Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Négociations du secteur public

Tournée de la FPSS-CSQ en vue de la négociation - Ça presse d'améliorer la qualité des emplois du soutien scolaire !

BEAUCEVILLE, QC, le 27 avril 2022 - « La pandémie a révélé au grand jour le grave problème de précarité de la grande majorité des emplois occupés par le personnel de soutien scolaire. Nous dénonçons la situation depuis dix ans, mais le gouvernement et les dirigeants des centres de services scolaires doivent agir dès la prochaine négociation pour augmenter la qualité des emplois offerts en soutien scolaire, notamment dans les établissements scolaires de la Beauce-Etchemin. »

Le président de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ), Éric Pronovost, est de passage aujourd’hui dans la région de la Beauce-Etchemin, dans le cadre d’une grande consultation menée auprès de ses 33 500 membres, dont ceux du Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin, pour connaître leurs priorités en vue de la prochaine ronde de négociations.

Bien que la consultation débute, Éric Pronovost croit que l’on retrouvera certainement au cœur des revendications la demande d’horaires plus continus et réguliers de travail. « Il faut savoir que le salaire moyen d’un employé de soutien n’est que de 30 000 $ par année et que 70 % de nos membres occupent un emploi précaire. Faut-il se surprendre que, dans un tel contexte, les centres de services scolaires peinent à retenir le personnel et à attirer une relève ? », questionne le leader syndical.

La solution à la pénurie de personnel

Ce dernier précise que, si l’on veut mettre fin à la pénurie de personnel de soutien dans les établissements scolaires, il faut nécessairement lui assurer des conditions de travail attrayantes et un emploi suffisamment intéressant pour envisager d’y faire carrière. « Ce n’est pas avec quelques heures de travail par semaine, réparties souvent dans un horaire irrégulier, que l’on va régler le problème de rareté du personnel », prévient Éric Pronovost.

Il explique que la FPSS-CSQ compte donc mobiliser ses membres au cours des prochaines semaines et miser sur leur solidarité pour envoyer un message clair au gouvernement Legault : les travailleuses et les travailleurs du soutien scolaire méritent mieux que des emplois précaires. Assez, c’est assez !

Mécontentement chez les ouvriers spécialisés

Pour sa part, la présidente du Syndicat du personnel de soutien scolaire de la Beauce-Etchemin (SPSS-CSQ), Annie Boily, explique que ses membres ont plusieurs sujets d’insatisfaction, notamment en ce qui concerne la rémunération des ouvriers spécialisés. « On retrouve notamment parmi eux des électriciens, plombiers et menuisiers très compétents qui effectuent des tâches et travaux semblables à leurs collègues du secteur de la construction sans avoir droit au même salaire. Il est évident que cela génère un sentiment d’injustice », rapporte Annie Boily.

Dans ce contexte, on ne serait pas étonné que ces ouvriers spécialisés demandent également que la prime d’attraction et de rétention de 10 % obtenue lors de la dernière négociation soit intégrée dans la convention collective et ajoutée au salaire, de façon à ce qu’elle devienne permanente.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Négociations du secteur public

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...