Édition du 1er décembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Politique québécoise

« Un homme qui se tient debout est le plus beau des monuments »

Ce titre, extrait de la si belle chanson Un homme libre de Georges Dor traduit bien l’attitude de M. De Belleval et d’Amir Khadir.

Face aux entorses faites à la démocratie pour faire passer de force le projet de l’amphithéâtre de Québec, qui serait payé avec des fonds publics alors que le gros des profits iraient dans les poches du milliardaire Péladeau, M. De Belleval s’est tenu debout en annonçant qu’il contesterait en cour la validité du processus suivi pour ce projet.

Faisant fi de la démocratie, un projet de loi visant à museler toute contestation des citoyens relatif à ce projet devant les tribunaux a été déposé au Parlement. M. Khadir s’est tenu debout en exigeant une commission parlementaire pour débattre de la question et amener ainsi plus de transparence sur un projet concocté derrière des portes closes.

« On travaille fort pour se préparer pour une commission parlementaire où tout le monde va se faire du capital politique » disait M. Labeaume. Qui veut se faire du capital politique avec le projet de l’amphithéâtre sinon lui-même ? Qui risque le plus en s’opposant ?

Premièrement, si M. Labeaume avait fait les choses dans les règles de l’art, il n’y aurait eu nul besoin d’une commission parlementaire. Il n’a qu’à s’en prendre à lui-même.

Deuxièmement, M. Labeaume a-t-il le quotient émotif suffisamment élevé pour saisir que quelqu’un peut agir non pour des motifs mesquins, mais dans le but de faire respecter la démocratie ?

Etre un homme libre et se tenir debout c’est risquer d’être incompris par un grand nombre notamment par ceux qui veulent leur joujou d’amphithéâtre à tout prix, quitte à court-circuiter le processus démocratique. Se tenir debout, c’est aussi risquer d’être ridiculisé. On peut douter que l’heure juste sur cet enjeu soit donnée dans les médias et la télévision de Péladeau. En outre, PKP n’acceptera pas de perdre des milliards de profit en vue sans rugir... oups ! je veux dire sans réagir. Il est plausible de s’attendre dans le futur, à une entreprise de diffamation – pour ne pas dire de démolition - en bonne et due forme contre Amir Khadir et Québec solidaire de la part de l’empire Québecor.

Une démocratie vivante et en santé a besoin d’hommes et de femmes libres. La démocratie est à ce prix.

Françoise Breault
2 juin 2011

Françoise Breault

Après une carrière en enseignement, dont un an avec les Échanges France-Québec, j’ai poursuivi en travail social auprès des familles. Vers l’âge de cinq ans, je me demandais pourquoi il y avait des pauvres et ce que je pouvais faire. Sans en prendre pleinement conscience, cette interrogation m’a habité toute ma vie. Une année en Amérique du Sud ne m’avait toujours pas apporté de réponse. Cela m’a pris du temps à voir clair... Maintenant que la lumière est allumée, je ne peux et ne veux la refermer... Tous les faits, toutes mes lectures me confirment comment le système économique actuel contribue à ce fossé grandissant entre riches et pauvres. Me voici maintenant à ma 3e carrière, celle où je peux mettre tout mon temps et énergie à sensibiliser les gens aux graves enjeux d’aujourd’hui, afin de vivre dans un monde plus juste... « mais nous, nous serons morts mon frère... ».

Sur le même thème : Politique québécoise

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...