Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Rapport du BAPE sur le projet d’agrandissement du LET de Sainte-Sophie : un rendez-vous manqué avec le développement durable

Même si le rapport no 352 du BAPE portant sur le projet d’agrandissement du lieu d’enfouissement technique de Sainte-Sophie par WM Quebec Inc. (Waste Management) comporte des éléments intéressants telle la nécessité d’encadrer plus fermement l’utilisation des matériaux de recouvrement ou encore l’idée d’une évaluation environnementale stratégique sur la gestion des matières résiduelles au Québec, le Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED) estime que le BAPE a partiellement rempli son mandat avec la publication de celui-ci.

« Le BAPE ne recommande pas au gouvernement un tonnage potentiel ou des indications pouvant mener à un tonnage potentiel à être autorisé, il recommande au ministère de l’Environnement de consulter RECYC-QUÉBEC, et la MRC de La Rivière- du-Nord ; ne sortons-nous pas justement d’un processus de consultation où tout ce beau monde-là était présent ? », se questionne Denis Blaquière, président de l’organisme. « De plus, ce type de considération est déjà pris en compte dans le cadre du rapport d’analyse environnementale du ministère sur le projet », poursuit-il.

Pour étayer son argumentaire quant à sa justification du projet, le BAPE considère une sous-capacité d’élimination probable d’ici quelques années dans la grande région de Montréal, mais pas l’atteinte éventuelle des objectifs de réduction à l’élimination visés par la Communauté métropolitaine de Montréal, pourtant le plus gros client de ce site. « Là, nous percevons comme un biais dans l’orientation du rapport », constate Priscilla Gareau, vice-présidente de l’organisme. « Une belle occasion manquée de changer notre approche dans ce genre de dossier », conclut-elle.

Le FCQGED considère que la gestion par mégasites d’enfouissement nuit aux efforts déployés par les citoyens et les MRC pour réduire les déchets envoyés à l’élimination et qu’elle constitue une source d’iniquité interrégionale. L’organisme espère que le gouvernement sera sensible sur ce point lors de l’adoption d’un éventuel décret sur ce projet.

Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets

Les groupes et individus membres du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED) participent activement à la mise sur pied d’alternatives aux méthodes traditionnelles de traitement des déchets (incinération et enfouissement pêle-mêle). Ces nouvelles méthodes sont fondées sur une approche écologique et démocratique, c’est-à-dire, dans l’ordre : la réduction à la source, la réutilisation, le recyclage/ compostage, et ce, à l’intérieur de processus démocratiques.

« La gestion écologique des déchets se fonde sur les 3R, c’est-à-dire, dans l’ordre : la réduction à la source, la réutilisation et le recyclage/compostage à l’intérieur de processus démocratiques favorisant le développement viable aux échelles locale et régionale. La population doit être directement et continuellement intégrée dans l’ensemble des processus de décisions impliquant la gestion des déchets » (Principe directeur du FCQGED, adopté à Carignan au mois d’août 1992).

Les 3R : La réduction à la source, la réutilisation et le recyclage/compostage devraient être pratiqués de façon intensive dans cet ordre de priorité, afin d’en arriver un jour au bannissement de l’enfouissement pêle-mêle et de l’incinération comme mode d’élimination.

La démocratisation : Les citoyens doivent prendre part activement à l’ensemble du processus décisionnel concernant la gestion des déchets, et ce, de l’élaboration des politiques à la fermeture des sites d’enfouissement.

La responsabilisation : Les fabricants devraient payer les coûts réels qu’occasionnent le traitement post-consommation des biens qu’ils mettent sur le marché. Le gouvernement et les citoyens devraient faire des choix responsables d’un point de vue environnemental.

La régionalisation : Les municipalités sont responsables de la gestion des déchets sur leur territoire. Ce pouvoir peut toutefois être délégué aux MRC. Il ne doit y avoir aucun import-export des déchets entre les régions, les provinces ou entre États.

http://www.fcqged.org

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...