Édition du 31 mars 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Dette écologique : La Grande frontière

Tous les secteurs de l’économie mondiale sont tributaires des matières premières et de l’énergie.

photo et article tirés de NPA 29

La consommation mondiale des ressources naturelles a été multipliée par huit au cours du 20è siècle (alors que la population n’a fait « que » quadrupler) ; celle des métaux a doublé en vingt-cinq ans, plus des deux tiers de l’or extrait depuis sa découverte (il y a 6 000 ans) l’a été au cours du dernier demi-siècle.

Les nouveaux usages s’ajoutent aux anciens (et non pas en les remplaçant, comme le voudrait faire croire l’idée d’une « transition »).On extrait non seulement de plus en plus, mais aussi de plus en plus de ressources différentes (en trente ans, nous sommes par exemple passé-e-s de 20 métaux de grande utilisation à plus de 60).

Tous les secteurs de l’économie mondiale sont tributaires des matières premières et de l’énergie. En continuant à croître, cette économie ne peut que continuer à aggraver les destructions produites pour obtenir cette énergie et ces matières.

Quand bien même, dans le sillage du « développement durable », la multiplication des oxymores (éco-efficience, croissance verte, green new deal, dématérialisation de la croissance)… s’emploierait à nous faire croire le contraire.

L’amélioration de l’efficacité matérielle et énergétique (économies de matières premières et d’énergie) ne fait pas baisser la consommation globale des matières, pas plus que ne le fait la concentration des industries gourmandes en ressources dans certains pays.

Notre société « de la connaissance et de l’information » est bien loin de se nourrir seulement de matière grise. Elle ingurgite essentiellement des produits et des services (qui ont tous besoin de supports) fabriqués ici ou ailleurs, mais toujours à partir d’apports physiques bien réels qui nécessitent, pour voir le jour et être mis sur le marché, des infrastructures et des machines complexes, elles-mêmes fabriquées et animées grâce aux matières premières.

Que ce soit le secteur des technologies d’information et de communication, celui de la finance, avec ses services associés ou y ayant recours, ou celui des technologies dites « vertes », tous ont besoin de matières premières.

Tous, quelle que soit leur couleur, génèrent de nouvelles pressions sur les ressources et sur les territoires qui les recèlent.

Et même dans l’hypothèse (très peu probable) d’une mécanisation complète qui remplacerait le travail humain, il faudrait encore des matières premières et de l’énergie pour que des machines fabriquent d’autres machines. (Extraits de La grande frontière).

Anna Bednik 9 décembre
https://www.cadtm.org/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...