Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé

Impacts économiques d'OPTILAB - Un projet indécent qui menace l'économie régionale selon la CSQ

JOLIETTE, QC, le 27 janv. 2017 - « Le projet OPTILAB, du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, fera disparaître environ 60 à 70 % des activités des laboratoires des établissements de santé de la région. On parle de 120 et 150 emplois directs, respectivement dans Lanaudière et les Laurentides, et de 130 à 160 autres emplois indirects. C’est majeur ! »

C’est en ces termes que Serge Vézina, président du STPL-Bouclier regroupés-CSQ (STPL-CSQ), a dénoncé le désastreux projet OPTILAB dans le cadre d’une conférence de presse en présence de la vice-présidente de la CSQ, Sonia Éthier, de la députée de Joliette, Véronique Hivon, et de différents acteurs de Lanaudière. Ils y ont d’ailleurs présenté les résultats de l’étude économique réalisée à ce sujet par la CSQ.

Une décision unilatérale désastreuse

Rappelons que cette initiative du ministre Barrette vise à centraliser les activités des laboratoires médicaux de partout au Québec dans onze méga laboratoires, surtout présents dans les grands centres urbains.

« Les laboratoires biomédicaux sont un rouage essentiel du système de santé. Le personnel y réalise toutes les analyses médicalement requises. Avec OPTILAB, seules les analyses urgentes seraient réalisées dans les centres actuels, qui deviendraient des centres satellites. Ce projet accentue donc les risques liés au transport des échantillons et à leur traçabilité et pénalise gravement la population. C’est tout à fait irresponsable ! », dénonce la vice-présidente de la CSQ.

« Dans les régions éloignées, les conséquences sont encore plus flagrantes : des échantillons actuellement analysés dans les établissements de santé d’Abitibi-Témiscamingue seraient transportés, par exemple, jusqu’à Montréal pour y être traités, alors que ceux de la Gaspésie seraient acheminés à Rimouski », ajoute-t-elle.

Des impacts économiques majeurs

Pour sa part, le président du STPL-CSQ précise que « près des deux tiers des activités des laboratoires de Lanaudière et des Laurentides seront transférées à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval. Le projet OPTILAB pourrait donc engendrer des pertes de revenus nettes d’environ 15 millions de dollars pour ces deux régions. Toutes proportions gardées, c’est comme si Montréal voyait 1 200 emplois disparaitre d’un coup ! »

Les leaders syndicaux croient qu’une forte mobilisation, non seulement dans Lanaudière et les Laurentides, mais partout au Québec, pourrait contribuer à faire reculer le gouvernement.

« Il est inacceptable que le gouvernement fasse, sur le dos des régions, des économies de bouts de chandelles qui pourraient aussi avoir des conséquences très graves pour la population. Nous nous sommes battus, nous continuerons de nous battre contre ça et nous comptons sur l’appui de nos populations et des élus locaux et nationaux ! », conclut Serge Vézina.

OPTILAB sous la loupe

- Transport d’échantillons sur de grandes distances : problèmes de sécurité, de stabilité, de traçabilité et coûts importants

- Délais additionnels pour obtenir les résultats d’analyses et établir un diagnostic

- Travail multidisciplinaire plus limité, les technologistes médicaux et plusieurs médecins spécialistes étant en relation constante

- Pertes d’emplois et impacts économiques très importants dans toutes les régions

- Budget des huit laboratoires biomédicaux de Lanaudière et des Laurentides : 53 millions de dollars

Pour consulter l’étude

Sur le même thème : Santé

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...