Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Sommet carcéral sur le climat en Égypte

Entrevue avec Naomi Klein sur la crise de la COP27 qui se tient dans un État policier.

21 octobre 2022 | tiré de Democracy now !
https://www.democracynow.org/2022/10/21/naomi_klein_cop27_un_egypt_greenwashing

AMY GOODMAN : Naomi Klein est rédactrice principale à The Intercept, professeure de justice climatique à l’Université de la Colombie-Britannique. Naoi, vous avez écrit un article dans The Intercept et The Guardian, « Greenwashing a police state : the truth behind Egypt’s Cop27 masquerade ». Vous soulignez que pour les dizaines de milliers de personnes qui seront présentes au sommet sur le climat à Charm el-Cheikh – Democracy Now !, bien sûr, le couvrira, et nous serons là – ce nombre pourrait bien être inférieur au nombre de prisonniers politiques dans les prisons égyptiennes. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

NAOMI KLEIN : Oui. Salut, Amy. Heureux d’être avec vous. Et salut, Sanaa.
Je pense que ce chiffre est vraiment important, parce que vous entendez ces chiffres, et il est difficile de s’y retrouver. Mais comme vous le savez, Amy, après avoir couvert les COP depuis plus d’une décennie, les COPS sont vraiment comme une ville dans la ville. Ils sont énormes. Il y aura environ plus de 35 000 délégué·e·s. Et c’est une combinaison de négociateurs gouvernementaux, d’activistes et d’ONG, d’envoyés de toutes sortes et de quelques dirigeants mondiaux mêlés, vous savez, aux ministres de l’environnement du monde entier. Donc, ce sera très, très grand. Mais cela représentera environ la moitié du nombre estimé de prisonniers politiques en Égypte, qui est estimé à environ 60 000. Human Rights Watch, Amnesty, les groupes qui suivent cela seront prompts à dire qu’en raison du manque total de transparence, il est très, très difficile de savoir si – cela pourrait être beaucoup, beaucoup plus. Voilà donc le contexte politique. Je soutiens que cela franchit vraiment une nouvelle ligne rouge. Il y a souvent de la répression pendant les COP. Il y a souvent des arrestations. Mais les enjeux de ces arrestations sont complètement différents en Égypte.

Mais plus que cela, c’est un pays qui a le régime le plus répressif de l’histoire égyptienne moderne, qui est en guerre active avec l’idée même de société civile. Et la société civile est un partenaire clé, est un élément clé de ces sommets sur le climat. Ce n’est pas comme organiser les Jeux olympiques ou la Coupe du monde. Je veux dire, cet activisme, cette recherche, cette liberté d’expression, cela fait absolument partie intégrante des négociations elles-mêmes. Et il y aura cette dissonance cognitive extraordinaire quand les gens iront en Égypte – cela fait moins de deux semaines maintenant, parce qu’il y aura une sorte de spectacle qui se passe à Charm el-Cheikh. Il y aura des membres de la société civile égyptienne. Il y aura des jeunes leaders. Il y aura des gens qui tiendront des pancartes et qui seront apparemment libres de dire des choses. Mais ce sera extrêmement scénarisé et limité, parce que les groupes égyptiens qui ont été autorisés à entrer dans cet espace, ils ont été massivement contrôlés par le gouvernement égyptien.

Et selon les recherches de Human Rights Watch, il y a certains types de questions environnementales qui sont considérées comme des sujets « bienvenus » – c’est le mot qu’ils utilisent – et ce sont des choses comme le recyclage, ramasser les déchets, plaider en faveur de panneaux solaires, plaider en faveur d’un financement climatique qui enrichirait ce régime. Mais ce qui n’est pas bienvenu, c’est de souligner l’énorme réseau lucratif d’accords dans lesquels l’armée elle-même est engagée et qui sont liés aux combustibles fossiles, qui sont liés à la destruction des espaces verts restants dans des villes comme Le Caire, qui construisent des cimenteries alimentées au charbon et ainsi de suite. Rien de tout cela n’est le bienvenu. Et en effet, même le simple fait de faire des recherches pour dire ce qui se passe en Égypte pourrait vous conduire à une condamnation à mort sous le régime actuel.

AMY GOODMAN : Je regardais un de vos retweets. Vous avez retweeté Gillian Keegan, qui a déclaré : « Les voix des jeunes doivent être entendues. Ce matin, j’ai rencontré de jeunes leaders égyptiens du climat – des gens extraordinaires avec des idées inspirantes. À #Cop27, nous devons nous souvenir de l’énergie et de la passion des jeunes et veiller à ce qu’elle nous fasse avancer. Et vous l’avez retweeté avec ce commentaire : « C’est exactement le greenwashing/rightswash qu’El-Sisi veut de la #COP27, alors que des milliers de jeunes militants souffrent dans ses chambres de torture. Quelle honte absolue. #FreeAlaa. » Parlez-en davantage de cela et du lien entre la question des droits de l’homme et l’activisme climatique, et qui ne sera pas au sommet, non pas parce qu’ils sont à des milliers de kilomètres – c’est une autre question – mais les activistes égyptiens.

NAOMI KLEIN : Sûr. Et Sanaa peut en parler beaucoup mieux que moi. Mais c’était une Britannique — je crois qu’elle est l’envoyée pour l’Afrique — je ne sais pas quelle est sa position aujourd’hui, parce que, bien sûr, le gouvernement britannique est en plein effondrement. Et je ne voulais pas manquer de respect aux jeunes leaders du climat qui se faisaient prendre en photo avec elle, mais c’est le genre de séance photo qui est mise en scène par el-Sisi. Je pense que les jeunes militants sont mis dans une position absolument intenable à l’intérieur et à l’extérieur de l’Égypte. Ils n’ont pas choisi que ce sommet se déroule en Égypte. C’est une décision, et je pense terrible, prise par le secrétariat de la CCNUCC, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Vous savez, tenir une COP, tenir cet énorme sommet, c’est une grande aubaine économique pour un pays. C’est une grande aubaine pour les relations publiques d’un pays. Il devrait y avoir des conditions qui y sont attachées. Il devrait y avoir des critères minimaux en matière de droits de l’homme pour tout pays qui accueillera une COP. Et évidemment, l’Égypte ne répondrait pas à cela.

Mais donc, l’ironie – vous savez, Sanaa est avec nous. Vous savez, Sanaa est une héroïne à part entière. Sanaa était l’un des jeunes qui ont pris la place Tahrir en 2011 et ont porté un toast au monde, n’est-ce pas ? Je veux dire, Democracy Now ! le recouvrait mur à mur. CNN aussi. Tout comme The Daily Show. Ils étaient le grand espoir, le printemps arabe. Sanaa n’avait que 17 ans à l’époque. Il y avait des jeunes de 14 ans sur la place. Et donc, l’ironie de ce régime qui brandit ses jeunes dirigeants et dit qu’ils vont parler – et c’est une citation directe du site Web de la COP – qu’ils vont « dire la vérité du pouvoir » en Égypte, alors que des milliers et des milliers de jeunes sont dans les chambres de torture d’el-Sisim C’’est orwellien dans la dissonance. Dans certaines des lettres de prison, il parle du fait que certains de ses compagnons de cellule n’ont que 17 ans et sont en prison depuis qu’ils sont enfants.

AMY GOODMAN : Je voulais...

NAOMI KLEIN : Donc, je pense – juste une chose que j’ajouterais est qu’hier, Greta Thunberg a tweeté sa solidarité avec les prisonniers d’opinion égyptiens et, vous savez, Elle a dit – a utilisé le hashtag #FreeThemAll, ce qui, je pense, est vraiment un acte très profond et une déclaration de solidarité d’un jeune leader envers d’autres derrière les barreaux.

AMY GOODMAN : Je veux terminer avec Sanaa, mais je veux d’abord jouer les paroles d’Alaa Abd El-Fattah dans ses propres mots.

ALAA ABD EL-FATTAH  : Tout ce qu’on nous demande, c’est d’insister pour défendre ce qui est juste. Nous ne sommes pas tenus d’être victorieux dans notre position pour ce qui est juste. Nous ne sommes pas tenus d’être forts car nous défendons ce qui est juste. Nous ne sommes pas tenus de répéter dans notre position pour ce qui est juste, ou d’avoir un bon plan ou une bonne organisation. Tout ce qu’on nous demande, c’est d’insister pour défendre ce qui est juste.

AMY GOODMAN : Cela, de votre – du mémorial du père d’Alaa en 2014, brièvement libéré pour pouvoir y assister. Je sais que c’est très douloureux pour toi, Sanaa, quand tu parles de ton frère, plus de 200 jours de grève de la faim. Votre père est décédé en 2014. Son fils est né, n’est-ce pas ? — quand il était en prison plus tôt.

SANAA SEIF : oui.

AMY GOODMAN : Vos dernières réflexions...

SANAA SEIF : Eh bien, merci à vous deux pour...?SANAA SEIF : oui. Je voulais souligner ce que Naomi disait, à savoir qu’il est vraiment important d’utiliser cet événement pour faire la lumière sur la situation des droits de l’homme en Égypte. Les répercussions vont se produire de toute façon. Cela ne peut malheureusement les sauver. À l’heure actuelle, les répercussions commencent à se faire sentir. Les forces de police ont commencé à se promener dans plusieurs quartiers de la ville du Caire, dans la capitale, ont commencé à arrêter les gens dans la rue et à vérifier leurs téléphones portables pour voir, par exemple, ce qu’ils écrivent sur Facebook. Nous avons généralement ceci – ils le font autour de l’anniversaire de la révolution, et c’est le mois où tous ceux qui faisaient partie de la révolution effaçaient leurs téléphones, restaient à une adresse différente. Tout le monde croit que cette technique oppressive a commencé au début de cette année parce que la COP se produit en Egypte. Donc, je veux juste exhorter tous ceux qui vont garder cela à l’esprit, que les gens en Egypte vont payer un prix très lourd pour cet événement.

Et donc, il est vraiment important d’être critique, et il est vraiment important de parler. Et je suis vraiment reconnaissante envers tout le monde qui le fait, comme Naomi et Greta, parce que, premièrement, cela pourrait atténuer les répercussions ; Deuxièmement, alors que nous faisons face à ces répercussions, nous devrions au moins ressentir la chaleur de la solidarité. Et comme collectivement nous tous autour de la planète, nous pourrions créer - cela pourrait être une bonne leçon apprise pour les futures conférences sur le climat qu’il y a des exigences pour le pays hôte, de sorte que les prochaines années, il n’y a pas d’autres pays qui sont essentiellement des zones sacrifiées. L’année prochaine, COP aura lieu aux Émirats arabes unis, ce qui constituera un défi beaucoup plus grand. Donc, oui, il est vraiment important de faire la lumière sur la situation des droits de l’homme en Égypte maintenant.

AMY GOODMAN : Eh bien, Sanaa Seif, je tiens à vous remercier beaucoup d’être avec nous. Vous êtes incroyablement courageuse Vous êtes vous-même en prison depuis plus de trois ans, vous avez également entamé des grèves de la faim. À 17 ans, comme Naomi le disait, vous étiez sur la place Tahrir en train de distribuer le journal de votre lycée, en vous opposant au régime. Également l’une des monteuses du film nominé aux Oscars The Square sur Tahrir, Sanaa Seif, nous rejoint de Londres, où elle et sa sœur Mona mènent un sit-in pour la libération de son frère, en grève de la faim depuis plus de 200 jours. Leur mère est en Egypte parce qu’ils ont toujours un membre de leur famille pour être près d’Alaa, bien qu’il soit en prison. Et Naomi Klein, merci beaucoup de s’être jointe à nous de la Colombie-Britannique, rédactrice principale à The Intercept, professeure de justice climatique à l’Université de la Colombie-Britannique. Naomi a écrit la préface du livre d’Alaa, qui vient tout juste de paraître, You Have Not Yet Been Defeated. Et nous allons faire un lien, Naomi, vers votre article du Guardian / Intercept, « Greenwashing a police state : the truth behind Egypt’s Cop27 masquerade. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...