Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Cafouillage informatique à la STM : 606 autobus sur la voie de garage (CSN)

MONTRÉAL, le 20 nov. 2019 - Les travailleuses et les travailleurs du Syndicat du transport de Montréal (STM-CSN) dénoncent le cafouillage causé par un nouveau programme informatique qui ralentit indûment les travaux de réparation ou d’entretien des véhicules et fait en sorte que 606 autobus étaient immobilisés la semaine dernière, en attente de réparation.

Le « projet vision », un nouveau système informatisé d’approvisionnement des pièces et de répartition des tâches, ne permet pas d’organiser le travail de façon efficace. Des problèmes d’approvisionnement des pièces mécaniques sont occasionnés, ce qui provoque des délais pour que les mécaniciens puissent faire leur travail et effectuer les réparations nécessaires des autobus. « Certains travailleurs sont payés en temps supplémentaire même s’il manque parfois de pièces pour faire les réparations », souligne Gleason Frenette. En temps normal, ceux qui réusinent les pièces travaillent plus d’heures en ce moment pour que les tablettes soient pleines quand le plus dur de l’hiver arrivera. Or, ce n’est pas le cas en ce moment. On attend plutôt que le système informatique donne les ordres.

« Les employé-es sont préoccupés par la sécurité du public et par le fait que de plus en plus de tâches sont confiées à l’externe », a déclaré Gleason Frenette, président du STM-CSN.

Ce dernier rappelle que dans le conflit de travail de l’an dernier, la STM avait traîné le syndicat devant le Tribunal administratif du travail en affirmant que les services essentiels n’étaient pas assurés. Plus de 600 autobus étaient alors en attente de réparation. « Pourquoi c’était urgent et essentiel de régler le problème en 2018 et que ce ne le serait pas maintenant », s’interroge Gleason Frenette, qui estime que le respect des services essentiels ne devrait pas être assuré seulement quand l’employeur en fait la demande lors d’un conflit de travail.

Travaux à l’externe

Une autre variable nuit à l’efficacité des travaux d’entretien : les rappels de service demandés par le constructeur sont effectués à Saint-Nicolas, près de Québec, ce qui fait perdre du temps en transport des autobus. Il serait pourtant possible de faire le travail à l’interne, à Montréal, comme cela s’est déjà fait dans le passé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...