Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Une nouvelle murale pour souligner le 60e anniversaire de la Ligue des droits et libertés

Une œuvre produite par MU et réalisée par Jimmy Beaulieu dans Saint-Michel.

MONTRÉAL, le 13 oct. 2022 - Pour souligner son 60e anniversaire, la Ligue des droits et libertés (LDL) a inauguré, hier, une nouvelle œuvre communautaire d’envergure produite par MU, située sur le bâtiment de la piscine René-Goupil, dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. En collaboration avec la Ville de Montréal et l’Arrondissement, l’œuvre a été réalisée par l’artiste Jimmy Beaulieu.

À l’occasion de son 60e anniversaire, il était important pour la LDL de proposer une programmation variée et accessible pour aller à la rencontre des gens de tout âge et de tout horizon. Pour illustrer la convergence des luttes menées depuis la Révolution tranquille, le droit de manifester et l’interdépendance des droits humains, l’idée de la réalisation d’une murale dans l’espace public, dans un quartier comme Saint-Michel, s’est imposée rapidement.

Le quartier de Saint-Michel, tout comme la LDL, se situe au carrefour de plusieurs luttes pour les droits humains, qu’il s’agisse de la défense collective du droit au logement, à la santé, à la sécurité, à l’alimentation, à la dignité et des luttes contre les discriminations. La LDL remercie les résidentes et résidents du quartier pour leur accueil chaleureux et intérêt envers cette murale en hommage aux droits humains, pour toutes et tous.

« L’histoire de la Ligue des droits et libertés est fascinante, car elle est intimement liée à l’évolution des luttes menées par les mouvements sociaux au Québec comme les mouvements des femmes, les luttes antiracistes, le droit de manifester ou encore, le droit au logement. La murale réalisée au chalet du parc René-Goupil est une belle occasion de se rassembler autour des luttes actuelles, faites de solidarité, qui visent à réduire les inégalités, l’exclusion sociale et l’injustice », a déclaré Alexandra Pierre, présidente de la LDL.

« Cette murale permet de sensibiliser les résidentes et résidents de Saint-Michel et la population en général à l’importance du respect de tous les droits humains et à celle de la vitalité des mouvements sociaux dans l’atteinte d’une société juste et inclusive. Cette œuvre est la 24e produite par MU dans Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. C’est une histoire véritable d’amour entre MU et l’Arrondissement, qui voient tous deux dans l’art un levier d’embellissement et de revitalisation. Je tiens aussi à remercier l’artiste pour sa magnifique création », a ajouté Laurence Lavigne Lalonde, mairesse de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Des murales ancrées dans la communauté

L’organisme MU était tout désigné pour produire cette murale : sa première, réalisée il y a 15 ans presque jour pour jour, est située à un kilomètre de là, au Centre éducatif et communautaire René-Goupil. Pas moins de six murales de MU sont situées dans le quartier de Saint-Michel.

Les œuvres de MU sont toujours ancrées dans les communautés. Elles doivent toujours avoir un sens pour celles et ceux qui l’accueillent, et les citoyennes et citoyens doivent être au cœur de tous les projets. Ses activités favorisent le sentiment d’appartenance, la fierté et la vitalité des milieux de vie. La réalisation de chaque œuvre est bonifiée par des partenariats sociocommunautaires et de la médiation culturelle avec les résidentes et résidents et les jeunes.

Pour cette œuvre, plusieurs activités et ateliers artistiques ont été organisés dans le parc René-Goupil par les éducatrices et éducateurs artistiques de MU. Six ateliers artistiques ont été offerts devant la murale, dont un sur le thème du droit des enfants. Également, une murale intérieure a été réalisée avec les jeunes de l’organisme La Petite Maison de La Grande Porte, et une conférence sur les droits humains a été proposée aux adultes.

(Re)construction en collectivité

La murale intitulée Et ainsi de suite est un triptyque illustrant les étapes d’une manifestation : la préparation, la manifestation et la fraternisation au parc qui la suit. L’artiste a voulu représenter la lutte et la résistance sociale pour les droits et libertés avant tout comme un élément rassembleur, de (re)construction en collectivité, qui tisse des liens sociaux. Il a aussi souhaité refléter le côté accueillant et inclusif du parc et du quartier, notamment à travers la diversité des manifestantes et manifestants représentés.

Jimmy Beaulieu est un auteur de bandes dessinées originaire de l’Île d’Orléans et vivant à Montréal depuis 1998. Il a publié de nombreux livres dont Rôles de composition (2016), Non-aventures (2013), À la faveur de la nuit (2010) et Le temps des siestes (2012). Il a également fondé les collections Mécanique générale en 2000 et Colosses en 2002. Depuis 2002, il anime des ateliers de bandes dessinées au Cégep du Vieux-Montréal et au Collège Rosemont. Il connaît également du succès en Europe, surtout en Allemagne où toutes ses bandes dessinées ont été traduites. Et ainsi de suite est sa deuxième murale à Montréal.

Ce projet est réalisé grâce au soutien financier du Programme d’art mural de la Ville de Montréal.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...