Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

FRAUDE ÉLECTORALE À MONTRÉAL – PQ

Les plumitifs petits-bourgeois montréalais s’en donnent à cœur joie en ce lendemain de campagne électorale municipale. Ils ont une fois de
plus fait la preuve que la classe ouvrière ne compte pas, qu’elle est
totalement absente, électoralement parlant s’entend, de la politique
municipale à Montréal.

Des mois d’une campagne électorale inintéressante, totalement
déconnectée, hors de propos en ce qui concerne les problèmes réels,
concrets et véritables de la population des quartiers déshérités, des
quartiers ouvriers. Débranchée de la vie des chômeurs et des
travailleurs menacés, à statut précaire, sous-payés, écrasés de taxes et
de charges fiscales. Une campagne très éloignée des milliers d’ouvriers
que les patrons malmènent ou jettent à la rue sans pitié. Et que dire
des sans-abris, errant par les rues, de gourbi en taudis ; suivis par les
travailleurs appauvris, attablés aux cantines charitables, fréquentant
les comptoirs alimentaires dévalisés (140 000 pauvres chaque mois) et
les friperies dépenaillées.

Au milieu de cette misère populaire, Denis Coderre, héros de la
bourgeoisie, et juste derrière l’énergumène, une femme en peine, madame
Joly prénommée Mélanie. Les Bobos-scribouilleurs, auteurs de pages de
publicité et de propagande, que leur maison d’édition ont le culot
d’appeler des « infos » (La Presse, Journal de Montréal, Gazette, Métro,
24 heures) et tous les autres affidés de la télé, ne retiennent plus
leur joie affectée – « Le coup fourré a fonctionné ! ».

C’est que la campagne électorale s’annonçait fade au beau milieu de
cette débandade de l’ancien Parti du maire Tremblay –l’effarouché, chef
des trafiquants ployant sous les coups des enquêteurs de la Commission
Charbonneau – enquête de probité publique qui est une véritable « valeur
authentiquement québécoise des riches de souche » et qui se répète tous
les vingt ans environ ; jusqu’à la prochaine dans vingt ans tout au plus.

Ce n’est pas tout de lancer une fraction de la petite-bourgeoise
montréalaise aux trousses d’une autre faction qui s’en est mis plein les
poches pendant des années sans partager avec l’opposition. Le risque
dans ces guerres de clans étant de discréditer toute la gent politique –
le cynisme ambiant risquant d’emporter le bébé « démocratique » dénudé
avec l’eau polluée du bain trop plein de purin. Un certain décorum est
requis au milieu de ce salmigondis, du moins si ces magouilleurs
souhaitent que quelques badauds-électeurs croient toujours aux
resquilleurs politiciens.

Derrière Denis Coderre, le rescapé de la politique fédérale (où ils ont
leur charge de scandales), trottinait Marcel, le beau Brummell, sortit
tout droit des officines de gestion occultes qui dirigent la politique
municipale, provinciale et fédérale. L’un de ces hommes en gris,
complet-cravate (qu’il retira le temps d’une campagne de fumisterie) se
jetait donc dans la mêlée utilisant comme marche pied Madame Harel et
son parti Vision Montréal désemparé et floué.

Un mois après le saut dans le vide électoral – la patente à Marcel Côté ne décollait toujours pas. L’homme d’affaire, beaucoup trop compromis
avec les vieux partis ne parvenait pas à se donner une image de « 
virginité » fabriquée. Les stratèges, fins-politiciens, sont trop
malins pour se décourager pour un rien. De leur chapeau de magicien ils
sortirent une Joly prénommée Mélanie. Et ce fut le début de l’esbroufe.
Une meute de faiseurs d’opinion, des paparazzis malappris, se jetèrent
sur leur petite amie comme des vautours sur un cadavre flétri. La curée
fut de courte durée, un sondage truqué, publié à point nommé, vint
crédibiliser le petit minois de la politicienne roublarde avérée. Le
frère de Justin vint même sacrer la prénommée du sceau des Trudeau… Même Coderre, et ses exfiltrés-libéraux, ne méritèrent pas cette
intronisation au temple de la renommée du Parti Libéral tout puissant.

Car vous devez comprendre camarades ouvriers et travailleurs que ces malversations nous révèlent que le Parti québécois, la CAQ et Québec
Solidaire comptent pour presque rien sur la scène politique
montréalaise. Depuis quelques temps ce sont les différentes factions du
Parti Libéral qui s’entre-déchirent et mènent le bal municipal. C’est une
contradiction dans leur camp que nous devrons exploiter. Nous, la classe
ouvrière et nos alliés, ne sommes que les dindons de cette farce
outrancière qu’orchestre des faiseurs d’élections et des groupies
poltrons depuis leurs torchons, leurs studios de radio et de télévision
où ces petits bourgeois des médias fabriquent l’opinion publique.

Le soir du 3 novembre 2013, il s’est avéré que la manigance
électoraliste a fonctionné. Très peu de gens se sont déplacé pour
voter, alors que les commentateurs obséquieux parlaient d’une campagne
électorale passionnante – pour 40% des électeurs à ce qu’il semble –
mais l’important pour eux c’est que les petits-bourgeois se soient
déplacés pour voter et tracer leur croix au bon endroit.

Le vieux politicien Coderre l’a emporté (13% des droits de vote), suivide la soubrette (un « raz de marée » de 11% des votants potentiels)
réputation forgée de toute pièce par la publicité des médias à la solde,
dans l’indifférence totale des masses populaires dont une majorité ne
s’est pas déplacée pour voter (60%). Le lendemain du scrutin chacun
d’entre nous peinait à son boulot sachant que rien d’important ne
s’était produit la veille si ce n’est que la bourgeoise montréalaise
venait de signer une trêve entre ses différentes factions qui devront
maintenant se partager la dépouille municipale, les pots de vins, les
enveloppes brunes, les dessous de table, les contrats juteux-véreux,
mais comme le disait l’ex-maire Vaillancourt de Ville de Laval,
seulement après avoir imaginé un nouveau stratagème de prévarication
généralisée. Soyez patient ça viendra.

Que doit faire la classe ouvrière, les étudiants et les travailleurs ses
alliés au milieu de cette galère dépareillée ? La classe ouvrière doit
poursuivre son chemin de résistance. Poursuivre partout sa guerre de
classe dans les usines, les bureaux et sur les lieux de travail. Faire
grève chaque fois que nécessaire et chaque fois qu’avantageux pour elle.
Défendre rageusement ses lignes de piquetage contre les assauts des
« scabs », des petits cadres, de la flicaille et de la justice des riches.
Refuser les hausses de tarifs ; exiger plus de services publics.
Manifester souvent et bruyamment comme les étudiants nos alliés l’ont
fait (plusieurs petits-bourgeois paupérisés se joindront à nous pour
manifester) et surtout, les ouvriers doivent s’organiser dans les
différentes « Assemblée Populaire Autonome » de quartier :
http://apa-montreal.info/ afin de se concerter pour résister à tous les
assauts idéologiques, politiques et économiques que ces serviles
politiciens et leurs sous-fifres journalistes organiseront pour le salut
de leurs maîtres des Chambres de commerce locales et régionales :
http://anouslaville.org/

Le résultat véritablement important de cette campagne électorale à
Montréal-PQ c’est qu’en majorité les ouvriers, les étudiants et les
travailleuses ne croient plus à la fraude électorale bourgeoise et
cherche une véritable alternative à ce jeu de coulisse bancal.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...