Édition du 21 mai 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Monde du travail et syndicalisme

Le syndicat s'implante chez Tesla Allemagne

IG Metall en Allemagne continue de syndiquer à l’usine européenne de Tesla à Grünheide, près de Berlin.

Tiré de Inprecor 719 - avril 2024
8 avril 2024

Par Lars Henriksson

Des élections ont récemment été organisées pour le comité d’entreprise, le Betriebsrat, dont sont dotées toutes les entreprises de plus de cinq salariés en Allemagne, qu’il y ait ou non des accords syndicaux. Tous les employés peuvent se présenter aux élections et, en principe, chacun a le droit de voter, y compris les travailleurs temporaires qui ont travaillé pendant plus de trois mois. Lors des élections, IG Metall a contesté le conseil sortant, qui avait été élu alors que l’usine n’avait pas encore démarré et qui était donc dominé par les représentants de l’entreprise. La liste d’IG Metall s’est présentée aux élections avec des revendications telles que la création d’emplois, l’embauche de travailleurs temporaires, une meilleure protection de la santé, des pauses plus longues pour les travailleurs des chaînes de montage et des congés plus longs, autant d’éléments qui devraient être garantis par une convention collective.

Le résultat a été mitigé pour IG Metall. Sur les quelque 80 % de votants, 39 % ont choisi IG Metall. La liste du syndicat est donc la plus importante, mais avec 16 sièges sur 39, elle reste minoritaire au sein du comité d’entreprise, où 23 sièges ont été attribués à des listes plus ou moins antisyndicales.

Selon le journal régional Märkische Oderzeitung (MOZ), la direction, à différents niveaux, s’est activement engagée dans l’élection du côté antisyndical, notamment en portant et en distribuant des badges de campagne portant le texte "Giga Yes - Union No" (Giga oui - syndicat non). L’usine Tesla en Allemagne est, selon les propres termes de l’entreprise, une "usine Giga", et la plus grande liste antisyndicale, dominée par des techniciens, des chefs d’équipe et d’anciens membres du comité d’entreprise, s’est appelée Giga United. Selon MOZ, la direction a fait circuler des rumeurs sur ce qui se passerait si IG Metall prenait pied, allant même jusqu’à arrêter la production pour organiser des réunions expliquant qu’il n’était pas opportun de donner de l’influence à ce syndicat. Elon Musk lui-même s’est rendu à l’usine pour mettre en garde les employés contre les "forces extérieures" et a soutenu les groupes antisyndicaux.

Le fait qu’IG Metall n’ait pas pu vaincre les forces antisyndicales est une déception, mais le syndicat reste le groupe le plus important au sein du comité d’entreprise et ses représentants pourront travailler plus ouvertement.

Publié par le 3 avril 2024 par Internationalen.se

*****

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Monde du travail et syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...