Édition du 19 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé et sécurité au travail

Des enseignantes et enseignants se mobilisent devant le refus du Centre de services scolaire du Val-des-Cerfs à suivre les recommandations de la Santé publique

GRANBY, QC, le 9 déc. 2020 - Malgré les recommandations de la Santé publique, le Centre de services scolaire du Val-des-Cerfs (CSSVDC) s’entête à refuser le télétravail à son personnel enseignant lorsqu’il n’est pas en présence d’élèves. C’est ce qu’ont dénoncé les enseignantes et enseignants du Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska (SEHY) lors d’une manifestation ce matin devant l’école primaire des Bâtisseurs de Granby.

Considérant la propagation de la COVID-19 qui continue de sévir actuellement au Québec et dont les écoles sont la source de 30 % des éclosions, il est plus que nécessaire de reconnaître l’autonomie professionnelle des enseignantes et enseignants et de leur accorder une latitude leur permettant de faire du télétravail lorsque cela est possible, par exemple pour les formations données lors des journées pédagogiques. Toutefois, le CSSVDC s’obstine à octroyer un droit de gérance aux établissements scolaires sur son territoire, et ce, bien que le gouvernement ait clairement stipulé qu’il est souhaitable de travailler de la maison pour accomplir les « autres tâches » ne nécessitant pas la présence des élèves dans la mesure du possible et sans nuire à la concertation des équipes.

« Ce qui est recherché par une majorité de nos profs est une reconnaissance de leur autonomie professionnelle quant à l’utilisation pertinente de leur temps de nature personnelle et d’une partie de la tâche en lieu assigné en contexte de pandémie afin d’appliquer les consignes sanitaires du gouvernement. L’autonomie professionnelle n’est pas un privilège mais un droit. Le CSSVDC sous-estime l’engagement des enseignantes et enseignants et nous demandons le respect et la reconnaissance de la part de l’employeur », affirme Alina Laverrière, présidente du SEHY.

Encore mardi, le premier ministre François Legault a réitéré son appel aux entreprises et aux organisations de permettre autant que possible le télétravail afin de casser la deuxième vague de COVID-19 qui déferle sur le Québec. Toujours dans l’objectif de garder nos écoles publiques ouvertes, il est primordial de réduire les contacts qui ne sont pas nécessaires et, de ce fait, d’accorder le télétravail aux enseignantes et enseignants lorsque cela est possible afin de protéger leur santé et leur sécurité ainsi que celles de leurs élèves.

Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska

Le Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska (SEHY) représente les enseignantes et enseignants de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC) soit environ 1 800 enseignantes et enseignants dont environ 1 500 sont permanents, à contrats ou à la leçon. Il est affilié à la FAE.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé et sécurité au travail

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...