Édition du 12 février 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Davantage d'utilisateurs par le tarif social pour développer un transport collectif équitable

"Les villes canadiennes connaissent une croissance rapide, mais l’investissement dans le transport en commun n’a pas progressé au même rythme. Cet écart a mené à l’augmentation de la congestion routière, et à de longs temps de déplacement qui rendent plus difficile pour les travailleurs de se rendre au travail et pour les familles de passer du temps ensemble.

La plus grande source de nouveau financement du transport en commun est des subventions de notre argent collecté par la Gouvernement du Canada. 

Voyez : 
https://bit.ly/2SBqTxu

Les embouteillages ont de graves conséquences financières – entraînant des pertes de productivité dont les coûts se chiffrent en milliards de dollars pour l’économie canadienne chaque année – et des effets néfastes sur l’environnement." 

"Le Fonds pour l’infrastructure de transport en commun permet de réaliser ces investissements tant attendus. Du financement est fourni pour soutenir des projets de remise en état des réseaux de transport en commun, de planification d’améliorations et d’expansions, d’amélioration de la gestion des actifs, ainsi que des projets de transport actif et d’optimisation et de modernisation. 

Les fonds accordés au titre du programme ont été versés aux municipalités en fonction du nombre d’usagers". 

Affectations au titre du fonds pour les infrastructures du transport en commun (FITC) 

Province/Territoire Nombre d’usagers Affectation 

Québec 565 712 079 923 710 000 $ 
Ontario 910 488 752 1 486 680 000 $ 

L’implantation de la tarification sociale amènerait énormément plus d’utilisateurs, donc davantage de subventions pour maintenir et améliorer le service du transport public, et donc diminuerait le grave problème de congestion automobile solo à Montréal. 

Pour ceux qui s’inquiètent d’un accroissement massif de nouveaux utilisateurs, le gouvernement du Canada payerait 50% pour, par exemple, de nouveaux autobus, et le gouvernement du Québec pourrait faire le reste, notamment en utilisant le fameux "Fonds vert" que la région de Montréal ne bénéficierait pas suffisamment... 

Du seul point de vue économique, le Québec investirait pour la tarification sociale et rentrerait dans son argent en ayant de nouveaux fonds pour investir dans le transport public. 

Mais, investir dans un tarif social, c’est avant tout un investissement social, pour permettre des déplacements nécessaires et moins coûteux pour les gens aux faibles revenus, sous 20,000 $ annuellement. 

La tarification sociale, c’est avant tout une question de solidarité sociale. 

La tarification sociale du transport collectif est rentable pour toute la société québécoise, du point de vue social ET du point de vue économique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...