Édition du 24 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Adoption du projet de loi protégeant les régimes de retraite des travailleurs et travailleuses en cas de faillites d’entreprises

« Il était temps ! » – Denis Bolduc, secrétaire général de la FTQ

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) salue l’adoption du projet de loi C-228 protégeant les régimes de retraite des travailleurs et travailleuses en cas de faillites d’entreprises. Bien qu’imparfait, ce projet de loi est un pas dans la bonne direction. Il reste maintenant au Sénat à adopter ce projet de loi pour boucler la boucle. Pour la FTQ et ses affiliés, il s’agit d’une longue bataille qui a débuté en 2008 avec la campagne Une retraite à l’abri des soucis. Une bataille qui doit se poursuivre afin d’en arriver à une pleine protection des régimes de retraite dans le cas de faillites d’entreprises.

« C’est un fait trop rare, mais il faut applaudir les parlementaires, toutes formations confondues, qui ont mis de côté leurs différends idéologiques. Après des années de représentations politiques de la part de la FTQ et de ses syndicats affiliés, dont plus récemment le syndicat des Métallos, les politiciens ont enfin compris qu’il était urgent de mieux protéger la retraite des travailleurs et travailleuses en cas de faillites d’entreprises. Il reste maintenant l’étape de l’adoption au Sénat et de la sanction royale faisant du projet de loi une loi en bonne et due forme », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

« Derrière chaque faillite d’entreprise se dessine un drame pour les travailleurs, les travailleuses et leur famille : insécurité, relocalisation, chômage. Pour les personnes retraitées de ces entreprises qui bénéficiaient d’une rente “garantie”, c’est aussi la fin d’une promesse dans la circonstance où le régime n’est pas totalement solvable, ce qui fait qu’elles ne peuvent recevoir la rente de retraite qui leur est due », déclare le secrétaire général, Denis Bolduc.

« Concrètement, cela peut vouloir dire une obligation de vendre la maison, de réduire considérablement son niveau de vie ou même de retourner travailler à un âge avancé. Le mouvement syndical ne peut garder les yeux fermés sur ces injustices.
Nous considérons que la rente de retraite promise est du salaire différé. Les travailleurs et travailleuses renoncent durant leur vie active à une portion de leur revenu, afin d’assurer leurs vieux jours. Rien ne peut justifier qu’après une vie de travail, cette rente soit réduite en raison de la situation financière de l’ancien employeur » Conclut Denis Bolduc.

Pour en savoir plus sur la campagne de la FTQ : https://ftq.qc.ca/proteger-nos-retraites

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...