Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Une décision difficile, mais nécessaire ?

Membre de Québec solidaire dans la circonscription de Taschereau
j’ai lu avec beaucoup d’attention les trois textes de Stéphane Lessard sur ce site, qui portent sur l’importance de faire élire une équipe de députés solidaires aux prochaines élections, sur la possibilité d’établir des pactes tactiques avec d’autres partis politiques et sur la priorisation du travail électoral dans certaines circonscriptions.

La question des pactes ne va pas de soi. Il suffit de suivre l’actualité depuis quelques jours pour le constater… Il s’agit d’une décision difficile et risquée. D’entrée de jeu, une alliance ou une fusion avec le Parti québécois est absolument impensable et impossible. Toutefois, compte tenu des distorsions causées par notre système électoral et du nouveau contexte politique, notamment la fusion de l’ADQ et de la CAQ, il me semble qu’une réflexion sérieuse et de bonne foi, suivie d’échanges respectueux entre les membres de Québec solidaire, est inévitable.

Une première constatation : il ne peut pas y avoir de pactes pour les circonscriptions où les deux principaux rivaux sont du PQ et de QS, et encore moins pour les circonscriptions où des députés péquistes sortants sont candidats. Dans ces circonscriptions, les souverainistes doivent s’affronter pour remporter la victoire de la manière traditionnelle. De plus, par exemple, dans ma circonscription, soit Taschereau, considérée comme l’une des circonscriptions prioritaires par le parti, comment Québec solidaire pourrait-il laisser le champ libre à Agnès Maltais, la honteuse « marraine » du projet de loi 204 ? En clair, certaines choses ne peuvent être négociables, même dans le cadre d’une alliance tactique électorale.

Mais il y a des circonscriptions où le candidat sortant est du parti libéral et que Québec solidaire ou le Parti québécois peuvent espérer obtenir advenant un pacte de non-agression. Dans ces cas, il pourrait être intéressant pour les deux partis d’arriver à une entente. Pour Québec solidaire, cette décision pourrait permettre de voir débarquer une équipe de Solidaires à l’Assemblée nationale ! Le lieu où le pouvoir législatif s’exerce ; le lieu où la société peut être vraiment transformée.

Bien sûr, la décision finale doit revenir aux membres. Les échanges à ce sujet promettent d’être vifs et enflammés. Je pense qu’il est vital pour le parti de ne pas perdre son âme, mais je crois aussi qu’un trop grand désir de pureté est dangereux et douteux en toutes choses. Contrairement à ce que M. Foglia a affirmé dans sa dernière chronique, Québec solidaire est un véritable parti. Un parti différent, oui et heureusement, mais un parti qui veut progresser et éventuellement exercer le pouvoir un jour. Et je ne pense pas, comme M. Foglia, que la politique puisse être une zone d’innocence. De conviction, d’intégrité, de beauté même, mais pas d’innocence.

La conclusion de pactes électoraux en vue des prochaines élections pourrait aussi démontrer à la population que des souverainistes progressistes sont capables de s’entendre à l’occasion au nom d’une volonté sincère de construire un pays du Québec plus juste et plus vert. Car l’urgence de diminuer les inégalités sociales et de préserver l’environnement, la faune et la biosphère est incontestable et devrait guider certaines décisions. Cela ne change rien à la nécessité de poursuivre inlassablement le lent travail de transformation sociale auquel participe Québec solidaire, mais peut demander de prendre des décisions ponctuelles certes difficiles, mais peut-être nécessaires. À tout le moins de l’envisager et d’y réfléchir.

Parfois, je dirais même souvent, en suivant la politique et le monde en général, j’ai l’impression d’être sur le Titanic et, abasourdie, d’observer et d’écouter des gens qui, au lieu de tenter de travailler ensemble, se chicanent, négocient, marchandent, dans une sorte de déni surréaliste.

Il m’apparaît urgent que la parole, les propositions et les projets de partis comme Québec solidaire résonnent de plus en plus dans des assemblées législatives un peu partout sur notre fragile planète en crise.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...