Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

La crise climatique est une question de classe

Le rapport du GIEC parle de lui-même : les cinq années les plus chaudes de l’histoire récente ont été enregistrées, l’élévation du niveau des mers et des glaces arctiques a triplé et les glaciers continuent de reculer.

Photo : LONDRES, ANGLETERRE - 11 JANVIER : Jeremy Corbyn quitte Trafalgar Sq après avoir parlé à un rassemblement le 11 janvier 2020 à Londres, Angleterre. La manifestation de samedi a été co-organisée par la Campagne pour le désarmement nucléaire et la Coalition Stop the War, un groupe militant formé en 2001. (Photo par Hollie Adams/Getty Images)

20 août 2021 | tiré de Viento sur

Mais rien de tout cela n’est nouveau. Les scientifiques ont adopté un ton urgent parce qu’ils font ce même avertissement depuis des décennies et toutes les interventions qui ont cherché à éviter le réchauffement climatique ont échoué.

En effet, Exxon, l’une des plus grandes compagnies pétrolières du monde, a prédit le changement climatique dans les années 1970, puis s’est consacré à nier publiquement son existence pendant des décennies.

Le système politique et économique dans lequel nous vivons ne génère pas accidentellement le changement climatique : il est dans sa nature même, il récompense les polluants les plus nocifs et ceux qui obtiennent des superprofits grâce à des pratiques extractivistes.

C’est notre héritage historique. Au Royaume-Uni, les fortunes de l’époque impériale proviennent principalement du pétrole extrait dans le golfe Persique. En effet, dans les années 1950, la Grande-Bretagne a promu un coup d’État dans le seul but de préserver les profits de l’Anglo Iranian Oil Company (AIOC). Puis AIOC est devenue British Petroleum, société qui continue d’expédier des centaines de millions de tonnes de carbone dans l’atmosphère dans le golfe du Mexique et dans la mer Caspienne. Les institutions financières londoniennes, spécialisées dans la gestion des bénéfices pétroliers, gèrent une bonne partie de l’argent généré par les combustibles fossiles dans le monde entier.

D’autres catastrophes se profilent

Même s’ils soutiennent qu’ils commencent à agir, les gouvernements du monde entier continuent d’agir en fonction des réseaux de combustibles fossiles. Boris Johnson est allé jusqu’à imiter le langage de la révolution industrielle verte que nous avons développé au sein du Parti travailliste. Mais il n’imite que les mots, pas les actions. En juin, le Comité britannique sur le changement climatique a montré que, s’il maintenait le rythme actuel, le gouvernement ne parviendra même pas à atteindre ses objectifs tristement humbles.

En 2019, lors de la Journée des travailleurs, en tant que chef de l’opposition, j’ai réussi à présenter un projet au Parlement pour que la Grande-Bretagne déclare l’urgence climatique : nous avons été le premier parlement au monde à le faire. J’étais et je suis convaincu que le Parti travailliste et notre mouvement en général doivent prendre la crise climatique et environnementale très au sérieux.

Si ce système ne rencontre aucune opposition, nous verrons bientôt comment le rythme des incendies, des inondations et des sécheresses augmentera rapidement. C’est ce que nous voyons en Australie, en Sibérie, en Colombie-Britannique, en Afrique de l’Est, en Californie et dans une bonne partie de l’Europe. Au cours de ce siècle, les grandes tempêtes ont augmenté leur fréquence de 40%. Les plus intenses sont 75 % plus fortes que celles des années 1950 et les ouragans sont de plus en plus fréquents.

Mais il n’y a pas que les conséquences physiques de ces événements qui doivent nous préoccuper : ce sont aussi les politiques. En Grèce, l’austérité, la déréglementation et la négligence des pompiers ont multiplié l’impact des terribles incendies qui ont éclaté en Eubea. Au Texas, au début de l’année, l’État a permis aux entreprises énergétiques d’augmenter les prix de l’électricité d’urgence et les dettes des citoyens sont impayables.

Et tant aux États-Unis qu’au niveau de l’UE, les gouvernements investissent dans la technologie de contrôle et l’équipement militaire pour cibler les réfugiés générés par la crise environnementale. Ces milliards de dollars dépensés pour des interventions militaires et des drones en Méditerranée sont l’argent qui n’est pas dépensé pour la transition verte et qui entre dans le circuit de rentabilité de l’industrie de la guerre, profondément ancré dans l’économie fossile. Le Parlement britannique débat actuellement d’un terrible projet de loi sur la nationalité et les frontières, qui vise à interdire le sauvetage des réfugiés en perdition dans l’océan, c’est-à-dire qui poserait un désaccord de base avec le droit maritime universel.

L’incroyable augmentation des budgets militaires des pays les plus puissants indique que ceux-ci se préparent au conflit, et non à la coopération. C’est ainsi qu’ils envisagent de faire face à l’urgence climatique. Ces fausses solutions augmenteront nos souffrances en général, même si, comme toujours, elles favoriseront quelques-uns et puniront la majorité, parmi lesquels on compte à la fois les pauvres qui sont inondés de leurs maisons en Angleterre et ceux qui meurent en fuyant l’Afrique du Nord.

Le changement est possible

Mais cela n’a pas besoin d’être le cas et nous devons agir avec espoir, pas dans la peur. Les scientifiques nous disent avec une précision médico-légale ce qu’il adviendra du niveau des mers, de la pénurie d’eau et de la biodiversité si la température augmente de 1,5, 3 ou 5°C. Cependant, la raison pour laquelle ils ne peuvent pas prédire l’ampleur du réchauffement est qu’il est impossible de prédire nos décisions. Comme le GIEC nous le rappelle, ces dernières continuent de courir seules.

Et si nous avançons contre les puissants et nous débarrassons des incitations que le système accorde à ceux qui brûlent la planète, les choses peuvent être différentes. Cela implique que les travailleurs du monde entier se mobilisent en faveur de l’adoption d’un Green New Deal mondial lors de la COP 26 de cette année. Le projet devrait être en mesure d’éliminer le carbone de l’atmosphère, d’apporter de l’argent dans les poches des travailleurs et de lutter contre l’injustice et les inégalités dans le Sud mondial. Il n’existe aucune ville dans le monde qui ne bénéficierait pas de transports publics verts, du reboisement des forêts, de l’utilisation des énergies renouvelables au niveau local et des emplois que les nouvelles industries vertes créeraient.

Le changement climatique, la pauvreté et les inégalités, l’échec collectif énorme et risqué que représente l’absence de vaccins contre le COVID-19 dans les pays les plus pauvres, sont ainsi les conséquences d’un système qui donne la priorité aux milliardaires plutôt qu’au reste de l’humanité. La crise climatique et environnementale est une question de classe. Ce sont les populations les plus pauvres des quartiers populaires, des villes polluées et des îles situées à une altitude proche du niveau de la mer qui subissent les conséquences les plus graves de la crise.

Mais nous avons la capacité de changer cette situation. En 2019, du jour au lendemain, les étudiants qui ont manifesté contre le changement climatique ont captivé l’imagination et l’attention du monde entier. S’ils le peuvent, nous aussi. Notre réponse à l’alerte rouge doit être l’engagement dans nos quartiers, dans les institutions politiques, dans les écoles et dans les universités, dans nos lieux de travail et dans nos syndicats, afin d’exiger et de réaliser une planète habitable et un système qui donne la priorité à la vie humaine et au bien-être de la population.

17/8/2021

https://jacobinlat.com/2021/08/17/jeremy-corbyn-la-crisis-climatica-es-una-cuestion-de-clase/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...