Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Le gouvernement nicaraguayen interdit les groupes féministes au service des personnes vulnérables

Les groupes de défense des droits des femmes soutenant les personnes marginalisées et appauvries sont interdits par le régime autoritaire d’Ortega. Des dizaines de groupes féministes au Nicaragua qui fournissent un soutien crucial aux femmes vulnérables ont été étiquetés "agents étrangers" et interdits par le gouvernement, ce qui signifie qu’ils ne peuvent plus opérer.

Photo et article tirés de Open Democracy

Danae Vílchez
1 juin 2022, 11h16

Photo : Des femmes participent à une marche pour marquer la Journée internationale de la femme à Managua, au Nicaragua, le 8 mars 2017 | Reuters/Alay Banque

Les services de santé reproductive, les refuges pour les survivants de la violence sexiste, les prêts et la formation pour les paysannes - pour ne citer que quelques activités menées par des groupes féministes - disparaissent à la suite de l’interdiction gouvernementale, disent les militants.

"C’est une illusion de contrôle absolu", déclare María Teresa Blandón, sociologue et féministe de premier plan qui coordonne l’un des groupes concernés, La Corriente . Les autorités "savent qu’il y a un esprit critique, une défense des droits de l’homme et une vocation démocratique dans les organisations féministes", a-t-elle déclaré à openDemocracy.

Le mois dernier, l’Assemblée nationale du Nicaragua - qui est contrôlée par le parti au pouvoir, le Front sandiniste de libération nationale - a mis fin au statut juridique de 50 organisations de la société civile , dont La Corriente et six autres groupes féministes.

Recevez notre e-mail quotidien gratuit
Recevez une histoire entière, directement dans votre boîte de réception tous les jours de la semaine.

S’INSCRIRE MAINTENANT
Le régime du président Daniel Ortega a interdit 267 ONG depuis 2018 , dont 40 groupes de femmes au service de groupes vulnérables, selon la Mesoamerican Women Human Rights Defenders Initiative . Beaucoup d’entre eux ont été touchés par une loi de 2020 qui obligeait tout groupe recevant des fonds de donateurs internationaux à s’enregistrer en tant qu’« agent étranger ».

La Corriente a refusé de s’enregistrer, arguant que cela allait à l’encontre de leur droit d’association et de la constitution nicaraguayenne.

« C’est une politique de balayage de toute forme d’organisation qui n’est pas sous le contrôle de l’État. Même si nous n’avons pas de perspective partisane, ils nous ont déclarés ennemi politique mortel », a déclaré Blandón.

Histoire connexe
Marche de la Journée internationale de la femme Istanbul.jpg
La Turquie finance des groupes de femmes pour contrer la "menace féministe"
20 mai 2022 | Anna Ehrhart
Les organisations de femmes gérées par le gouvernement étouffent les véritables voix féministes en Turquie, selon mes recherches
Depuis sa fondation en 1994, La Corriente offre une éducation inclusive aux femmes et aux jeunes LGBTQ et gère des projets de développement. C’est l’une des principales voix qui dénoncent la violence contre les femmes et les personnes LGBTIQ.

Blandón a déclaré : « Les groupes de femmes, comme d’autres organisations de la société civile, font un travail que l’État ne fait pas, non pas parce que ce n’est pas sa responsabilité, mais parce que cela ne fait pas partie de ses priorités.

Avec leur statut juridique révoqué, La Corriente et d’autres groupes n’étaient plus éligibles au financement international, ils ont donc dû cesser leurs activités.

Les perspectives pour les femmes et la communauté LGBTIQ sont sombres sans que ces groupes travaillent en leur nom. Il n’y a pas de protection juridique pour les personnes LGBTIQ au Nicaragua, et le sexisme et l’homophobie sont répandus. Au cours des quatre premiers mois de cette année, le pays a signalé 22 fémicides (il y en a eu 71 en 2021).

En 2018, il y avait 13 refuges pour femmes et enfants victimes de violences basées sur le genre. Aujourd’hui, seuls trois restent ouverts - et ils doivent opérer clandestinement, pour éviter la persécution du gouvernement, a déclaré une source de l’Articulation féministe nicaraguayenne à openDemocracy.

nuire à la santé des femmes
L’un des premiers groupes féministes à fermer fut l’un des plus anciens, le Collectif des femmes de Matagalpa (Colectivo de Mujeres Matagalpa, CMM), créé en 1984 par des militantes de gauche. Elle a obtenu un statut légal en tant qu’ONG en 1990, pour travailler avec les femmes des communautés pauvres du département de Matagalpa, une campagne ravagée par la guerre civile financée par les États-Unis dans les années 1980.

Le Nicaragua est l’un des pays qui dépensent le moins pour la santé publique en Amérique latine, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Seuls la Guyane, le Honduras, le Venezuela et Haïti dépensent moins. Pendant des décennies, CMM a fourni à plus de 10 000 femmes par an des services de santé reproductive et mentale, un soutien juridique et une protection contre la violence.

"Nous avons toujours été une voix critique contre l’État, exigeant des politiques publiques pour que les femmes jouissent de leurs droits dans des domaines où l’État ne fait rien", a déclaré à openDemocracy un membre du groupe (qui a demandé à ne pas être nommé par crainte de représailles).

Le statut juridique de CMM a été révoqué en août dernier, mais le harcèlement dirigé par l’État a commencé en avril 2018, lorsque des troubles civils ont éclaté dans le pays et que le groupe s’est impliqué dans des manifestations antigouvernementales qui ont été réprimées par les autorités. (Au moins 325 personnes ont été tuées , selon la Commission interaméricaine des droits de l’homme, et le régime d’Ortega a été accusé d’avoir commis des crimes contre l’humanité .)

Nous avons été traités de tout, des terroristes aux lesbiennes en passant par les blanchisseurs d’argent

Trois membres étrangers du CMM ont été expulsés et plusieurs membres nicaraguayens contraints à l’exil. Les militants du CMM qui vivent toujours dans le pays sont harcelés et persécutés.

"Nous avons été traités de tout, des terroristes aux lesbiennes en passant par les "envahisseurs yankees" et les blanchisseurs d’argent", a déclaré l’activiste anonyme. Depuis qu’Ortega a pris le pouvoir en 2006, "le peuple de Matagalpa a subi une répression brutale, des paysans ont été assassinés et nous, les féministes, devions faire entendre notre voix", a-t-elle ajouté.

Elle craint que la fermeture du bureau de CMM et l’arrêt de ses projets nuisent à la santé des femmes et permettent à la violence sexiste de prospérer : « Le gouvernement pense qu’il nuit à celles d’entre nous qui travaillent dans ces organisations, mais il nuit aux femmes dont nos projets bénéficient depuis des années. ”

Les femmes rurales abandonnées
L’ Organisation des femmes rurales (Coordinadora de Mujeres Rurales, CMR) était l’un des rares espaces formellement organisés pour les femmes rurales au Nicaragua. Il a fourni des prêts et une formation en agroécologie aux paysannes, tout en luttant pour une tenure plus équitable des terres agricoles.

Avec des ressources fournies par des organisations d’aide internationales dont Oxfam - elle-même interdite de travail au Nicaragua , en 2021 - la CMR a distribué des prêts aux femmes pour acheter des parcelles de terre ou des semences. Il a également milité pour une loi créant un fonds pour fournir des terres aux femmes rurales (seulement 20% des propriétaires terriens sont des femmes, selon le dernier recensement agricole). La loi a été adoptée en 2007 mais n’a jamais été mise en œuvre par le gouvernement.

Le statut juridique du CMR a été révoqué en mai, ce qui signifie qu’il ne pouvait plus soutenir plus de 600 femmes dans le nord-est du Nicaragua.

"Avec nos projets, les femmes peuvent accéder au crédit par le biais de coopératives. Malheureusement, les banques ne prêtent pas aux agricultrices. Malheureusement, nous ne pourrons plus les aider de cette façon", a déclaré María Teresa Fernández, présidente de CMR, à openDemocracy.

Les féministes comme « ennemies » du gouvernement
Les groupes nicaraguayens de défense des droits des femmes sont en désaccord avec Daniel Ortega depuis 1998, lorsque sa belle-fille Zoilamérica l’a accusé d’abus sexuels , et les féministes ont soutenu la victime et ont demandé justice. Ortega et sa femme Rosario Murillo ont commencé à attaquer les féministes , les qualifiant de meurtrières financées par « l’empire yankee ».

Ortega, ancien commandant de la guérilla de gauche pendant la révolution sandiniste de 1979, a été président dans les années 1980 puis réélu en 2006. En devenant un dirigeant de plus en plus autoritaire, il a réussi à maintenir une rhétorique de gauche tout en forgeant une alliance étroite avec conservateurs - soutenant, par exemple, l’ interdiction totale de l’avortement au Nicaragua en 2006.

Blandón de La Corriente, qui était un partisan de la révolution sandiniste, met en lumière la culture « macho » répandue d’Ortega et d’autres dirigeants sandinistes désireux de conserver leurs privilèges.

« Le mariage du féminisme et de la gauche était mauvais parce que nous [les femmes] étions très fidèles – et les leaders de la révolution ne voulaient pas entendre nos propositions », a-t-elle déclaré. "La rupture était inévitable, et ce n’était que le début d’un conflit qui n’a fait qu’empirer."

Le féminisme ne dépend pas de fonds ou d’un espace physique

Il n’y a pas que les groupes féministes qui sont touchés. L’activisme social et de défense des droits diminue en général au Nicaragua, car de nombreux autres groupes ont également cessé leurs activités par peur, selon un récent rapport local .

Sans projets à mener ni options pour lever des fonds, les militantes féministes cherchent des moyens de soutenir leur travail et leur résistance. CMM continuera à soutenir les efforts de la communauté pour s’organiser et à dénoncer "les violations des droits de l’homme et le régime autoritaire", a déclaré un membre à openDemocracy.

"Les femmes nous disent ’elles ne peuvent pas nous enlever nos connaissances’", a déclaré Fernández du CMR.

Quant à Blandón, elle dit que La Corriente survivra en tant que groupe, car "le féminisme ne dépend pas de fonds ou d’un espace physique". "Notre travail se poursuivra car ils ne peuvent pas nous retirer notre droit de penser et de développer une conscience critique", a-t-elle déclaré.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...