Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

L’eau du réacteur de Fukushima pourrait endommager l’ADN humain si elle était libérée, selon Greenpeace

Selon une organisation environnementale, il existe dans l’eau des niveaux « dangereux » de carbone 14 qui pourraient bientôt être rejetés dans l’océan Pacifique

photo et article tirés de NPA 29

L’eau contaminée qui serait rejetée à la mer depuis l’épave de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi contient une substance radioactive qui pourrait endommager l’ADN humain, selon une enquête de Greenpeace.

Le groupe environnemental affirme que les 1,23 millions de tonnes d’eau stockées dans plus de 1 000 réservoirs de la centrale contiennent des niveaux « dangereux » de l’isotope radioactif carbone-14, en plus des quantités de tritium qui ont déjà été largement signalées.

La publication du rapport « Stemming the Tide 2020″ : La réalité de la crise de l’eau radioactive de Fukushima survient quelques jours après que les médias japonais aient rapporté que le gouvernement était sur le point de donner son accord pour rejeter l’eau dans l’océan Pacifique, malgré les objections des pêcheurs locaux qui affirment que cette décision va détruire leurs moyens de subsistance.

«  Nous ne pouvons pas reporter cette question pour toujours », a déclaré cette semaine le Premier ministre, Yoshihide Suga. « Nous aimerions prendre une décision responsable dès que possible. »

Alors que l’attention s’est surtout portée sur le tritium – qui ne peut être éliminé par le système de filtration sur site utilisé par l’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power [Tepco] – Greenpeace Japon et Greenpeace Asie de l’Est ont déclaré que le carbone radioactif contenu dans l’eau stockée serait également rejeté.

Le carbone 14 a une demi-vie de 5 370 ans et est « incorporé dans toute matière vivante  », selon le rapport.

«  Il se concentre dans les poissons à un niveau mille fois plus élevé que le tritium. Le carbone 14 est particulièrement important en tant que contributeur majeur à la dose collective de radiation humaine et a le potentiel d’endommager l’ADN humain  ».

Le gouvernement japonais et Tepco appellent « eau traitée » l’eau – qui devient polluée lorsqu’elle est utilisée pour refroidir les réacteurs de la centrale endommagés par le tsunami – et donnent l’impression qu’elle ne contient que du tritium, ajoute-t-il.

Le système avancé de traitement des liquides de Tepco élimine les substances hautement radioactives de l’eau mais ne peut pas filtrer le tritium, un isotope radioactif de l’hydrogène que les centrales nucléaires diluent et rejettent régulièrement avec l’eau dans l’océan.

Greenpeace a déclaré qu’elle avait confirmé avec Tepco que le système n’était pas conçu pour éliminer le carbone 14.

« Près de 10 ans après le début de la catastrophe, Tepco et le gouvernement japonais continuent de dissimuler l’ampleur de la crise à Fukushima Daiichi  », a déclaré Shaun Burnie, auteur du rapport et spécialiste nucléaire principal de Greenpeace Allemagne.

« Ils ont délibérément retenu pendant des années des informations détaillées sur les matières radioactives présentes dans l’eau contaminée. Ils n’ont pas réussi à expliquer aux citoyens de Fukushima, au Japon et aux pays voisins comme la Corée du Sud et la Chine que l’eau contaminée qui sera déversée dans l’océan Pacifique contient des niveaux dangereux de carbone 14.

« Ceux-ci, ainsi que d’autres radionucléides présents dans l’eau, resteront dangereux pendant des milliers d’années, avec le risque de causer des dommages génétiques. C’est une raison supplémentaire pour laquelle ces plans doivent être abandonnés ».


Le gouvernement japonais devrait annoncer une décision sur le sort de l’eau la semaine prochaine. Selon les médias, le projet commencerait au plus tôt en 2022 et prendrait des dizaines d’années. L’eau de Fukushima Daiichi sera diluée à l’intérieur de l’usine avant d’être libérée, afin qu’elle soit 40 fois moins concentrée, a déclaré le journal Yomiuri Shimbun.

La pression pour une décision s’est accrue alors que l’espace de stockage sur le site de la centrale nucléaire se réduit, Tepco estimant que tous les réservoirs disponibles seront pleins d’ici le milieu de l’année 2022.

Justin McCurry à Tokyo Ven 23 Oct 2020

https://www.theguardian.com/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...