-reparos-el-militarismo/

Il n’y a pas de solutions faciles pour arrêter la guerre une fois que les armes ont été tirées, mais il est maintenant clair que fournir des dizaines de milliards d’euros d’armes de haut calibre n’a pas arrêté le conflit. La paix ne sera pas obtenue avec une victoire militaire et, en essayant, l’Ukraine est devenue un bain de sang et son peuple de la chair à canon. À ce stade, l’Ukraine est presque entièrement hors de propos dans un bourbier géopolitique parmi les nations les plus puissantes du monde, dont les ramifications se répercutent dans le monde entier.

Rien ne justifie l’invasion illégale de l’Ukraine par les troupes russes. Le président Poutine est en fin de compte responsable du déclenchement de cette guerre et de la conduite brutale de l’armée russe sur le champ de bataille. Mais cette guerre ne s’est pas produite dans le vide. Elle s’est produite dans un contexte où les États ont rigoureusement poursuivi, pendant des décennies, des politiques qui favorisent le militarisme et la guerre, dans lequel la valeur d’un État se mesure non pas à sa capacité à répondre aux besoins de sécurité centrés sur l’homme et à sa population, mais à sa puissance militaire.

Bien que le militarisme permette et prolonge la guerre, depuis l’invasion de l’Ukraine, les gouvernements occidentaux ont augmenté les dépenses de défense, renforcé les alliances militaires et intensifié la rhétorique conflictuelle. Comment en sommes-nous arrivés là et où ce militarisme rampant nous mènera-t-il ?
L’Europe, de la guerre à la paix et retour à la guerre

Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, le ministre Français des Affaires étrangères, Robert Schuman, a déclaré que « la paix mondiale ne peut être sauvegardée sans faire des efforts créatifs proportionnels aux dangers qui la menacent ». En 1951, ces efforts créatifs se sont matérialisés dans un traité entre rivaux historiques qui ont accepté de rendre la guerre « non seulement impensable, mais matériellement impossible ». C’est ainsi qu’est née la Communauté européenne du charbon et de l’acier, qui a fini par devenir l’actuelle Union européenne (UE).

Près de 60 ans plus tard, les États membres de l’UE se sont engagés à « préserver la paix, prévenir les conflits et renforcer la sécurité internationale » dans le traité de Lisbonne de 2009. Cependant, la sauvegarde de la paix ne consistait plus à trouver des solutions créatives pour contrer les conflits entre rivaux, mais à saisir une opportunité commerciale au sein d’un système capitaliste, dans lequel le profit et la croissance sont le but ultime, quelles qu’en soient les conséquences mortelles. La garantie de paix a été saisie par les lobbies du commerce des armes, qui se sont positionnés comme des experts en sécurité et ont bénéficié d’un accès sans entrave aux couloirs du pouvoir. Ce modèle corporatif de maintien de la paix, et la politique qui le sous-tend, ne sert qu’à protéger le capital, à protéger l’élite et à remplir les poches du lucratif secteur de la sécurité privée, tout en plaçant la grande majorité de la population mondiale dans un cycle continu d’insécurité et d’instabilité.

Pour illustrer dans quelle mesure l’industrie de l’armement influence la politique, il convient d’examiner le Groupe de recherche sur la défense composé de personnalités éminentes, un organe consultatif chargé de conseiller l’UE sur le financement de la recherche et du développement dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE. Le Groupe de personnalités éminentes était composé de 16 représentants, dont 9 étaient directement liés à l’industrie de l’armement. Sur la base de son rapport final, la Commission européenne a alloué des sommes publiques sans précédent à des entreprises de sécurité privées pour la recherche et le développement d’armes. Les programmes précurseurs initiaux ont obtenu 600 millions d’euros, tandis que le Fonds européen de la défense (FED) a reçu un budget de 8 milliards d’euros. Les entreprises d’armement qui ont directement influencé la création de ces fonds ont jusqu’à présent reçu 86 millions d’euros, soit 30,7% de l’argent alloué, bien que ce chiffre augmentera sans aucun doute lorsque l’ensemble du budget sera accordé.

En 2021, une décision du Conseil européen a approuvé le Fonds européen de la paix (FEP) de 5,7 milliards d’euros qui, contrairement à son nom, finance des opérations militaires de l’UE, telles que celles en Afrique de l’Ouest ou dans la Corne de l’Afrique, ainsi que la fourniture d’équipements et de formations militaires, l’Ukraine étant le premier État à recevoir cette aide. Le fonds est extrabudgétaire et contourne donc les procédures de transparence, de surveillance et de responsabilisation.

Des recherches menées par Statewatch et le Transnational Institute ont révélé que les dépenses de défense ont plus que doublé d’un cycle budgétaire à l’autre, avec un montant alloué pour le budget 2021-2027 de 43,9 milliards d’euros. En comparaison, le montant alloué au programme Citoyens, égalité, droits et valeurs ne représente qu’une fraction de ce montant, soit 1,4 milliard d’euros. Le financement d’initiatives de paix civiles serait beaucoup plus propice à la construction d’une paix durable et serait plus conforme au principe fondateur de l’UE de la sauvegarder.

L’augmentation des dépenses militaires fait partie d’une tendance mondiale, car le SIPRI a rapporté que le budget militaire mondial de 2021 dépassait pour la première fois 2,1 billions de dollars. Les États-Unis ont investi 801 milliards de dollars, tandis que les principaux pays européens ont dépensé 329,2 milliards de dollars. Le budget de la Chine était de 293 milliards de dollars, tandis que la Russie a dépensé 65,8 milliards de dollars. Bien que les 43,9 milliards d’euros de l’UE sur une période de sept ans puissent sembler relativement insignifiants, la voie qu’elle est censée fixer est claire et révélatrice de la manière dont l’identité de l’UE évolue vers une union militaire. Cela a commencé bien avant la guerre ukrainienne.

Depuis l’invasion de l’Ukraine, la Commission européenne a indiqué qu’elle avait l’intention d’augmenter les lignes budgétaires du FED et du FPE, ainsi que de créer un fonds de 500 millions d’euros pour encourager l’acquisition conjointe d’armes entre les États membres afin de reconstituer le matériel militaire envoyé en Ukraine. Dans le cadre du sommet de l’OTAN en juin, le président du Conseil européen, Charles Michel, a annoncé une augmentation des dépenses militaires pour atteindre un chiffre sans précédent de 200 milliards d’euros dans les années à venir.

Les États-Unis et l’OTAN en Europe

Depuis la fin de la guerre froide, et de manière plus agressive depuis la guerre contre le terrorisme, il y a eu une obsession croissante de préserver un monde unipolaire et l’hégémonie américaine, au détriment de la paix et de la stabilité mondiales. Les nations européennes ont joué leur rôle en soutenant les États-Unis à tout moment.

En mai 1990, le secrétaire général de l’OTAN de l’époque, Manfred Wörner, a déclaré à propos de l’Union soviétique que « nous avons laissé derrière nous la vieille mentalité ami/ennemi et la perspective d’une confrontation ». Cependant, au lieu d’abandonner la politique de division de l’après-guerre froide et d’intégrer la Russie dans une structure de sécurité démocratisée paneuropéenne, basée sur la diplomatie et la coopération, les nations occidentales ont suivi une voie d’expansion. L’OTAN s’est élargie pour inclure 14 pays de l’ancien bloc soviétique ou qui étaient alignés sur l’Union soviétique, une décision que le président Poutine a qualifiée en 2007 de « grave provocation qui réduit le niveau de confiance mutuelle ». Un an plus tard, en 2008, l’OTAN a annoncé que ses alliés « accueillaient favorablement les aspirations euro-atlantiques de l’Ukraine et de la Géorgie et convenaient que ces pays deviendraient membres de l’OTAN ».

Dans les années qui se sont écoulées entre l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014 et février 2022, les États-Unis ont financé plus de 1,5 milliard de dollars en formation et en équipement militaires pour l’Ukraine, notamment des fusils de sniper, des lance-grenades propulsés par fusée et des radars de contre-artillerie.
Au printemps 2020, alors qu’il faisait campagne pour la présidence américaine, Joe Biden a écrit un éditorial dans Foreign Affairs intitulé « Pourquoi l’Amérique doit diriger à nouveau – Sauver la politique étrangère américaine après Trump ». Il a écrit que, sous sa direction, les États-Unis dirigeront à nouveau le monde, avant de plaider pour une capacité militaire plus aiguë au sein de l’OTAN « pour contrer l’agression russe ».

L’histoire a démontré que favoriser le réarmement conduit à la guerre et non à sa prévention

En juin 2021, l’Ukraine a accueilli le plus grand exercice militaire financé par les États-Unis, l’opération Sea Breeze, auquel ont participé 32 navires, 40 avions et hélicoptères et 5 000 soldats de 24 pays. En juillet, des exercices militaires Cossack Mace ont eu lieu dans la province de Mykolayiv, impliquant des troupes américaines, britanniques et canadiennes, entre autres, tandis qu’en septembre, l’Ukraine a dirigé un exercice d’entraînement militaire assisté par les États-Unis à Yavoriv pour améliorer l’interopérabilité des troupes américaines, de l’OTAN et ukrainiennes.

L’histoire a montré que le fait d’alimenter une course aux armements conduit à la guerre plutôt qu’à l’empêcher. La course navale entre le Royaume-Uni et l’Allemagne avant la Première Guerre mondiale en est un exemple. Bien que la responsabilité de l’invasion de l’Ukraine incombe directement à la Russie, la rhétorique, les politiques et l’approvisionnement en armes des États-Unis et de l’Europe à son voisin oriental au cours de la dernière décennie ont sans aucun doute influencé le contexte dans lequel la guerre a commencé et servent maintenant à la prolonger.

Renforcer les alliances militaires

Avant l’aube du 24 février 2022, les chars russes sont entrés en Ukraine. La guerre qui se profilait depuis longtemps avait commencé. Le passage de l’UE d’une union politique à une alliance militaire s’est en fait matérialisé lorsque la présidente de la CE, Ursula von der Leyen, s’est rangée du côté du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et a déclaré : « Nous sommes une union, une alliance, unie autour d’un but ».

Le 18 mai, les pays nordiques, la Finlande et la Suède, ont demandé à rejoindre l’OTAN et le secrétaire général de l’alliance, Jens Stoltenberg, a annoncé en juin que « l’adhésion de la Finlande et de la Suède (...) cela renforcerait l’alliance et rendrait l’ensemble de la zone euro-atlantique plus sûre. En réponse, le président Poutine a déclaré que si des contingents militaires et des infrastructures étaient déployés en Finlande ou en Suède, la Russie « serait obligée de réagir symétriquement ».

Les deux pays ont une longue histoire de neutralité militaire et rester en dehors des alliances militaires leur a bien servi. Cependant, en temps de guerre, ils abandonnent une stratégie qui leur a apporté la stabilité pour rejoindre une alliance dont la propre expansion est une cause sous-jacente de la guerre en Ukraine. La Turquie, membre de l’OTAN, n’a pas tardé à annoncer qu’elle n’accepterait son entrée qu’en échange de l’assouplissement des embargos sur les armes et de l’extradition de personnes liées à la lutte kurde. Considérant que la Turquie exporte des armes vers les zones de conflit et que, dans le passé, elle a utilisé des échanges similaires pour justifier la guerre contre les Kurdes, les répercussions de l’entrée de ces pays nordiques dans l’OTAN se feront sentir bien au-delà des cercles géopolitiques internes de l’alliance de l’OTAN.
En juin, le Danemark a approuvé, à une majorité de 66,9% lors d’un référendum, la suppression de l’exemption de participation à la dimension militaire de la politique de sécurité et de défense commune de l’UE. Dans les trois pays, les partis sociaux-démocrates de gauche dirigés par des femmes ont adopté un militarisme sans précédent.

Trop souvent, et de plus en plus avec la guerre en Ukraine, la neutralité militaire est interprétée à tort comme une posture faible, passive et inactive, qui permet et facilite la guerre sans rien contribuer à la résolution du conflit. En effet, les pays neutres non alignés ont historiquement joué un rôle central dans la création des conditions qui donnent lieu à un cessez-le-feu, en fournissant une scène neutre pour les négociations de paix, en accompagnant ces négociations en tant que médiateur neutre et en servant de point de départ à partir duquel les graines d’une paix durable peuvent être semées et les griefs politiques résolus par la diplomatie. et non de guerre. Cuba, par exemple, a joué un rôle crucial dans l’accueil et l’accompagnement des pourparlers de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla des FARC-EP qui ont abouti à la signature d’un accord de paix historique en 2016. Il appartient aux États, en particulier aux nations neutres, d’utiliser leurs positions pour insister activement et sans scrupules sur le fait que le dialogue et la diplomatie sont la seule voie à suivre, s’élevant au-dessus de la politique binaire avec ou contre nous. L’Irlande, qui a vécu directement les fruits d’une paix négociée et qui est actuellement membre du Conseil de sécurité de l’ONU, devrait montrer l’exemple à cet égard.

Nourrir les armes de guerre

Quatre jours après le début de la guerre, la présidente de la CE, Ursula von der Leyen, a annoncé que « pour la première fois » l’UE « financerait l’achat et la livraison d’armes... à un pays qui est attaqué ».

Le même jour à Berlin, le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé que le budget de la défense du pays serait porté à plus de 2% du PIB et que 100 milliards d’euros seraient investis dans un seul fonds spécial pour ses forces armées. Bien que cela soit présenté comme une réponse directe à l’invasion de l’Ukraine, en réalité, cela avait déjà été prévu en octobre 2021, lorsqu’il a été proposé par le ministre allemand de la Défense. Cela représente la plus forte augmentation des dépenses militaires de l’Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : La guerre en Ukraine - Les enjeux

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...