Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Paix

Dans les rues pour dénoncer la boucherie d’Israël !

Depuis 15 jours…

Des bombes explosent sur une terre plus petite que la ville de Québec. La bande de Gaza c’est même pas gros comme deux îles d’Orléans, mais sa population est 200 fois plus élevée. C’est l’endroit de la planète où il y a le plus de monde au mètre carré. Deux fois l’île d’Orléans attaquée par des dizaines de chasseurs-bombardiers, des centaines et des centaines de chars de combat...

Les dommages collatéraux c’est pas juste un chiffre aux nouvelles de 18h, c’est du vrai monde. Ils ne s’appellent peut-être pas Leclerc, Bilodeau ou Bouchard, mais, à quelque part, ils sont de la famille quand même.

Depuis 15 ans…

Ce qui sépare la bande de Gaza du reste du monde, ce n’est pas le fleuve St-Laurent, c’est un mur. Il y a même un mur dans la mer Méditerranée. Pour les gens de Gaza, des ponts de l’île, il n’y en a pas. S’ils n’ont pas une permission des Israéliens, ils ne peuvent pas sortir. Dans les murs de Gaza, ce qu’il y a c’est de la misère, du manque de soins, du manque de médicaments, du manque de logements, du manque de nourriture.

Ailleurs en Palestine, en Cisjordanie, il y a un mur qui continue à manger du territoire. Ce territoire-là c’est pas juste du désert, c’est surtout des terres de paysans. C’est pas des pommes qui poussent là-bas… C’est des oliviers pis du monde que des bulldozers déracinent sous prétexte de « maintenir la sécurité ».

Depuis 60 ans…

La Palestine est occupée. Soixante ans en Palestine, ça se compte en dizaines de milliers de morts et en centaines et centaines de milliers d’exilés.

Si ça s’était passé ici il y a 60 ans, est-ce qu’on aurait enduré que nos maisons ne soient plus nos maisons ? Est-ce qu’on aurait enduré qu’on nous parque dans des réserves ? Est-ce qu’on aurait enduré d’être déporté un peu partout sur la planète ? Est-ce qu’on aurait résisté ? Est-ce qu’on résisterait encore ? Et si à notre résistance, les occupants, appuyés par les plus grandes puissances du monde, avaient répliqué en détruisant nos familles, nos écoles, nos routes, notre liberté et notre dignité ?

C’est depuis quinze jours, quinze ans, soixante ans…

Mais aujourd’hui, à Québec, à Montréal, à Toronto, à Paris, à Londres, à Washington, à San Francisco, à Barcelone, à Santiago, à Mexico et dans des centaines d’autres villes du monde, des gens sortent dans les rues pour dénoncer la boucherie d’Israël. Pour réclamer l’arrêt immédiat des bombardements et de l’offensive israélienne à Gaza. Pour contester le blocus imposé contre la population de Gaza depuis 1994.

Quelle sera la réponse de nos gouvernements ?

Est-ce que le gouvernement canadien continuera de soutenir aveuglément la politique israélienne ? Messieurs les gouvernements canadiens d’hier et d’aujourd’hui, croyez-vous vraiment qu’une vie israélienne vaut plus qu’une vie palestinienne ? Est-ce que le Canada, « terre de liberté », cautionne l’oppression d’un peuple et la négation de ses droits les plus fondamentaux ?

Nous vous demandons aujourd’hui, monsieur Harper, laisserez vous le peuple palestinien exister ou choisirez vous d’être complice de sa disparition ?

Marie-Noëlle Béland

Mots-clés : Paix Palestine

Sur le même thème : Paix

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...