Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

La mer « avale » à un rythme record la chaleur piégée par l’effet de serre et prépare ainsi des épisodes climatiques extrêmes

En 2020, les océans se sont réchauffés plus que jamais, se rechargeant en une énergie qui alimente les ouragans et les tempêtes côtières et augmentent leur température, entraînant la mort de la vie marine et l’élévation du niveau de la mer

photo et article tirés de NPA 29

En 2020, la mer s’est réchauffée au-delà de tout ce qui a été mesuré. Les océans ont accumulé la chaleur piégée par les gaz à effet de serre à un niveau record, alimentant la pompe des événements extrêmes qui se nourrissent de l’eau de plus en plus chaude.

La mer absorbe 90 % de toute la chaleur rejetée dans l’atmosphère par des gaz tels que le CO2, le méthane ou le protoxyde d’azote, dont une grande partie est émise par l’action humaine.

L’année dernière, toute cette énergie engloutie, dépassait le précédent record. La chaleur piégée par les eaux marines est mesurée en zeta joules (ZJ) – chacun d’entre eux est un millier de trillions de joules. En 2020, il a atteint 234 ZJ au-dessus de la moyenne historique, soit une vingtaine de plus qu’en 2019, selon les mesures recueillies par une équipe scientifique internationale et publiées dans Advances in Atmospheric Sciences.

La quantité de chaleur contenue dans les 2 000 premiers mètres des océans de la planète n’a cessé de croître depuis le milieu du 20è siècle. L’augmentation est de 5,7 ZJ par an. Mais, en outre, l’accélération est particulièrement prononcée depuis 1980. La moyenne depuis 1986 est de 9,1 ZJ. Au-delà des données exactes – dont la précision peut varier dans une tâche complexe telle que la couverture de l’ensemble des mers – cela signifie qu’une énorme quantité d’énergie est accumulée dans l’eau.
Cette énergie alimente les tempêtes tropicales et les tempêtes côtières qui ont un tel impact sur la vie d’une grande partie de la population humaine. Elle modifie également le régime des précipitations, ce qui provoque des sécheresses et peut entraîner des incendies de forêt explosifs.

«  Le réchauffement à long terme des océans est un indicateur crucial de l’état du système climatique, tant passé que présent  », expliquent les chercheurs dirigés par le Chinois Lijing Chang et l’Américain John Abraham.

Pour illustrer l’aggravation de ce phénomène, il suffit de voir que les cinq années où la mer a accumulé le plus de chaleur depuis 1955 se concentrent sur les cinq dernières années. Par ordre décroissant, il s’agit de : 2020, 2019, 2017, 2018 et 2015.

Ce n’est pas un phénomène anodin

Que la mer absorbe et retienne la chaleur, stocke de l’énergie supplémentaire et surchauffe n’est pas un phénomène anodin. L’accumulation d’énergie dans les océans ne se limite pas à une question de mesures mondiales.

Elle a des conséquences sur les écosystèmes et les populations humaines. L’observation du réchauffement des océans par région est « cruciale et pertinente pour évaluer les risques pour les personnes et l’adaptation sociale », affirment les experts.

Ainsi, l’augmentation de la chaleur dans la bande tropicale de l’Atlantique Nord, où les ouragans sont générés, est persistante depuis 1958. Le réchauffement des océans « surcharge ces tempêtes et exacerbe le risque de dommages et d’inondations majeures », soulignent Cheng et ses collègues.

2020 a été la saison où l’on a enregistré le plus d’ouragans, avec 28. La liste préparée par les météorologues était épuisée et ils ont dû recourir à l’alphabet grec pour continuer à les nommer.

De plus, l’énergie libérée a fait que cette année a été qualifiée d’ « extrêmement active ». De même, il a été scientifiquement prouvé que les ouragans sont de plus en plus forts. Ainsi, lorsqu’ils touchent terre et commencent à dévaster les habitations et les infrastructures et à menacer la sécurité des personnes, ils durent beaucoup plus longtemps.

La traduction dans la vie quotidienne est que, d’ici 2020, des dizaines de milliers de personnes ont vu leurs maisons détruites et les pertes économiques se sont multipliées. Rien qu’en Amérique centrale, les tempêtes de l’année dernière ont provoqué le déplacement de 200 000 personnes et les dégâts ont généré des pertes économiques de 41 milliards de dollars.

L’Espagne et la Méditerranée ne sont pas épargnées

Les plus grandes anomalies observées dans la chaleur de la mer se trouvent en Méditerranée, « un point chaud pour les conséquences du changement climatique en raison de la densité de sa population côtière ». 22 pays entourent cette mer presque fermée, parmi lesquels l’un des plus importants est l’Espagne. «  Sa quantité de chaleur montre une forte augmentation depuis 1990, mais une augmentation accélérée au cours de la dernière décennie ».

Et avec cette augmentation, les impacts négatifs se sont multipliés. Aux phénomènes météorologiques violents qui frappent les côtes de manière récurrente, on peut ajouter l’augmentation du niveau de la mer et les morts massives de la vie marine.

Les ravages des dernières tempêtes, comme celle de septembre 2019, ou les tempêtes hivernales comme Gloria, alimentent un cycle ruineux et récurrent de destruction et de reconstruction de la côte espagnole. La ville murcienne de Los Alcázares est devenue célèbre pour avoir subi trois inondations en cinq mois : une ville à fuir pour des raisons climatiques dans l’Espagne du 21è siècle.
Les pics de chaleur dans les eaux de la Méditerranée déciment les populations en détruisant les habitats dans lesquels elles prospèrent, comme les récifs coralliens ou les fonds marins de gorgones.

La Méditerranée est une source de ressources économiques si vitale qu’elle est devenue la mer la plus épuisée du monde pour la pêche commerciale. Il y a quelques années, le Bureau espagnol du changement climatique avait prédit que « tout indique que nos mers s’appauvrissent, sont plus vulnérables et que leur capacité à absorber le CO diminue.

Les preuves scientifiques ont montré que les océans absorbent presque toute la chaleur anthropique (des hommes) qui réchauffe la planète et un tiers des émissions de carbone, la cause initiale du dérèglement climatique.

Cela «  les rend capables d’amortir le réchauffement climatique [qui serait plus grave si toute cette chaleur et ce gaz étaient dans l’atmosphère]«  , rappellent les auteurs.
«  Cependant, la réaction de la mer à cette accumulation présente un risque pour les humains et les écosystèmes.


En d’autres termes, la chaleur qui s’est déjà accumulée et celle qui devrait s’ajouter dans les années à venir continueront à affecter le climat, le niveau des mers et la vie marine. La mutation des océans par la crise climatique laisse présager des catastrophes pour l’humanité.

Raúl Rejón 17 de enero de 2021
https://www.eldiario.es/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...