Édition du 26 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Premières Nations

Sécurité des femmes et des filles des Premières Nations : Le Conseil des femmes élues de l’APNQL tend la main à la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Mme Geneviève Guilbault

Wendake, le 4 octobre 2021 – En cette Journée nationale de commémoration des femmes autochtones disparues et assassinées, le Conseil des femmes élues de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), en l’honneur de toutes ces disparues et assassinées, profite de cette journée pour remettre à l’ordre du jour la sécurité des femmes et des filles autochtones.

« Il y a maintenant cinq ans, nos courageuses femmes de Val-d’Or ont dénoncé des situations intolérables. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Nos femmes et nos filles sont-elles plus en sécurité dans les villes ? Sont-elles vraiment plus en sécurité dans nos communautés de Premières Nations dont les services policiers manquent chroniquement de ressources, ou ont carrément dû fermer leurs portes ? Vers qui nos femmes et nos filles peuvent-elles se tourner quand leur sécurité est menacée ? Mme Guilbault est une jeune femme élue, elle est vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique. Elle peut nous aider à transformer les appels à l’action et les plans d’action en actions concrètes », affirme la cheffe du Lac Simon, Adrienne Jérôme, porte-parole du Conseil des femmes élues de l’APNQL.

« Nous sommes plus de quatre-vingts femmes élues par les membres de nos nations pour siéger dans nos gouvernements locaux à titre de cheffes ou de conseillères. Toutes ces femmes vivent dans nos communautés, connaissent à fond l’importante question de la sécurité publique et partagent régulièrement avec leurs collègues masculins. La sécurité publique n’est pas que la responsabilité des femmes, mais leur solidarité peut grandement aider à changer les choses.

Nous comptons inviter la vice-première ministre et sa collègue à la Condition féminine, Mme Isabelle Charest, à rencontrer les membres de notre conseil sur les enjeux que pose la sécurité des femmes et des filles des Premières Nations. Nous le ferons sans jamais oublier les disparues. C’est notre façon de leur rendre hommage », ajoute la conseillère Nadia Robertson, également porte-parole du Conseil des femmes élues de l’APNQL

Conseil des femmes élues de l’APNQL

Le Conseil des femmes élues de l’APNQL est composé de toutes les femmes dûment élues à des postes de chefs ou conseillères de chacune des communautés des Premières Nations au Québec et au Labrador. Le Conseil des femmes élues de l’APNQL vise une perspective équitable des relations hommes-femmes au sein de la Table de chefs de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador, des communautés des Premières Nations au Québec, ainsi qu’au sein de toutes les entités traitant avec les Premières Nations qui reconnaissent, respectent, et soutiennent le rôle des femmes dans des positions de leadership.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Premières Nations

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...