Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Pénurie de personnel de soutien - Situation critique dans les établissements scolaires de la région des Laurentides

MONTRÉAL, le 24 août 2022 - « Le réseau de l’éducation sans employé-es de soutien, c’est comme une voiture sans essieux ; ça ne fonctionne pas. » C’est ce qu’affirme Annie Charland, présidente du Secteur scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP - CSN), à la veille d’une rentrée scolaire qui s’annonce difficile, voire chaotique dans certaines régions.

Des services aux élèves compromis

La fédération, qui représente le plus grand nombre d’employé-es de soutien dans les écoles et les centres du Québec, se dit extrêmement préoccupée par la situation actuelle et par l’attitude nonchalante du gouvernement. « Le ministre Roberge doit absolument enlever ses lunettes roses, ça presse. La pénurie de personnel dans établissements scolaires est importante partout au Québec. Selon les chiffres que nous avons recueillis au cours de la dernière semaine, il manque plus de 1 500 employé-es de soutien dans le réseau. Dans certaines régions, on frôle même la catastrophe. L’impact sur les élèves est inévitable ».

Mme Charland rappelle que le personnel de soutien scolaire est majoritairement en service direct à l’élève (services de garde, éducation spécialisée, surveillance d’élèves, etc.) et que, même quand il n’est pas en service direct, comme le personnel d’entretien et administratif, il participe grandement à créer un environnement sain et sécuritaire qui favorise les apprentissages.

La présidente du secteur signale que la pénurie se manifeste dans plusieurs classes d’emploi. Dans les Laurentides, la situation est toutefois critique pour les techniciennes en éducation spécialisée et les surveillants d’élèves. Au centre de services scolaire des Laurentides, qui dessert notamment les municipalités de Saint-Sauveur, Sainte-Adèle et Mont-Tremblant, il manque 23 techniciennes en éducation spécialisée, ce qui représente plus de 10 % des effectifs de cette classe d’emploi. Du côté du centre de services scolaire des Mille-Îles, qui couvre principalement la région des Basses-Laurentides, plus d’une centaine de postes de surveillants d’élèves sont toujours vacants. Dans la région, il manque aussi plusieurs dizaines d’éducatrices en services de garde. « Au Québec, nous avons choisi collectivement de nous doter d’un éventail de services éducatifs. Pour jouer ce rôle adéquatement, nous avons mis en place des mesures précises, par exemple des ratios d’élèves et l’embauche de personnel qualifié. Il est évident qu’avec la pénurie actuelle ces mesures ne seront pas respectées et que le volet éducatif écopera. »

Mme Charland ajoute qu’afin d’éviter les bris de services, la charge de travail du personnel restant dans les établissements explosera, ce qui provoquera assurément une augmentation des absences pour épuisement professionnel et participera à l’exode des travailleuses et des travailleurs. « Nous sommes dans l’œil du cyclone. Nous devons en sortir pour le bien des enfants que nous accompagnons au quotidien dans leur parcours scolaire. »

Du bon bord

« Le gouvernement doit, enfin, prendre le bord des travailleuses et des travailleurs du secteur public », lance Frédéric Brun, 2e vice-président de la FEESP-CSN. Pour M. Brun, la situation actuelle confirme ce que la fédération évoque depuis des années. « Les réseaux publics ne sont plus des secteurs d’emploi de choix. Et c’est particulièrement vrai pour les emplois de soutien du réseau de l’éducation qui souffrent d’un manque flagrant de reconnaissance. »

La FEESP-CSN, qui consulte présentement ses quelque 40 000 membres du secteur public sur les demandes à formuler en vue de la prochaine négociation, réitère qu’il n’y a qu’une façon de régler, une fois pour toutes, les problèmes d’attraction et de rétention du personnel de soutien dans les établissements scolaires : investir les montants nécessaires pour améliorer concrètement les conditions de travail et les salaires. « Si l’école est réellement une priorité pour les Québécoises et les Québécois, nous devons valoriser toutes ses composantes. Les employé-es de soutien sont essentiels au bon fonctionnement du réseau. Sans elles, sans eux, la réussite scolaire de nos enfants est compromise », conclut Frédéric Brun.

Fédération des employés et employées des services publics (FEESP-CSN)

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) compte plus de 425 syndicats affiliés représentant environ 65 000 membres qui œuvrent dans le domaine des services publics et parapublics. Le secteur scolaire de la FEESP-CSN regroupe 37 syndicats affiliés et représente plus de 35 000 employés-es de soutien présents dans 31 centres de services scolaires francophones ainsi que dans deux commissions scolaires anglophones. Il représente notamment les classes d’emploi suivantes : les techniciennes en service de garde, les éducatrices en service de garde, le personnel administratif, les préposé-es aux élèves handicapés, les techniciennes en éducation spécialisée, les concierges et les ouvriers.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...