Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Des coupes sans précédent dans les services professionnels à la commission scolaire des Patriotes (FPPE-CSQ)

MONTRÉAL, le 27 mai 2015 - Le Syndicat des professionnelles et professionnels de la Montérégie (SPPM-CSQ) dénonce vivement les coupes annoncées à la Commission scolaire des Patriotes (CSP). Plus de dix-huit postes professionnels seront abolis lors de la prochaine année scolaire.

Jacques Landry, président du SPPM-CSQ, précise que « contre toute logique, la CSP a fait le choix de résorber son déficit en coupant principalement dans les services professionnels, pédagogiques et les services directs aux élèves. Alors que l’ensemble de toutes les autres commissions scolaires représentées par le SPPM-CSQ ont choisi de répartir les coupes dans l’ensemble de l’organisation, la CSP se départit massivement de ses professionnelles et professionnels. »

Voici les coupes des quelque dix-huit postes à être adoptées par le conseil des commissaires du 2 juin 2015. Elles représentent près de 12 % de son plan d’effectif total :

- Conseillers pédagogiques : cinq postes

- Psychologues : deux postes

- Analyste : un poste

- Conseiller en information scolaire et professionnelle : un poste

- Animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire (AVSEC) : huit postes

- Psychoéducateur : un poste

À titre comparatif, la Commission scolaire Marie-Victorin (qui a un nombre d’élèves similaire) abolira moins de 5 % de ses effectifs professionnels. Elle comptera pourtant encore 234 professionnelles et professionnels en 2015-2016, comparativement à seulement 138 pour la CSP.

M. Landry ajoute : « les décisions de la CSP sont d’autant plus scandaleuses que, proportionnellement, les services administratifs et les cadres semblent épargnés. À titre d’exemple, aucune direction ou direction adjointe d’établissement n’a subi de coupe de poste. »

Le SPPM s’insurge particulièrement de la destruction du service des AVSEC où huit postes sur douze sont abolis. M. Jacques Landry indique que « ce service est pourtant le seul de tous les corps d’emplois que nous représentons qui touche l’ensemble des élèves du secteur jeune. Ces interventions universelles, qui devraient être leur force, semblent actuellement causer leur perte. Ils interviennent auprès d’élèves en difficulté, mais pas spécifiquement. Doit-on leur en faire le reproche ? C’est pourtant ce qu’on semble clairement faire. »

M. Landry conclut : « Leurs démarches sont préventives, elles permettent le dépistage et l’intervention précoce. Par leurs actions, les AVSEC aident les jeunes à se façonner une identité personnelle enracinée dans la société et l’existence. Ils leur permettent de s’impliquer dans leurs milieux et sont un catalyseur pour le développement du sentiment d’appartenance à l’école. »

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...