Édition du 27 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde du travail et syndicalisme

Un nouveau rapport met au jour de nombreuses violations des droits dans les exploitations agricoles

Un nouveau rapport met au jour de nombreuses violations des droits dans les exploitations agricoles certifiées par l’Equitable Food Initiative et Fair Trade USA et appelle à une solution axée sur les travailleurs

https://static1.squarespace.com/sta...

Tiré de Coalition of immokalee workers CIW

Explication de la photo

Les travailleurs agricoles lors de la marche de 5 jours et 50 miles de la communauté agricole de Pahokee, en Floride, à Palm Beach plus tôt ce printemps se préparent à porter un globe en papier mâché dépeignant « les deux mondes parallèles qui existent côte à côte au sein de la communauté agricole : le monde de la liberté contre les abus dans les fermes dans le cadre du programme d’alimentation équitable et le monde de l’exploitation dure en dehors de ses protections. « pour protester contre le refus persistant d’entreprises comme Wendy’s, Publix et Kroger de rejoindre le programme Fair Food. Un récent rapport sur les conditions de travail dans les exploitations agricoles mexicaines certifiées par l’Ethical Food Initiative (EFI) et Fair Trade USA est un puissant rappel de l’exploitation continue des travailleurs au-delà de la portée des normes de la FFP en matière de droits humains.

Parmi les principales conclusions du rapport : «  Les travailleurs décrivent des indicateurs de travail forcé dans les fermes certifiées sans être détectés. Ce rapport rassemble des témoignages sur une exploitation qui détient la double certification FTUSA et EFI. Les travailleurs décrivent des conditions qui cochent presque tous les indicateurs de l’OIT sur le travail forcé. »

Ouvrier agricole dans une ferme certifiée EFI et FTUSA : « Je n’ai pas l’impression qu’il y ait assez de confiance pour déposer ma plainte parce que je sais que je vais subir des représailles demain. »

Un nouveau rapport du Corporate Accountability Lab détaille la myriade d’échecs de l’Equitable Food Initiative (EFI) et de Fair Trade USA dans l’industrie mexicaine des fruits et légumes, et appelle à des solutions telles que la responsabilité sociale des travailleurs (WSR) et des accords contraignants entre les acheteurs et les organisations de travailleurs pour garantir les droits humains fondamentaux des travailleurs agricoles. Cela fait suite à un rapport d’enquête similaire publié à la fin de l’année dernière révélant des violations systémiques des droits humains dans des fermes certifiées par EFI et FTUSA, dont les produits finissent par se retrouver sur les étagères des épiceries aux États-Unis et sur les tables d’innombrables familles à travers le pays. Combinées, ces enquêtes contribuent à un consensus croissant parmi les universitaires et les experts des droits de l’homme sur le fait que les programmes traditionnels de responsabilité sociale des entreprises (RSE) et les systèmes de certification multipartites tels que l’EFI et la FTUSA sont terriblement inefficaces et font obstacle à des solutions plus efficaces dirigées par les travailleurs, qui se sont avérées capables d’offrir des protections des droits du travail indispensables dans les exploitations agricoles participantes.

Ce nouveau rapport, intitulé « Exploitation certifiée : comment l’Equitable Food Initiative et Fair Trade USA ne parviennent pas à protéger les travailleurs agricoles dans l’industrie mexicaine des fruits et légumes », est basé sur «  plus de deux cents entretiens avec des travailleurs  », dont les récits de première main « ont contribué à façonner les conclusions de ce rapport, les témoignages et les perspectives façonnant un récit qui dément les affirmations des marques et des certificateurs ». De plus, le rapport « situe les propos des travailleurs dans le contexte du déploiement de ces certifications au sein de l’industrie des produits frais et des recherches actuelles sur les façons dont ces initiatives multipartites ne protègent pas les droits de l’homme ».

Nous vous recommandons vivement de lire le rapport dans son intégralité. Dans l’intervalle, voici quelques conclusions clés :

Exploitation certifiée : comment Equitable Food Initiative et Fair Trade USA ne parviennent pas à protéger les travailleurs agricoles de l’industrie mexicaine des fruits et légumes
Par James Daria et Anna Canning

Les certifications éthiques ne parviennent pas à combler les lacunes réglementaires en raison de la faiblesse des normes et de la mauvaise application de la loi.Grâce à un examen approfondi des normes de certification ainsi que du droit du travail mexicain et des conventions de l’OIT, ce rapport montre comment les certifications éthiques ne parviennent pas à relever la barre pour les travailleurs agricoles en ce qui concerne la législation sur les salaires et les heures de travail, ainsi que les pauses et autres avantages auxquels ils ont droit. De plus, les normes sont régulièrement ignorées et mal appliquées, en partie parce que les travailleurs ne reçoivent pas de formation pour connaître leurs droits, que ce soit en vertu de la loi ou dans les normes de certification. Ainsi, bien que les normes de l’EFI et de la FTUSA les interdisent, il existe des violations généralisées de la liberté syndicale et de la négociation collective, du harcèlement sexuel, du vol de salaire et des représailles dans les fermes certifiées.

Les certifications contribuent à masquer la dynamique fondamentalement exploitante de l’industrie agro-exportatrice. Les multinationales du secteur des fruits et légumes ont considérablement étendu leurs activités dans la vallée de San Quintín, au Mexique. Les certificateurs ont facilité cette expansion, en aidant à se remettre des dommages causés à la marque par les incidents répétés de sécurité alimentaire et les scandales d’abus au travail. Pourtant, les étiquettes de ces certificateurs masquent la réalité fondamentalement de l’exploitation : en déplaçant la production, les travailleurs gagnent autant en une journée qu’un travailleur au salaire minimum en Californie gagnerait en une heure – et les certificateurs permettent aux marques de commercialiser cela comme « juste » et « équitable ».

Les initiatives multipartites soutiennent le pouvoir des entreprises et sapent l’organisation des travailleurs. Ce rapport examine de près l’évolution de la certification EFI en particulier. Bien que les principales organisations de travailleurs agricoles américains aient participé à leur création, le modèle multipartite n’apporte pas les gains promis aux travailleurs. Au lieu de cela, ce rapport examine les façons dont le modèle de représentation des parties prenantes ne parvient pas à protéger les détenteurs de droits (les travailleurs agricoles) et sape leur organisation. Ensemble, ces certifications représentent le développement d’un droit souple parallèle favorable aux entreprises, accordant aux employeurs encore plus de pouvoir sur leurs travailleurs au nom de la lutte contre les pénuries de main-d’œuvre et de la professionnalisation de la main-d’œuvre.

Les comités mixtes ne parviennent pas à remédier aux déséquilibres de pouvoir qui sont à l’origine des abus. L’EFI et la FTUSA dépendent respectivement de leur « équipe de direction » et de leurs « comités du commerce équitable » pour mettre en œuvre leurs programmes, résoudre les différends et aider au décaissement des fonds de primes. Pourtant, les témoignages des travailleurs montrent que, dans le cas des comités de commerce équitable, les travailleurs ne sont souvent même pas au courant de leur existence. Les équipes de direction d’EFI sont vivement critiquées par les travailleurs qui y participent, car elles sont impuissantes à résoudre les problèmes des travailleurs et sont empilées avec les alliés des patrons et les membres de leur famille. Au lieu d’autonomiser les travailleurs, comme le prétend le programme, l’impact est inverse.

Les travailleurs décrivent des indicateurs de travail forcé dans les fermes certifiées sans être détectés. Ce rapport rassemble des témoignages sur une exploitation qui détient la double certification FTUSA et EFI. Les travailleurs décrivent des conditions qui cochent presque tous les indicateurs de l’OIT sur le travail forcé. Les travailleurs ont été recrutés avec des pratiques trompeuses, leurs documents et leur salaire ont été retenus, et ils ont été logés à l’isolement dans des conditions insalubres. Ce chapitre comprend également une discussion sur la façon dont l’organisation syndicale indépendante et les pressions extérieures peuvent soutenir la résolution de tels cas.

Malgré la rhétorique de « l’amélioration continue », les normes du travail se sont détériorées au fil du temps. Un examen approfondi des normes montre comment les processus multipartites ont abaissé les normes du travail, et les normes salariales et horaires en particulier, au fil du temps. Au lieu d’indexer les salaires sur un nombre supérieur au salaire minimum ou d’engager des marques pour soutenir les salaires des travailleurs, les normes EFI se concentrent désormais sur le paiement des primes pour compenser la différence. Les travailleurs des exploitations agricoles certifiées manquent complètement de transparence dans le calcul des primes. Cette section examine également les répercussions du vol systématique généralisé des salaires sur les revenus des travailleurs, une somme qui dépasse de loin les cotisations.

Les audits annuels ne permettent pas de mettre au jour les abus dus à des défauts structurels majeurs. Les travailleurs citent plusieurs raisons principales pour lesquelles les audits annuels ne permettent pas de mettre au jour les abus. Dans les exploitations certifiées EFI, une partie de l’audit comprend un entretien de type groupe de discussion avec les membres de l’équipe de direction, le comité paritaire composé de la direction et des travailleurs. Les travailleurs qui font partie de l’équipe de direction invoquent l’intimidation et la crainte de représailles fondées sur des événements antérieurs comme des raisons qui les empêchent de participer. De plus, les travailleurs décrivent l’encadrement préalable à l’audit par la direction.

Malgré la répression, les syndicats indépendants obtiennent quelques concessions pour les travailleurs. Les syndicats d’entreprises ou d’employeurs (également appelés « charro » ou « sindicatos blancos » au Mexique ou « syndicats jaunes ») sont répandus dans les plantations, une violation du droit des travailleurs à se syndiquer qui est courante dans l’industrie mexicaine. Pourtant, bien que ces syndicats détiennent les conventions collectives officielles des travailleurs, le syndicat indépendant SINDJA continue de soutenir et de défendre les travailleurs. Ce rapport examine des cas où SINDJA a soutenu les négociations de grève pour obtenir des salaires plus élevés, sensibilisé et, en fin de compte, libéré les travailleurs des conditions de travail forcé, et fait respecter les conditions de travail. Les syndicats indépendants n’ont cessé de dénoncer les accréditations parce qu’elles ne défendent pas leurs droits et ne servent qu’à « blanchir » les abus.

RECOMMANDATIONS

POUR LES MARQUES ET LES CERTIFICATEURS :
● Les certificateurs ne doivent pas certifier les fournisseurs ayant des violations connues des droits du travail, y compris la présence de syndicats d’employeurs.

● Les organisations indépendantes de travailleurs doivent être directement impliquées dans l’élaboration et le suivi de tout programme qui prétend protéger les droits des travailleurs. Malgré leur omniprésence, les syndicats de protection de l’employeur ne peuvent pas se substituer à l’engagement des travailleurs.

● Les marques doivent remplacer les certifications volontaires par des accords contraignants avec des organisations de travailleurs indépendantes dans leurs chaînes d’approvisionnement afin de garantir la protection des droits des travailleurs.

● Les marques et les certificateurs doivent s’assurer du respect des lois nationales du travail – les certifications volontaires ne peuvent pas être autorisées à compromettre ou à remplacer le respect de la législation nationale.

● Les certificateurs doivent exiger l’embauche directe de travailleurs, en reconnaissant le rôle de la sous-traitance dans la facilitation de l’exploitation, du travail forcé et de l’absence de responsabilité.

● Les marques doivent payer des prix qui couvrent le coût réel des pratiques respectueuses des droits, y compris la production et l’application.

Selon les auteurs du rapport, ces recommandations prévoient « quelques mesures pour réformer la réglementation privée de l’agriculture transnationale par le biais de contrats contraignants, d’organisations de travailleurs indépendantes fortes et d’une application de la loi menée par les travailleurs, avec des contributions financières significatives de la part des entreprises ». Le programme d’alimentation équitable et d’autres programmes de responsabilité sociale dirigés par les travailleurs, comme Milk with Dignity, représentent le type de solutions prêtes à l’emploi, évolutives et contraignantes pour répondre efficacement aux types d’abus décrits dans ce rapport, et même les prévenir activement, et pour mettre en œuvre l’approche axée sur les travailleurs que le rapport décrit comme nécessaire pour garantir les droits humains des travailleurs agricoles.

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Monde du travail et syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...