Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

La FQPPU joint sa voix à la campagne « Sauvons Saint-Jean »

MONTRÉAL, le 12 août 2020 - C’est avec une grande inquiétude que la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) a pris connaissance des menaces de fermeture qui planent sur le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Elle exprime sa solidarité pour ses collègues franco-albertains et appelle les gouvernements albertain et canadien à poursuivre le dialogue avec les parties prenantes, incluant l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), pour trouver des solutions aux problèmes récurrents de financement de la seule institution universitaire francophone à l’ouest du Manitoba.

La fermeture du Campus Saint-Jean ou encore son annexion à une faculté anglophone, envisagée à l’occasion d’une grande restructuration annoncée par l’Université de l’Alberta, qui projette d’abolir onze de ses seize facultés pour faire des économies d’échelle, mettrait en péril la capacité des francophones de l’Alberta et, plus largement, de l’Ouest canadien, de poursuivre des études universitaires dans leur langue. Situé dans le quartier Bonnie Doon à Edmonton, où 34% des résidents sont francophones, le Campus Saint-Jean joue également un rôle de première importance comme foyer culturel et comme pilier du développement économique de la communauté francophone. Sa fermeture entraînerait à long terme des conséquences délétères sur la capacité des institutions francophones (écoles, hôpitaux, services administratifs, etc.) à maintenir des services en français, faute de relève qualifiée, alors que les besoins vont en s’accentuant, étant donné la croissance de plus de 30% du nombre de francophones en Alberta depuis 2001 et la pénurie d’enseignants francophones dans les écoles primaires et secondaires.

Rappelons qu’à l’occasion de son budget de 2019-20, le gouvernement Kenney avait procédé à des compressions draconiennes dans les universités albertaines, amputant notamment de 110 millions de dollars les sommes destinées à l’Université de l’Alberta, ce qui représentait alors 17% de son budget de fonctionnement. La crise sanitaire qui a suivi et qui mine aujourd’hui la capacité de toutes les universités canadiennes de recruter des étudiants accentue la pression sur le Campus Saint-Jean, qui a dû supprimer 77 cours de son offre pour l’année 2020-21, soit près de 20% de son offre de l’an dernier. Cette situation est d’autant plus déplorable que le Campus Saint-Jean est, depuis une vingtaine d’années, aux prises avec un sous-financement de son budget de fonctionnement, mais également de ses infrastructures, malgré le fait que les inscriptions étudiantes aient augmenté de 40% depuis 2014.

La FQPPU joint sa voix à toutes les personnes préoccupées par le sort réservé au Campus Saint-Jean. Les difficultés économiques que nous traversons en raison de la pandémie de coronavirus ne doivent d’aucune façon servir de prétexte pour bafouer les droits des francophones et leur capacité à s’appuyer sur les institutions qui contribuent à leur prospérité et leur développement social et culturel.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...