Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Défense du bien commun : Greenpeace appelle à un gel du Plan Nord

À l’occasion de l’ouverture du Salon Plan Nord et à l’aube du grand rassemblement du 22 avril, Greenpeace appelle à un gel du Plan Nord pour la défense du bien commun. L’organisation invite la population à signer la pétition « Défense du bien commun : gelons le Plan Nord » qui sera déposée à l’Assemblée Nationale.

« Le gouvernement de Jean Charest n’a aucune légitimité à lancer le « chantier d’une génération » dans les derniers espaces vierges du Québec alors que seulement 8% du territoire est protégé, que les scandales de corruption se multiplient et que ce plan s’annonce déficitaire. Nous pressons le gouvernement de geler le Plan Nord jusqu’à ce que les écosystèmes nordiques soient protégés adéquatement, que la Commission Charbonneau fasse toute la lumière sur les liens qu’entretient ce gouvernement avec la corruption et qu’un système de redevance à la hauteur des ambitions des Québécois soit mis en place. »

Le Plan Nord de Jean Charest vise des investissements de 80 milliards sur 25 ans, dont plus de 70% provenant de fonds publics, pour aller défricher le Nord du Québec, y construire des mines, des routes, des barrages et exploiter les dernières forêts vierges. Or le Nord du Québec est un endroit fragile et ses écosystèmes les plus précieux doivent être protégés et les populations autochtones doivent donner leur consentement AVANT que ne s’accélère l’extraction des ressources. Greenpeace a identifié deux dernières grandes forêts vierges, la Vallée de la Broadback et les Montagnes Blanches, comme priorité de protection, mais le gouvernement y poursuit ses plans d’exploitation.

« Alors que M. Charest multiplie les voyages à l’étranger pour brader les ressources du Nord et qu’il demande aux étudiants de se serrer la ceinture, il est clair pour Greenpeace que les contrats qui se signent se font dans l’intérêt des multinationales plutôt qu’au profit du bien commun et de tous les Québécois. Nous invitons la population à signer en bloc la pétition pour le gel du Plan Nord à l’aube du plus grand rassemblement pour l’environnement et le bien commun de l’histoire du Québec. »

Greenpeace, un des groupes qui organisent la marche du 22 avril, appelle la population à descendre dans la rue ce dimanche pour la défense du bien commun et la protection de nos dernières forêts vierges.

Signez la pétition ici ! (http://www.greenpeace.org/canada/fr/campagnes/Forets/foret-boreale/a-vous-dagir/gel-du-plan-nord/)

Le texte de la pétition

Monsieur Charest,

Le Nord du Québec est un milieu fragile qui renferme parmi les derniers écosystèmes vierges de la planète, or vous y planifiez de vastes projets d’exploitation industrielle avant même que ces écosystèmes soient protégés adéquatement.

Vous demandez aux étudiants de se serrer la ceinture, or vous prévoyez investir des dizaines de milliards de dollars dans les infrastructures, les barrages, les mines et la coupe des dernières forêts vierges au profit des multinationales.

Vous lancez le « chantier d’une génération » alors que les scandales sur la corruption et la collusion dans le milieu de la construction se multiplient et qu’une enquête est en cours.

Vous bradez les ressources du Nord sans qu’un juste système de redevances ne soit mis en place et que l’on s’assure que cette exploitation bénéficie à l’ensemble des Québécois et assure la protection du bien commun.

Vous procédez déjà à des projets industriels d’envergure alors que vous n’avez pas l’aval de l’ensemble des Premières Nations qui occupent ce territoire ancestral.

Pour ces raisons, je suis contraint d’exiger de mon gouvernement le gel du Plan Nord jusqu’à ce que :

* les écosystèmes du Nord soient adéquatement protégés, à hauteur d’au moins 50% du territoire du Plan Nord, et en priorisant les dernières grandes forêts vierges, dont la Vallée de la Broadback et les Montagnes Blanches ;

* la commission Charbonneau dépose son rapport et fasse la lumière sur les scandales de corruption et de collusion dans le milieu de la construction ;

* l’ensemble des Premières Nations donne son plein consentement à l’exploitation des ressources sur leurs terres ancestrales et que ces communautés soient assurées d’en retirer des bénéfices nets à court et long terme ;

* un système de redevances minières exemplaire soit mis en place, calculé sur le tonnage et fixé par la valeur des minerais sur le marché international, afin de garantir des revenus à la hauteur des ambitions des Québécois et la création d’un fond pour la protection des écosystèmes du Nord.

* une étude environnementale stratégique sur l’ensemble des projets de développement du Nord soit mise en place

Seulement à ce moment, une fois ces étapes cruciales franchies, je serai assuré du bien-fondé d’une telle entreprise. S’il y a place au développement du Nord, nous ne pouvons nous permettre de nous lancer à la hâte dans ce milieu fragile et unique au monde. Cette responsabilité est la vôtre, soyez à la hauteur des exigences des Québécois.

Cette pétition sera déposée à l’Assemblée Nationale.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...